La dernière livraison de la revue "Etudes Normandes" (n°18, juillet-août 2021) consacre son dossier aux sports collectifs en Normandie: c'est un dossier passionnant à lire pour développer notre curiosité intellectuelle sur la riche matière normande dans un domaine qu'il ne faut pas sous-estimer puisque la Normandie, même si elle ne brille pas en ce moment toujours au meilleur niveau du sport professionnel de performance, a été la région pionnière en France entre les années 1870 et 1914 dans l'adoption et la diffusion de tous les sports collectifs de la modernité: le football bien entendu avec Le Havre Athlétic Club fondé en 1872 et qui fut, au départ, un club de rugby mais aussi le basket, le hockey, etc...

On lira aussi dans ce dossier trois pages sur les jeux et sports traditionnels normands notamment sur la choule: son origine, sa disparition après la Révolution et surtout sous le Second Empire mais aussi sur sa renaissance actuelle sous l'égide de notre ami Jean-Philippe Joly...

Document numérisé

A lire aussi dans ce numéro, un portrait fort intéressant et tout en nuances dédié à Jean Lecanuet, maire de Rouen (1968 -1993) grand maire modernisateur de sa ville mais qui échoua dans son projet de faire de Rouen une métropole européenne pour le Nord-Ouest de la France faute, peut-être, de comprendre la nécessité de l'unité régionale normande pour réaliser concrètement une telle ambition...


 

On vous signale aussi la parution du dernier numéro de la revue trimestrielle "Patrimoine normand" qui pour son numéro 118 nous propose comme d'habitude, un riche numéro consacré au riche patrimoine balnéaire normand puisque furent inventés sur la côte normande dès les années 1830 à Dieppe, Granville et Trouville, les fameux bains de mer qui firent la réputation de la destination touristique normande au tournant des XIX et XXème siècles:

https://www.patrimoine-normand.com/achat-patrimoine-normand-118-412710.html

Patrimoine-Normand-118

ÉDITORIAL

Un été nommé désir…

Du grand air et de la culture ! Après cette nouvelle année de cauchemar, nous avons tous besoin de grand air et de culture ! Le retour de l’été, la levée progressive des restrictions sanitaires, la réouverture de nos musées et de nos monuments, nous offrent enfin cette opportunité que nous attendions tous : retrouver le contact avec notre patrimoine, profiter de nos musées et déambuler sans contrainte sur nos chemins de campagne ou nos sentiers forestiers.

 

Quelque chose nous dit que les Normands ne seront pas les seuls à profiter des bienfaits de leur région et qu’une bonne partie de la France va se donner rendez-vous ici. Poussés par l’envie de grands espaces, ils seront nombreux à venir chercher le calme dans notre arrière-pays, mais aussi et surtout à s’adonner aux joies de la plage sur notre littoral, tout en demeurant à proximité de chez eux.

 

Voilà en effet près de deux siècles que les inconditionnels de la baignade se précipitent, l’espace d’un week-end ou d’une pause estivale salutaire, sur nos centaines de kilomètres de côtes et nos dizaines de belles plages. Les communes des bords de mer se sont donc progressivement dotées de structures d’accueil et de divertissement, auberges, hôtels, bonnes tables, terrains de sport, hippodromes et autres casinos, pour attirer et satisfaire une clientèle toujours plus dense grâce à l’extension du réseau ferroviaire. Les bains de mer en Normandie ont par ailleurs inspiré bien des artistes, qu’ils soient écrivains comme Alexandre Dumas, Guy de Maupassant ou Marcel Proust, ou peintres ou affichistes, tels Louis-Alexandre Dubourg, Eugène Boudin ou Louis Charles-Bombled.

 

Nous avons souhaité aborder tous ces aspects dans notre dossier trimestriel, histoire de s’en aller respirer des atmosphères d’antan, comme un parfum de Belle Époque porteur de fragrances iodées. Vous pousserez par ailleurs au fil des pages les portes de l’abbaye de Montivilliers et du domaine de Vascœuil, où séjourna si souvent l’historien Jules Michelet. Vous observerez en notre compagnie les oiseaux qui égayent le ciel normand et vous arpenterez les allées du marché de terroir de Mortagne-au-Perche. Vous explorerez les entrailles du Hague-Dike, cet étrange rempart de terre barrant la presqu’île de la Hague que l’on attribua longtemps à tort aux Vikings. Et beaucoup d’autres choses encore.

Espérant vous emporter une fois de plus très loin… à côté de chez vous (!), nous vous souhaitons à tous un très bel été.

 

Stéphane William Gondoin et la rédaction


 

Commentaire de Florestan:

 

Cet éditorial a été écrit, bien entendu, avant les annonces présidentielles du 12 juillet dernier... L'été 2021 en Normandie se confirme, tant par la météo du ciel que par la météo sanitaire et politique, comme l'été de la douche froide!