On connaissait Jack l'Eventreur... Voici venir Philippe DURON, l'élagueur de l'arborescence ferroviaire normande. Le sale boulot quoi !

Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

 

Résultat de recherche d'images pour     Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour    


 

Voir ci-après cet article de Tendance Ouest Caen:

http://www.tendanceouest.com/actualite-101608-reforme-ferroviaire-philippe-duron-veut-mettre-fin-a-la-desherence-des-trains.html

Réforme ferroviaire : Philippe Duron veut mettre fin à "la déshérence" des trains

18h07 - 17 avril 2015 - par M.G

Selon L'Humanité, un rapport interne de la SNCF prévoit des suppressions de lignes ou de dessertes dans les années à venir. En marge de ce document, le député calvadosien Philippe Duron préside une commission chargée de proposer au gouvernement fin mai ou début juin, une batterie de propositions pour améliorer la qualité du réseau français.

Pour Philippe Duron, chargé de mission au sujet de l'avenir des Trains d'équilibre du territoire (TET, Intercité, Corail), l'objectif est clair : faire des proposition au gouvernement pour mettre en place une nouvelle convention d'exploitation TET en 2016. A ses côtés, quatre autres parlementaires de différentes couleurs politiques, deux élus régionaux et quatre experts planchent sur le sujet. Pour l'élu bas-normand, "les TET sont des trains qui sont en déshérence depuis un certain nombre d'année. En 2010, le gouvernement a repris les TET à sa charge, mais le déficit qui était alors de 200 millions d'euros, est désormais de 340 millions en 2015 et pourrait atteindre 500 millions en 2025. C'est devenu insupportable". C'est dans ce contexte, que le gouvernement veut réagir. 

  • Réforme ferroviaire : Philippe Duron veut mettre fin à "la déshérence" des trains

La commission Duron vise à améliorer la relation entre les lignes TGV et TER, tout en prévoyant l'intégration des quatre Lignes à grande vitesse qui doivent être lancées en 2016. Le but poursuivi est notamment de chasser les trains qui doublonnent.

La commission soumettra alors fin mai ou début juin des propositions de restructuration et de remplacement du matériel pour que les TET ne soient plus le "maillon faible" du territoire. Qu'en est-il alors des évolutions possibles sur le sol normand ? "Nous avons une ligne robuste Paris-Cherbourg qui est presque à l'équilibre. En ce qui concerne Paris-Granville, j'ai confiance parce qu'un prolongement au Mont Saint-Michel est prévu. C'est en revanche plus compliqué sur Caen-Tours avec peu de monde dans les trains."

Philippe Duron n'exclut pas la possibilité que certaines dessertes disparaissent à certains moments de la journée, "pour que les lignes restent performantes. C'est important par exemple que le Cherbourgeois ne mette pas plus de 3h30 pour aller à Paris. A l'inverse, certaines lignes pourraient avoir plus de dessertes : on pourrait imaginer notamment, plus de trains entre Paris et Caen." 

La ligne Caen-Tours, la plus en difficulté en Basse-Normandie, demeure dans une situation délicate. Mais sa disparition n'est pas forcément à l'ordre du jour selon Philippe Duron :

Cette réforme n'a pas fini de faire parler. Vendredi 17 avril, le conseiller départemental du Calvados, Rodolphe Thomas, indiquait ainsi dans un communiqué : "Une source d'inquiétude apparaît : il semble que le Gouvernement aurait pour objectif de transférer certaines des  liaisons Intercités vers les Trains Express Régionaux financés en grande partie par les Régions." Des réponses pourrait être apportées dès ce mardi 21 avril. Le président du Conseil régional de Basse-Normandie, Laurent Beauvais, a convoqué la presse à ce sujet.


 

Lire aussi et surtout la note suivante proposée par nos amis de l'Union pour la Région Normande (U.R.N.):

                  NOTE  U.R.N – 15  AVRIL  2015

                      

                  TRAINS   INTERCITES

                 QUE  NOUS  PREPARE  Mr DURON ?

           

 

  Le 19 novembre 2014, le Secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies installait la Commission "Avenir des Trains d'Equilibre du Territoire"

( T.E.T ).

 « Le temps presse -disait-il- il n'est plus possible de retarder les décisions depuis trop longtemps repoussées. La réflexion de la « Commission Avenir des trains d'équilibre du Territoire » a vocation à éclairer les décisions que devra prendre prochainement le Gouvernement. Je souhaite que celles-ci interviennent dès 2015 pour que des évolutions soient visibles dès 2016 »

Les conclusions et recommandations de la commission devaient être remises sous forme d'un rapport dans un délai de six mois, c'est-à-dire en mai 2015. M. Vidalies désignait à la présidence de la commission Philippe Duron qui avait présidé un an auparavant la commission « Mobilité 21 » et qui avait procédé à une sélection drastique des projets d'infrastructures de transport prévus avant 2012 en en éliminant un nombre considérable. M. Vidalies n'avait donc bien sûr pas choisi au hasard Philippe Duron.

    Que désigne t-on par « trains d'équilibre du territoire » (T.E.T) ?

Ce sont ceux qui sont connus du grand public sous le nom de trains « intercités » intermédiaires entre les TGV et les T.E.R (trains régionaux).

Etant  déficitaires pour la SNCF (plus de 300 millions € en 2014) la commission Duron doit donc trouver des solutions à cette  question financière. La décision de M. Vidalies d'installer M.Duron à la présidence de la commission n'était pas due qu'à son expérience à « Mobilités 21 » ou il avait fait un tri impitoyable dans les différents projets d'infrastructures de transport et s'était montré un expert en matière de coupes budgétaires mais également à sa connaissance du dossier des T.E.T.

En effet le rapport de la commission « Mobilité 21 » qu'il avait remis le 27 juin 2013 au Gouvernement contenait déjà un certain nombre de réflexions et de recommandations sur le problème des T.E.T avec l'objectif de répondre aux questions d'ordre financier qu'il posait.

Que préconisait donc M. Duron pour y remédier ? La suppression de certaines lignes ferroviaires T.E.T et leur remplacement par des bus .

On lit ainsi (page30 du rapport Mobilité 21) que lorsque:

« Certains services TET et TER sont confrontés à une situation de faible fréquentation qui est source de médiocrité et de dépenses considérables pour la collectivité et que cette situation ne peut être corrigée par un investissement raisonnable, la commission s'est interrogée sur l'intérêt d'examiner un transfert de certains services sur autocars »

Une autre piste proposée par la commission "Mobilité 21" de M. Duron pour remédier aux déficits évoqués précédemment est «le renforcement et la participation des usagers aux dépenses d'investissement et de fonctionnement » des lignes ferroviaires (page 31) c'est à dire, tout simplement, une hausse des tarifs.

On le voit, la commission présidée par M. Duron proposait déjà dès 2013 un certain nombre de pistes concernant les « trains d'équilibre du territoire » et la SNCF, actuellement, ne fait que reprendre concernant les TET celles déjà  annoncées à l'époque. Comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement  quand on sait que la SNCF est détenue à 100% par l'Etat et que ses dirigeants sont nommés par le Gouvernement.

Une remarque récente du Secrétaire d'Etat aux Transports Vidalies confirme cet état des choses. Interrogé par le Vice- Président de la région Midi-Pyrénées Marziani sur le rapport SNCF envisageant la suppression de nombreux trains T.E.T M.Vidalies avait répondu : « pour l'instant (souligné par nous) ça n'est pas mon projet ». Cela signifie que cette option est de celles qui sont retenues par le Gouvernement.

     A la lumière des suggestions que formulait déja M. Duron en 2013 concernant les TET, le rapport qu'il va remettre à Alain Vidalies au mois de mai prochain  ne devrait donc pas réserver de grosses surprises. La Normandie est particulièrement concernée par ces mesures préconisées il y a deux ans et confirmées par les annonces actuelles  car, pour ne prendre que les cas du Paris-Caen-Cherbourg et du Caen-Le Mans-Tours, ces deux lignes sont classés dans la catégorie des  « Trains d'équilibre du Territoire ».

Pour conclure, on ne manquera pas d'être étonné par l'absence totale de réaction de MM. Beauvais et Mayer-Rossignol face à cette nouvelle menace visant la Normandie ferroviaire après le report aux calendes grecques de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie.

 

 


 

Commentaire de Florestan:

Philippe Duron fait ce qu'il peut ! A savoir le sale boulot d'élagage de l'arborescence ferroviaire en Normandie.


On aimerait surtout que Guillaume Pépy nous fasse un "coming out" ... ferroviaire: ce serait original et tout le monde en causerait dans les dîners en ville et au delà !