Ce lundi 19 février 2018 se tient une nouvelle assemblée plénière du Conseil Régional de Normandie à Caen (au siège de la communauté urbaine de Caen La Mer)

ap_caen_0_0_0

Parmi les sujets à l'ordre du jour, on peut retenir : la carte des formations pour la rentrée scolaire 2018, le Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales 2018-2022 la politique régionale en faveur du développement d'un réseau des Ecoles de Production de Normandie, l’augmentation du capital de la SAS Normandie Participations, le projet de Plan régional de Prévention et de Gestion des Déchets et la Charte de coopération culturelle interrégionale pour le spectacle vivant entre les Régions Normandie, Bretagne et Pays de la Loire.

Pour connaître l'ordre du jour officiel de cette assemblée plénière:

https://www.normandie.fr/sites/default/files/documents/region/conseil-regional/odj_ap_19.02.2018.pdf

Du discours de politique générale d'Hervé Morin introduisant l'assemblée plénière, on retiendra les éléments suivants:

L'action normande volontaire en terme de développement économique et d'acompagnement des entreprises de la région commence à porter ses fruits: la Normandie est la région de France où les défaillances d'entreprises sont les plus faibles. Grâce à la reprise économique, les défaillances d'entreprises sont en baisse en moyenne de 6% dans l'ensemble des tribunaux de commerce en France. Mais devant le tribunal de commerce de Rouen cette chute est de 24%! Pour une fois que la Normandie est en tête on ne boudera pas notre plaisir. Hervé Morin se plait aussi à dire, et il a raison, que 96% des entreprises passées par le dispostif ARME de l'agence régionale de développement sont encore vivantes, deux ans après. Et c'est plus de 5500 emplois normands qui ont ainsi été sauvegardés.

Hervé Morin s'est, ensuite, moqué de ceux qui "dans cette assemblée" se sont moqués de lui à propos de ses grands voyages de promotion et de prospection à l'étranger pour la Normandie en Russie, Iran, Corée du Sud et Australie: les premiers fruits commencent à se récolter:

A l'avenant:

Une usine de Cherbourg va fournir des médicaments pour le marché iranien. Une filière d'exportation bovine est en cours de construction avec l'Iran. Un géant argo-alimentaire Sud -coréen va s'implanter à Saint James pour fournir le marché britannique et Nord-américain...

Mais aussi: simplification radicale des démarches pour permettre aux entreprises normandes d'exporter.

Au sujet de la nouvelle monnaie "normande" pour développer l'économie sociale et solidaire et les circuits court, qui porte, désormais, le nom de "Rollon", des réunions d'information avec les unions commerciales locales vont avoir lieu

Mais l'essentiel du propos du président normand portera sur ses inquiétudes quant aux choix du gouvernement: ce n'est pas la peine d'avoir trois ministres normands, dont le Premier ministre, au gouvernement pour voir les intérêts normands aussi mal servis!

 Ce qui agace tout particulièrement le président de région normand c'est d'avoir à gérer les conséquences financières et territoriales de la réforme en cours de l'apprentissage concoctée par le gouvernement: "une réforme technocratique et jacobine".

Hervé Morin craint que l'élan donné par la région sur l'apprentissage et la formation professionnelle ne soit brisé: la région, s'est profondément engagée pour soutenir les jeunes apprentis et ceux qui sont en formation professionnelle en évitant les "mesures gadgets", en investissant 4 millions dans des bourses individuelles pour la mobilité internationale ou dans une nouvelle carte des formations tenant compte de chaque bassin d'emplois normands pour que les entreprises trouvent enfin facilement la main d'oeuvre formée dont elles ont besoin. 70 formations nouvelles ont été ainsi ouvertes depuis plus d'un an et l'an passé, 17000 places de formation ont été créées avec la participation de 420 entreprises normandes à cette démarche régionale inédite...Depuis deux ans, grâce à ce volontarisme régional, l'apprentissage a augmenté de 6% en Normandie.

Que va-t-il donc rester de cette action normande dynamique et volontariste après le passage de la réforme gouvernementale sur l'apprentissage qui va réduire le rôle des régions à la portion plus que congrue?

"Je regrette vivement! notre action régionale est gravement menacée par cette réforme de l'apprentissage tissée de bonnes intentions mais qui risque d'enfoncer le dernier clou dans le cercueil de l'apprentissage si le gouvernement refuse de comprendre qu'il faut confier la carte des formations et l'information sur les formations et l'orientation aux régions" a déclaré Hervé Morin.

"Je le répète, 250 millions ce n'est pas assez" a ajouté Hervé Morin au sujet de l'enveloppe chichement laissée aux régions pour contribuer au fonctionnement des CFA. Et d'en tirer concrètement les conséquences pour la Normandie pour laquelle il ne resterait que 8 à 10 millions d'euros (contre 90 millions actuellement)  pour, notamment, combler le déficit des CFA normands qui s'élévait, l'an passé, à 30 millions. Dans le meilleur des cas, l'Etat nous donnerait que 13 millions!

En conséquence de quoi, les 44 CFA normands seraient menacés, à commencer par les CFA agricoles et les sept CFA du BTP. Celui d'Alençon qui a un déficit de 500000 euros pourrait tout simplement disparaître!  Les établissements de l'enseignement supérieur privé pourraient être aussi impactés si le Patronat ne compense pas immédiatement le retrait financier de la région en conséquence de cette réforme... Le Médef n'a semble t-il pas bien compris qu'il lui faudra être plus généreux pour péréniser, sur les territoires, la présence d'institutions qui lui sont pourtant favorables sans qu'il soit contraint d'avoir à les financer lui-même...

Quant au reste, Hervé Morin a évité, soigneusement dans son propos de faire la moindre allusion au clochemerle en cours entre Caen et Rouen en évoquant la mise en place d'un plan Campus à Caen et à Rouen pour renforcer l'attractivité des universités normandes.

 Le désenclavement normand doit se poursuivre:

Hervé Morin nous promet une grande nouvelle pour les aéroports en coopération urbaine entre Caen, Rouen et Le Havre: une plateforme aéroportuaire normande unique mettant l'offre des trois aéroports normands en réseau (Carpiquet St Gatien et Boos).

Sur la RN13 la mise à 2x2 voies entre Evreux et Chauffour est financée: les travaux vont commencer. Même chose sur l'A13 avec un échangeur complet à la Haie Tondue et la mise à 3x3 voies de l'autoroute entre Pont L'Evêque et Dozulé.

Sur la SNCF actuellement dans le collimateur du gouvernement, Hervé Morin rappelle fort justement que "nous avons très bien fait d'anticiper dès 2016 pour 2020". Et d'ajouter: " Les rapports Duron et Spinetta nous proposent un enterrement par saucissonnage de la LNPN, l'abandon du Caen Rennes, du Granville Argentan, du Caen -Le Mans". Quant aux  "50 millions prévus pour moderniser les grands ports maritimes par le gouvernement, c'est une farce! alors qu'il faudrait plus de 100 millions ne serait-ce que faire simplement la châtière du port du Havre."

Et de conclure:

"Jamais la Normandie n'avait été à ce point si mal traitée!"

Pour finir sur une note plus positive, Hervé Morin a rappelé que les plages du Débarquement de 1944 vont être examinées par le jury de l'UNESCO en juillet 2019 pour l'obtention du précieux label et que les sites de la cité médiévale de Domfront et de Château Gaillard viennent d'être labélisés grands sites médiévaux avec une aide spécifique de la région pour en faire des hauts lieux du tourisme médiéval normand.

Enfin, Hervé Morin, fera une allusion à la pétition aussi inutile que vaine que font tourner certains "cultureux":

"Je refuse que la région ne soit qu'un guichet et c'est en s'interdisant le saupoudrage et le clientèlisme que la Normandie va pouvoir progresser."

En effet, certains acteurs professionnels de la culture n'ont toujours pas compris que la Normandie était un sujet en soi. Que la Normandie était une idée à prendre enfin au sérieux et qui donne des résultats lorsque l'idée normande est mise en oeuvre:

La confusion entre politique culturelle "en région" et politique culturelle régionale doit cesser puisque la première ignore la seconde quand elle ne la méprise pas...