Il y pense déjà, pas forcément en se rasant (voir photo ci-après) mais il y pense... Le tout jeune député de Rouen (LREM) Damien ADAM fait connaître, ces derniers temps dans la presse locale et notamment dans le quotidien normand Paris-Normandie, propriété de Monsieur Jean-Louis Louvel, le "roi de la palette", son soudain intérêt pour Rouen et quelques traditions locales, à commencer par les Fêtes Johanniques que le jeune homme juge par trop compassées et qu'il aimerait bien pouvoir dépoussiérer d'ici... 2020, soit après l'Armada 2019.

Or pour l'année 2020, soit quatre ans avant les Jeux Olympiques de Paris avec, espère-t-on,  une base arrière normande, à la suite du sémillant jeune député "marchiste", certaines huiles locales ont décidé de se répandre dans la presse locale pour imaginer le grand événement populaire festif qui pourrait faire rayonner la métropole de Rouen auprès de ses habitants: pour 2020, la solution évidente semble toute trouvée...

Et si on organisait des élections municipales pour faire un grand festival gastronomique d'adieu à la Fabiusie?

De toute façon, le ventre a horreur du vide et c'est une certitude que l'actuel maire de Rouen, Yvon Robert (PS), ne se représentera pas.

Les autres certitudes c'est que Rouen n'est plus dans Rouen, que la Métropole de Rouen n'en est pas vraiment une faute d'avoir le "Grand Rouen" en son coeur et que cette soi-disant "métropole" régionale continue d'ignorer la Normandie.

La lecture de l'article, ci-après, permettra de se rendre compte du niveau de l'ambition affichée car on dirait un tract présentant l'ordre du jour d'une assemblée générale de co-propriétaires, d'où le titre de ce billet!

En effet, le localisme métropolitain ne semble pas plus grand que le localisme municipal et l'absence de toute allusion à la dimension régionale normande que pourrait prendre le projet métropolitain rouennais avec Caen et Le Havre sur les deux rives d'un Axe Seine qui devrait être une aventure normande est plus que symptomatique: elle est inquiétante...


 

http://www.paris-normandie.fr/rouen/municipales-2020--demain-rouen-notre-metropole--se-devoile-KC13007926

Municipales 2020 : « Demain Rouen, notre Métropole ! » se dévoile

Publié 15/05/2018 21:20
|
Mise à jour 15/05/2018 21:20

image_content_23669764_20180515212015

3 points clés

Un collectif transpartisan

Un nouveau mode de démocratie participative

Fédérer un maximum de personnes autour d’un même projet

Le coup d’envoi officiel de la campagne des Municipales 2020 n’a pas encore été donné. Cela n’empêche pas certaines personnalités de se positionner.

À Rouen, à l’initiative d’élus En Marche !, centristes et de personnalités de la société civile, un groupe s’est constitué sous la bannière « Demain Rouen, notre Métropole ! »

Avant d’animer sa première réunion publique le 31 mai prochain à la Halle aux Toiles sur le thème des transports et de la mobilité dans la métropole, ce groupe dévoile aujourd’hui, en exclusivité pour Paris-Normandie, les noms des trente premiers hommes et femmes qui comptent jouer un rôle lors des Municipales 2020 dans la métropole rouennaise.

« Le fait métropolitain est encore très jeune. La Métropole est l’échelon le plus abouti des intercommunalités, mais elle est encore mal identifiée par nos concitoyens qui n’en connaissent que trop peu les attributions et les compétences. C’est un territoire en devenir qui ne cesse de voir augmenter ses prérogatives et son action sur le quotidien de ses habitants. Pourtant, ils ne sont pas véritablement consultés pour ses décisions. Si on connaît assez bien le maire de sa commune ainsi que les élus qui l’entourent, qui connaît le nom des élus métropolitains ?

En 2020, la Métropole Rouen Normandie fêtera donc ses cinq premières années d’existence. Que sera alors son projet pour les années à venir ? Le projet ne doit plus être seulement municipal, mais se construire à l’échelle intercommunale. C’est cela l’enjeu des années à venir. Nous devons collectivement nous concentrer sur le devenir et l’ambition de la Métropole, sa stratégie ainsi que ses priorités. Nous devons tous penser à ce que sera notre territoire dans les prochaines années, mais aussi à plus long terme.

(commentaire de Florestan: "notre territoire" disent-ils... Mais lequel?)

C’est ainsi qu’est née l’idée de Demain Rouen, notre Métropole! Membres d’un collectif transpartisan, nous souhaitons réunir les citoyens, qu’ils soient élus ou membres de la société civile, qu’ils soient engagés dans un parti ou non, afin de réfléchir ensemble aux grands enjeux métropolitains. Telle est notre démarche, initier des ateliers d’intelligence collective, partir à la rencontre des habitants afin de mieux répondre aux aspirations des citoyens de notre territoire. D’ici le printemps 2019, plusieurs réunions thématiques auront lieu dans l’ensemble de la Métropole sur des sujets d’importance majeurs tels que les transports, l’attractivité, la politique économique, industrielle et portuaire, la vie commerciale, la transition écologique, la santé, l’éducation ou encore la politique culturelle et sportive.

Ces rencontres, nous les ferons en exprimant des convictions fortes. Convaincus du potentiel de notre Métropole, nous sommes persuadés de sa capacité à avoir une place prépondérante dans la compétition entre les différentes métropoles. Au-delà de la prise de conscience de la Métropole, dont nous nous réjouissons, nous pensons qu’il est possible d’aller encore plus loin en matière d’attractivité pour attirer des entreprises, des start-up et donc des emplois, pour attirer des médecins, des étudiants, des habitants ou encore des touristes. L’enjeu majeur est là. La récente enquête de l’Ifop, commandée par Rouen Normandy Invest (RNI), l’a d’ailleurs bien démontré : Rouen est mal connu, mal perçu par nos concitoyens. Un effort supplémentaire doit donc être porté sur ce sujet à la fois par la Métropole et par les organismes qui y sont rattachés, notamment RNI (ndlr: Rouen Normandy Invest présidé par Jean-Louis Louvel) et Rouen Normandy Tourisme & Congrès.

Par ailleurs, et ce sera l’objet de notre première réunion thématique, la question des mobilités est sans aucun doute au cœur des préoccupations des habitants de la Métropole. La ligne T4, le contournement est de Rouen, la circulation dans le cœur de métropole, le stationnement, la politique cycliste font partie des nombreux sujets pour lesquels le débat citoyen est indispensable... Nous pensons qu’il faut définir une nouvelle politique des mobilités pour les quinze années à venir afin d’aller bien au-delà du plan de déplacement urbain mis en place en 2014. L’idée pourrait être d’organiser une grande consultation sur la mobilité, afin que celles et ceux qui le souhaitent puissent contribuer, entre autres, aux plans de développement des futures lignes TEOR qui devront notamment rallier les plateaux nord, aux modalités d’accès à la future gare de Rouen Saint-Sever, au renforcement de la place du vélo en ville, à l’installation efficace de parking-relais pour permettre à la fois le désengorgement automobile du centre-ville de Rouen tout en préservant l’attractivité de son commerce de proximité, à une meilleure desserte du plateau Est, à un meilleur accès aux zones industrielles, à l’amélioration de la liaison Elbeuf-Rouen...

C’est donc un nouveau mode de démocratie participative que nous vous proposons. Nous l’avons dit, le fait métropolitain est récent à Rouen, il s’est mis en place après les dernières échéances électorales locales. Demain, il s’agira de mettre en perspective que toute la population est liée par un destin commun. Les questions d’urbanisme en prenant en compte le changement climatique, les questions de gestion de l’énergie, de mobilités, de tourisme, de développement économique, de voirie, de gestion de l’eau et des déchets sont prises à l’échelle d’une même entité : la Métropole. Il est donc fondamental et essentiel de fédérer un maximum de personnes autour d’un même projet, au bénéfice de chacune et chacun d’entre nous. Ce projet métropolitain sera une chance pour notre territoire, si la vision en est partagée.

C’est ce que Demain Rouen, notre Métropole ! vous propose de co-construire.

C’est ce que la future équipe en charge de la Métropole devra s’employer à faire. Au quotidien. »


Commentaire de Florestan au sujet de l'effet "brochette":

Imaginez donc une brochette avec ses boulettes de viande...

l_brochette oignon_20160301091726

Imaginez surtout que l'AXE SEINE est comme le bois d'une baguette sur laquelle on enfile les boulettes de viande crue prête à se faire cuire ou frire par le grand chef qui tient du bout de ses doigts ladite baguette puisque ce ne sera jamais à lui de tirer les marrons du feu...

Imaginez à l'extrémité gauche de la brochette une boulette havraise au parfum marin et à l'extrémité droite une grosse boulette parisienne qui ne sentira jamais le romarin...

Au centre, le grand chef s'est aperçu qu'il y avait un vide qu'un oignon à faire pleurer ne saurait remplir: il faut donc se mettre en marche au plus vite pour aller chercher de la...  viande rouennaise.

A ce que je sache, la brochette ne figure pas dans le beau patrimoine gastronomique de Rouen plus connue pour son canard au sang façon Félix Faure. C'est hélas pourtant la cuisine qu'ils préparent en faisant croire aux citoyens Rouennais ET Normands qu'ils pourraient faire mieux qu'une Fabiusie en phase terminale alors qu'ils tatonnent dans le même brouillard qui a conduit aux échecs et à l'effacement de Rouen.

Si la géographie rouennaise qu'ils nous mitonnent pouvait équivaloir la gastronomie rouennaise qu'ils goûtent parfois ensemble au restaurant, ces belles personnes penseraient avec ambition la place de Rouen dans une union de projets et d'objectifs avec Caen et Le Havre.

Bien entendu, nous l'avons déjà dit, pas un mot sur Rouen Chef lieu de la Seine-Maritime et de la Normandie. Et cela ne nous étonnera pas quand on sait que Dominique Gambier, ci-devant conseiller régional Haut-Normand et historique contempteur de l'unité normande, est, depuis des mois, à la manoeuvre...

Mais le plus inquiétant dans cette nouvelle aventure qui ne sera jamais comparable à celle d'un Cavelier de la Salle descendant le Mississippi, c'est qu'ils nous proposent de canoter sur la Seine à l'aveuglette: qu'il y ait de la brume sur les rives normandes de la Seine passe encore... Mais lorsque la brume bouche la vue sur le fleuve lui-même alors le danger est grand:

Pas un mot, donc, au sujet de l'axe Seine et de l'ombre préoccupante, pour ne pas dire plus, que le Grand Paris fait peser sur Rouen: Il est très probable que cette diversion sera bien vue de l'actuel Maire du Havre qui a déjà avancé ses pions dans ce domaine avec l'assentiment de son prédécesseur désormais pilote sur la Seine depuis... l'hôtel de Matignon.

On rappelera, enfin, qu'un ressentiment anti Morin ne saurait unir durablement un équipage qui ressemble plutôt à l'attelage de la carpe et de tous les lapins qui peuvent s'attraper par les oreilles ou dans les pleins phares d'une ambition politique fabriquée non pas à Rouen pour Rouen et la Normandie mais à Paris.

Ca promet!