L'Etoile de Normandie salue la réaction du comité régional des pêches de Normandie présidé par Dimitri Rogoff toujours soucieux de défendre l'intérêt général normand en matière de pêche sachant que cet intérêt général embrasse notre outremer immédiat: les îles anglo-normandes.

drapeau_trois_leopards

Traité de la baie de Granville. Le comité des pêches discute avec Jersey et Guernesey (ouest-france.fr)

Traité de la baie de Granville. Le comité des pêches discute avec Jersey et Guernesey

Le Comité régional des pêches de Normandie réagit dans un communiqué à la fin des accords de la baie de Granville. Son objectif : préserver les droits des pêcheurs normands.

« Le traité de la baie de Granville régissant la pêche dans les eaux anglo-normandes a été abrogé sans préavis. Il était un outil de concertation locale remarquable et inédit », déplore dans un communiqué le comité régional des pêches.

Et d’annoncer que Marc Lefèvre, président du conseil départemental de la Manche « s’est entretenu avec Ian Gorst, ministre des affaires étrangères, afin de s’assurer de la préservation des droits des pêcheurs normands dans les eaux des îles anglo-normandes ». Il est ressorti de cet entretien que « Jersey attribuera les licences à tous les bateaux justifiant de dix jours d’activité par an depuis 2017. Cette attribution s’organisera sur la base de ce qui se faisait via le Traité de la Baie de Granville, permettant un accès aux riverains et une bonne gestion de la ressource ».

Des consignes à court terme

Le comité des pêches, qui a aussi pris contact avec Guernesey « qui apparaît être dans des dispositions de poursuite d’activité pendant la période de mise en œuvre de la nouvelle réglementation »salue l’envie de Jersey de « s’inscrire dans une relation apaisée de proximité » et appelle « à ce qu’il n’y ait pas d’initiatives isolées intempestives sur notre littoral ».

Concernant le bruit selon lequel « les Britanniques contrôleront et sanctionneront tous les navires CEE, dont les Français, qui seraient dans leurs eaux tant qu’ils n’ont pas été identifiés, listés et transmis par l’Union Européenne »le comité assure : « Il faudrait attendre le 31 au début d’après-midi pour avoir des informations. Il nous apparaît inconcevable que des navires restent immobilisés sur de longues périodes, quelles que soient les subventions annoncées. » Et de demander à court terme des consignes claires de l’État aux armements.


 Commentaire de Florestan:

Le mandat des professionnels de la pêche normande est clair. C'est, dorénavant, aux élus normands qu'ils soient du continent ou des îles de se mobiliser pour créer, enfin, ce lobby normand qui nous manque afin d'aller négocier à Bruxelles ce qu'il nous faut avec cette idée simple: des îles anglo-normandes au littoral français, c'est le même type de pêche qui est pratiqué. Une pêche artisanale respectueuse de l'environnement et soucieuse de la ressource halieutique.

Voir aussi:

Les pêcheurs de la Petite Bretagne appelés à quitter les eaux de la Grande Bretagne...

Brexit : le Comité des pêches appelle les pêcheurs bretons à quitter les eaux britanniques demain soir (francebleu.fr)