Des collectivités françaises et britanniques (villes de Londres et ville de Paris, les comtés du Surrey, de l'East et du West Sussex ainsi que les départements de l'Eure, de la Seine-Maritime, du Val-d'Oise, des Yvelines, de l'Oise) se sont associées pour créer «l'Avenue verte», un itinéraire cyclable de 350 km qui permettra de relier Londres à Paris via la Normandie à vélo d'ici 2012, ont-elles annoncé vendredi à Rouen au cours d'une conférence de presse.

«Nous voulons relier symboliquement par un mode alternatif à l'automobile la Tour de Londres à la Tour Eiffel au travers de paysages de grande qualité», a expliqué Didier Marie, président (PS) du département de la Seine-Maritime.

Tower_of_London
La domination normande fit de Londres une vraie capitale.
Vers 1078, Guillaume le Conquérant éleva la « Tour blanche », à la fois forteresse et résidence,
qui forme encore le noyau de la célèbre Tour de Londres « Tower of London ».
(cf La capitale anglaise au passé normand (Tour de Londres) sur le site de L'UNESCO)
Cette voix cyclable pourra permettre au grand amateur de petite reine Alain Le Vern
d'enfin reconnaître que la Normandie n'est pas un territoire comme un autre, mais un territoire de culture
avec de grandes réalisations, et qui doit demain être un territoire d'avenir pour nous tous qui y vivons.

D'anciens parcours aménagés et recyclés.

> Le parcours retenu se rapproche de la ligne droite tout comme son modèle, l'ancien itinéraire du chemin de fer Londres-Paris ouvert dans les années 1860 et dont la continuité maritime sur la Manche était assurée par des car-ferries.
> A partir de Londres, «l'Avenue verte» traversera les campagnes du sud de l'Angleterre jusqu'à Newhaven où les cyclistes embarqueront sur des navires à destination de Dieppe.
> En France, elle sillonnera la partie orientale de la Normandie avant de rejoindre Paris, soit par le département de l'Eure, soit par le département de l'Oise.
> L'itinéraire sera aménagé en site propre, par exemple en réutilisant d'anciennes voies de chemins de fer ou en créant des espaces réservés aux cycles sur les routes.

> Des tronçons de cet itinéraire existent déjà tant en France qu'en Angleterre où les collectivités ont relevé «un engouement» dépassant le cadre des loisirs. «Ces parties ont été conçues pour le tourisme mais nous nous sommes aperçus que souvent elles étaient utilisées par les gens pour se rendre à leur travail», a assuré Matthew Lock, conseiller conservateur au comté de l'East Sussex.