Unité normande dans moins d'un an oblige, l'INSEE a fait l'exceptionnel effort d'ouvrir en même temps ses deux yeux normands pour enfin voir la même chose à l'occasion de la publication des derniers chiffres du recensement national.

Nous sommes donc 3 322 756 NORMANDS très inégalement répartis sur les territoires des cinq départements normands avec la Seine Maritime qui reste le département normand le plus peuplé et l'Orne le département normand le moins peuplé avec à peine plus de 290 000 habitants...

Confirmation donc des forces et faiblesses de la démographie normande:

Notre région reste relativement une région jeune mais plus pour très longtemps.

Les jeunes actifs ayant fait des études s'en vont et ne reviennent pas ou pas assez. Le bilan migratoire entre jeunes Normands qui partent et jeunes d'ailleurs venant s'installer chez nous est très négatif.

En revanche, notre région accueille beaucoup de retraités en raison de notre proximité avec la région parisienne: des résidences secondaires deviennent des résidences principales notamment sur le littoral ou dans le département de l'Eure ou le Perche. Cette population a des revenus plus élevés que la moyenne normande: certains y voient une opportunité pour développer une improbable "silver economy" locale fondée sur les services à la personne.

Dans les bocages normands de l'intérieur (de l'Avranchin aux pays d'Ouche ou de Bray) la population diminue, les jeunes s'en vont mais les vieux retraités demeurent: l'Orne est le département le plus concerné mais cela concerne aussi le Sud Manche, l'Ouest de l'Eure, le bocage virois ou le Pays de Bray...


 

http://www.lamanchelibre.fr/actualite-56635-normandie-nous-sommes-3-322-756-.html

Normandie : nous sommes 3 322 756 !

Normandie : nous sommes 3 322 756 !

3 322 756. C'est le nombre de Normands officiellement comptabilisés par l'Insee. Un chiffre en hausse.

Les derniers chiffres de l'Insee recensant la population française viennent d'être publiés. Notre région compte désormais 1 477 209 Bas-Normand (en hausse de 16 060 personnes) et 1 845 547 Hauts-Normands (en hausse de 28 831 personnes). Nous sommes donc 3 322 756 Normands.

D'une façon générale, l'ensemble des territoires de la région voient leur population augmenter.

CALVADOS

Le Calvados gagne 14 187 habitants pour s'établir à 687 854 Calvadosiens (673 667 en 2007).

L'arrondissement de Bayeux compte 67 775 habitants (+ 2353), celui de Lisieux affiche 147 544 habitants (+ 1290), celui de Vire 57 298 (+ 725). Caen reste la grosse locomotive du département avec 415 237 habitants (+9819 personnes).

 

MANCHE

La Manche gagne 4 187 habitants pour arriver à 499 340 Manchois (495 153 en 2007).

L'arrondissement d'Avranches affiche 124 415 personnes (+1685), celui de Coutances 84 281 habitants (+1720), celui de Saint-Lô 101 281 (+ 2164). Seul celui de Cherbourg baisse avec désormais 190 363 habitants contre 191 745 en 2007 (-1382 personnes).

Il est à noter que les villes de Cherbourg et de Saint-Lô connaissent elles-aussi une baisse de leur population, alors que les cantons dits ruraux poursuivent leur augmentation. Cherbourg perd 3167 habitants pour s'établir à 37 121 (contre 40 288 en 2007). Saint-Lô affiche désormais 18931 habitants contre 19320 en 2007 (-389 habitants).

 

ORNE

Le département de l'Orne est le seul des trois départements bas-normands à connaître une baisse de sa population, désormais comptabilisée à 290 015 Ornais contre 292 609 en 2007, soit une diminution de 2594 personnes.

La ville d'Alençon voit sa population passer de 27 942 habitants en 2007 à 26 305 aujourd'hui, une baisse de 1637 habitants.


 

Pour en finir avec le manque de curiosité hémiplégique de certains journalistes "bas" Normands, voir aussi:

http://www.tendanceouest.com/actualite-89067-la-seine-maritime-dans-les-departements-les-moins-attractifs-de-france.html

 

La Seine-Maritime parmi les départements les moins attractifs de France

La Seine-Maritime parmi les départements les moins attractifs de France

18h02 - 29 décembre 2014 - par L.D.

L'Insee a rendu publics aujourd'hui les chiffres de population au 1er janvier 2012. Si la population augmente dans la Région et dans les deux départements, la Seine-Maritime se classe comme l'un des départements les moins attractifs de France. Les chiffres en détail.

En Normandie

Fusion des régions oblige, l'Insee a calculé la population des deux Normandie une fois réunifiée. Et démographiquement parlant, ce n'est pas très brillant puisque la Normandie se classera à la 9e position sur les 13 nouvelles régions françaises, avec une croissance annuelle de la population faible, due en partie à un solde migratoire faible, voire négatif.

En Haute-Normandie

Au 1er janvier 2012, la Haute-Normandie compte 1 845 547 habitants, soit une hausse annuelle de 0,32% depuis 2017. C'est moins qu'à l'échelle nationale ( +0,51%). Une petite hausse due à un solde naturel (plus de naissances que de décès) positif (+0,42%) dans la moyenne nationale mais à un déficit migratoire (- 0,11%).

Dans l'Eure

Au 1er janvier 2012, l'Eure compte 591 616 habitants soit une hausse de 0,67% par an depuis 2007. Une croissance supérieure à la moyenne nationale et due à un solde naturel et à un solde migratoire positifs. 

En Seine-Maritime

Au 1er janvier 2012,la Seine-Maritime compte 1 253 931 habitants, avec un solde naturel dans la moyenne national ( +0,40%) mais un déficit migratoire bien plus important qu'au niveau national. Résultat, le département se place, selon l'Insee, dans le top 20 des départements les moins attractifs de France.

Avec le commentaire plutôt pertinent de Polodu27:

A nuancer. Il faut rappeler qu'une part du bassin d'emploi de Rouen si situe dans le département de l'Eure (sud de l'agglomération d'Elbeuf et agglomération de Louviers/Val-de-Reuil)... et l'Eure est le département le plus dynamique de la Normandie contribuant pour près de 50% de la croissance. Maintenant, il faut en tirer des conclusion NORMANDES et comprendre les évolutions différenciés selon les territoires. Dire que la Seine-Maritime est un des département les moins attractifs de France sans en proposer une courte analyse comparative est réducteur et peut porter à confusion. Merci de détailler l'article.


 

 

Voir aussi:

http://www.tendanceouest.com/actualite-62174-basse-normandie-terre-de-papis-et-mamies.html

http://www.tendanceouest.com/actualite-89064-290015-ornais.html

http://www.tendanceouest.com/actualite-89080-population-499-340-habitants-dans-la-manche.html

http://www.tendanceouest.com/actualite-89076-population-687-854-habitants-dans-calvados.html


 

Voir enfin les analyses proposées par Laurent BEAUVAIS, président de région en Normandie, notamment au sujet de l'inquiétant décrochage démographique du département de l'Orne:

http://www.tendanceouest.com/actualite-89150-laurent-beauvais-et-les-chiffres-de-insee.html

 

Laurent Beauvais et les chiffres de l'Insee

16h53 - 30 décembre 2014 - par E.M

Le président bas-normand Laurent Beauvais réagit aux chiffres de l'évolution de la population, publiés ce début de semaine par l'Insee. Notamment sur la persistance de la baisse dans l'Orne.

Pour ce qui concerne la future « grande Normandie », 3 éléments sautent à ses yeux :

-Le Havre sera la ville la plus importante de notre région réunifiée, largement devant Rouen et Caen.

-Les Départements du Calvados et de l'Eure sont en croissance sensible.

-Enfin, le président de région s'inquiète de l'Orne, qui est le seul département normand en décroissance continue.

L'ornais Laurent Beauvais estime qu'il faut engager en urgence un diagnostic territorial collectif de l'Orne pour mieux analyser les causes de cette perte chronique d'habitants et regarder les possibles voies de redressement avec un bilan des infrastructures routières, ferroviaires, numériques. Il veut aussi jauger l'efficacité des regroupements intercommunaux, l'état de l'économie et de l'agriculture, de l'innovation et de la formation et les perspectives environnementales et patrimoniales de ce département.

Le président de région envisage une analyse complète et profonde de la situation ornaise à l'heure de la fusion des 2 régions normandes, mais aussi à celle des contrats pluriannuels qui vont être passés dans ce département entre 2015 et 2020, et qui vont associer les financements de l'Europe, l’État, la Région et des autres collectivités.