Et la question portuaire c'est avant tout le constat consternant de l'absence d'une politique maritime cohérente en France faute d'un lobby... normand pour la stimuler sinon la conduire.

L'un des enjeux les plus stratégiques, sinon le seul, au titre de l'intérêt général français, qui pourrait justifier le rétablissement d'une unité normande de commandement un tant soit peu autonome de la région parisienne, c'est la conduite en Normandie par des Normands de la politique maritime française et faire de la Basse Seine normande avec son estuaire et sa baie intégrés dans un réseau régional des ports normands, l'avant-port de l'Union européenne.

Voilà l'enjeu, voilà la perspective. Mais hélas, nous en sommes encore bien loin tant pour d'évidentes réalités concrètes (l'organisation logistique des ports normands reste très médiocre) que pour des questions culturelles d'administration et de vision des réalités maritimes, le second obstacle étant certainement plus grave que le premier!

Avec la création du GIE HAROPA en 2012 et la réforme portuaire de 2008, le colbertisme jacobin qui est le boulet de la marine française, a été enfin contraint de déguerpir un peu des quais des grands ports maritimes. Mais, en ce domaine comme dans tant d'autres, on reste au milieu du gué: les grands ports maritimes normands sont encore des joujous que l'on met dans les mains d'ingénieurs haut-fonctionnaires parisiens tandis que nos concurrents belges, néerlandais ou allemands, n'ayant jamais rompu avec une tradition locale ou municipale hanséatique remontant au XIIIe siècle, sont capables de faire mieux et plus vite que nos technocrates tout en se payant le luxe de faire vivre dans leurs ports et autour une authentique démocratie de la maîtrise d'usage, via les "ports center" et un débat public maîtrisé (ex: projet d'extension Maavlaskte 2 à Rotterdam).

Pour dire les choses clairement:

Un port contrôle son hinterland et non l'inverse.

En conséquence, le pilotage d'HAROPA doit être NORMAND: le siège exécutif d'HAROPA doit être en Normandie au Havre avec une antenne à Rouen (actuellement la stratégie commerciale et industrielle d'HAROPA se décide à Paris). HAROPA, avant-port européen doit s'appuyer sur un réseau d'avant-ports normands: Honfleur, Caen-Ouistreham, Cherbourg, Dieppe avec, à terme, la construction d'un réseau d'avant-port européen sur les deux rives de la Manche avec les ports anglais (qui sont saturés faute de foncier disponible) et le port de Dunkerque: l'AXE SEINE ne peut être que NORMAND et il doit se doter d'un avant-pays maritime que l'on appellera l'ESPACE MANCHE pour penser globalement l'aménagement et la gestion de la mer la plus fréquentée du Monde!

Afficher l'image d'origine

http://atlas-transmanche.certic.unicaen.fr/fr/page-432.html

L'espace Manche en 2050: le rêve déjà imaginé par le géographe caennais Pascal Buléon, si le lobby maritime normand se mettait enfin à l'oeuvre... dès maintenant!


 

  • La question maritime et portuaire fait son entrée timide dans une campagne électorale régionale bien médiocre...

L'émission de France 3 "la Voix est libre" du 14 novembre 2015 consacrée à la question maritime a été soufflée par les attentats terroristes de Paris. Enregistrée dans les locaux du Port center du Havre avec les représentants des principales listes avant ces tragiques événements, elle n'a toujours pas été diffusée à l'antenne! On trouvera néanmoins la vidéo intégrale de cette émission sur le site de FR3:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/emissions/la-voix-est-libre-basse-normandie

Le 11 novembre 2013 à Dieppe, Hervé Morin dans un meeting qui fit salle comble, annonçait la création d'un réseau régional des ports normands de Granville à Dieppe qu'il faudra associer aux GPM d'HAROPA (Les ports plus petits restant sous l'autorité du département). Cette idée de réseau régional des ports normands fait d'ailleurs consensus tant à droite qu'à gauche (Sébastien Jumel maire PCF de Dieppe et Nicolas Mayer-Rossignol, président du port de Dieppe).

R_seau_ports_normands

Le même jour, le parlement en Commission Mixte Paritaire (Assemblée Nationale et Sénat) décidait de rétablir le texte initial de la proposition de loi en cours d'examen législatif relative à l'organisation de la manutention dans les ports maritimes pour unifier et sécuriser les statuts des dockers en conséquence de la réforme de 2008:

Dockers

Le 12 novembre 2015, l'association "Normandie Axe Seine" invitait pour ses déjeuners rouennais, le consultant spécialisé en logistique portuaire Luc Lefevre pour dresser un état des lieux sans concession de la Normandie portuaire, quatre ans après la création du GIE HAROPA. Voir ci-après, le compte rendu des propos de Luc Lefèvre proposé par la lettre d'information Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1159

Haropa ports du Havre et de Rouen : le long chemin vers la performance

 Catherine Morin Desailly, Luc Lefèvre, Steeve Kowalski

Terrain. Accueillant Luc Lefèvre, l’intervenant du 7e déjeuner-débat de Normandie Axe Seine, Steeve Kowalski, président de l’association, « annonce la couleur » avec le thème du jour : « Haropa, les échecs d’hier, les perspectives et les réussites de demain ». Et d’ajouter : « Haropa est source d’espoirs, mais aussi de polémiques. » Le GIE rassemblant les Grands Ports Maritimes du Havre, de Rouen et le Port Autonome de Paris – et fusionnant déjà certains de leurs services – fait en effet plus que jamais face à la concurrence des ports de l’Europe du Nord, ainsi qu’au projet de canal Seine Nord Europe…

Luc Lefèvre, après une belle carrière en entreprises portuaires (SHGT, Seafrigo, SD’Log) est aujourd’hui consultant en logistique et opérations portuaires, et adjoint au maire de Sainte-Adresse. Lucide, il égrène les données révélatrices des « performances médiocres » des ports de l’axe Seine, en croissance depuis les années 80 mais en perte de part de marché, de 9,9% en 2001 à 8,6% en 2010, du fait d’une croissance, durant cette période, de 24% pour les ports d’Europe du Nord contre 8% pour ceux de l’axe Seine.

De 1985 à 2014 (une fois donc Haropa lancé), les tonnages du Havre et de Rouen plafonnent alors que ceux de Rotterdam, Anvers et Hambourg s’envolent. Les chiffres sont rudes, par exemple, en nombre de conteneurs traités : en 2014, 12,3 millions à Rotterdam, 9,7 à Hambourg (remarquable de progression), 9 millions à Anvers, contre 2,5 millions au Havre.

Nous ajouterons que près de quatre ans après la création d’Haropa, le tonnage conteneurisé au port du Havre est, sur les trois premiers trimestres de cette année 2015, en recul de 2,1% par rapport à septembre 2014…

Luc Lefèvre

Réforme appliquée mais professionnels exclus des conseils de surveillance

L’espoir, pour Luc Lefèvre, réside dans l’application de la réforme portuaire voulue en 2008 par le Président Nicolas Sarkozy : au Havre, à Rouen, le client a désormais comme interlocuteurs directs des opérateurs de terminaux portuaires privés rassemblant leur outillage, leurs grutiers, portiqueurs, et leurs dockers. On est toutefois encore loin, en France, de la « vision hanséatique et flamande, celle de ports issus des villes commerçantes et gérés par les collectivités locales avec primauté aux opérateurs privés », explique l’invité de Normandie Axe Seine. Pour lui,  la vision française est toujours colbertiste, avec des professionnels portuaires privés exclus des conseils de surveillance des ports, relégués dans des conseils de développement sans pouvoirs réels, tandis que les plans stratégiques sont irréalistes car élaborés sans concertation sérieuse avec les entreprises portuaires. D’où par exemple l’objectif officiel de 6 millions de conteneurs au Havre en 2020 !

Luc Lefèvre fait preuve d’une bonne volonté de respect des rôles de chaque grand port maritime normand. Martin Butruille, aujourd’hui enseignant à l’Union Portuaire Rouennaise, n’hésite pas à préciser : « Haropa n’a rien apporté au port de Rouen, lui a enlevé trois lignes régulières, alors que Rouen, qui n’exporte plus de céréales vers la Russie depuis longtemps, était parvenu à un trafic total record de 26 millions de tonnes en 2010 (NDLR : 26,7 millions de tonnes, et plus de 32 millions de tonnes en incluant le trafic fluvial), avant la fermeture de la raffinerie Petroplus. »

Paul Astolfi (Normandie Axe Seine), pour sa part, fait sourire en évoquant les propos sur Haropa de François Philizot, peu après la nomination de ce dernier, par le pouvoir actuel, au poste de délégué au développement de la Vallée de la Seine : « Nous avons là une opportunité de franchir une étape considérable »

Un terminal multimodal « sans aucun sens »

Au chapitre des erreurs commises malgré (ou avec) Haropa, Luc Lefèvre dénonce très clairement le terminal multimodal du Havre et le projet de canal Seine Nord. « Ce terminal multimodal à 139 millions d’euros n’a aucun sens, avec ses ruptures de charge qui coûtent 65 euros par conteneur ; en revanche, une chatière entre le port historique du Havre et l’estuaire est nécessaire. Quant au canal Seine Nord, c’est un mauvais coup porté aux ports du Havre et de Rouen, même si Rouen peut y trouver un certain intérêt céréalier. »

La conclusion revient à Paul Astolfi : « Normandie Axe Seine va poursuivre ses réflexions, sur les ports de Basse-Normandie aussi. La politique maritime de la France ne pourra pas se développer sans la Normandie et ses ports. Ce sont les Normands qui porteront ce projet. »

François Henriot

Atouts et attentes

Luc Lefèvre résume les atouts de Haropa :

- fiabilité retrouvée et reconnue par les armateurs, mais pas encore par les chargeurs

- système communautaire informatique performant et Douanes à l’écoute des besoins de l’économie portuaire

- des outils compétitifs : Port 2000 et le complexe céréalier rouennais.

Il liste les attentes des acteurs portuaires:

- une politique de l’Etat favorable aux ports (LNPN, accès fluvial à Port 2000)

- une fusion réelle des trois ports de Haropa (NDLR : question furtivement évoquée en fin de déjeuner…)

- une gouvernance prenant en compte les collectivités territoriales, dont la nouvelle région Normandie.


  •  La rédaction de l'Etoile de Normandie a pu se procurer les diapositives de la présentation proposée par Luc Lefèvre: nous en publions ci-après les plus significatives agrémentées des remarques et commentaires de Florestan qui ne manqueront pas de souligner le propos!

le_vrai_faux_axe_Seine

_a_devrait__tre_l_inverse

Grands_Ports_M_diocres

Fluctuat_et_Mergitur

Ploukistan_sur_Mer

causes_cons_quences

pas_si_autonome_que__a

Vive_la_Hanse

Colbert_sur_Mer

Le_jacobinisme___la_baille

Chacun_pour_soi

Le_port_de_Paris_c_est_Paris

Harbours_of_Paris

Maman_les_petits_bateaux_etc

Hypoth_que_SNE

Paris_n_est_pas_encore_un_port_normand

merci_M_Thomas

sncf_port_2100

parts_de_march_

la_bataille_des_ports

r_quisitionner_les_bateaux_mouches

conclusion