Sur l'Etoile de Normandie, on connaît bien l'animal... Dominique Gambier, maire socialiste de Déville-lès-Rouen et vice-président du ci-devant Conseil Régional de Haute-Normandie fut un opposant farouche à toute idée d'unité normande à l'époque qui nous parait déjà lointaine du stalinisme levernien (1998 - 2013).

Afficher l'image d'origine

Ce vieux briscard tient lui aussi un blog toujours stimulant pour la réflexion normande car ce n'est pas avec des émoliants que l'on peut penser fortement: la brosse à rebrousse poil c'est plus pertinent que la brosse à reluire.

Mais la critique d'une critique critique (comme dirait Kant) doit accepter la critique... Dans l'analyse qui suit proposée par Gambier, on ne pourra ne pas s'empêcher de penser qu'il s'agit surtout d'une tentative de recyclage du vieil argumentaire anti unité normande désormais mis au service de cette dernière pour faire apparaître, néanmoins, une idée essentielle, importante:

Il ne faut pas confondre unité et fusion... En tout cas, inutile de chercher la moindre effusion normande chez Monsieur Gambier dont une certaine forme de lucidité pourrait renvoyer au coeur même d'une identité normande dont il refuse d'admettre l'existence...


 

http://dominiquegambier.fr/2015/11/regionales-la-normandie-on-laime-les-fusions-on-les-redoute/

Régionales : La Normandie on l’aime, les fusions , on les redoute !

wLaUYsK7PhDt2hcfenk640WAiWjYsYcQIIRzEtAtAQwOk5GGPZw8NMKk5QWw9iVI-fotolia-88973713-subscription-xxl-s-

Le sondage récent sur les régionales  montre à l’évidence une certaine déconnexion dans l’opinion entre la Normandie et le processus de  fusion  des deux régions, processus dont peu d’habitants perçoivent  les conséquences.

La Normandie , tout le monde connaît et les normands sont fiers de s’en réclamer ; elle a une existence historique et une notoriété dans le monde ; La Normandie fait sens ! Quoi de plus normal dès lors que les électeurs  adhèrent , selon les sondages, plus positivement au nouveau découpage en Normandie, qu’ailleurs

Mais la campagne des régionales ne consiste pas seulement à vanter la Normandie c’est aussi aujourd’hui un processus de fusion dont les habitants mesurent mal encore ce qu’il signifie. D’où par exemple, les réserves, et les appréciations très contrastées, qui apparaissent dans ces mêmes sondages, quand on parle du choix de la capitale (Rouen) moins consensuel que dans les autres régions :Si Rouen est un choix qui satisfait 78% des Hauts-Normands, il ne satisfait que 15% des Bas-Normands qui auraient certainement marqué une préférence plus nette pour Caen.

(commentaire de Florestan: encore la peine capitale! "Mal nommer les choses c'est ajouter du malheur au monde" disait Albert Camus)

L’enjeu du prochain mandat c’est justement de réussir ce processus de fusion, d’en parler et pas seulement de surfer sur le mot Normandie: le silence sur les modalités ou les conséquences de la fusion est pesant!  Les surprises viendront après !

(Commentaire de Florestan: Gambier a raison!)

Il ne faut pas cacher les difficultés qui vont apparaître, pour dire comment les surmonter, et ne pas mener une campagne à l’ancienne en proposant des actions (dépenses) nouvelles sans dire comment on les finance. L’élargissement d’une politique qui marche à l’autre région va déjà être coûteuse. La situation financière des finances publiques ne permet pas d’étendre systématiquement les politiques qui existent dans une région à l’autre région: la fusion ce n’est pas l’ajout des politiques mais leur recomposition : comment s’harmoniseront par exemple, les dotations des lycées, les bourses? Il y aura nécessairement des « plus » et des « moins » : qui l’explique? A force de ne pas dire la vérité avant , on risque de créer des désillusions après ! Le projet Normand ne peut être la somme des politiques  de Haute et Basse Normandie

(Commentaire de Florestan: Gambier a raison mais il oublie de dire que le projet normand sera supérieur à la somme des politiques HN BN qui se sont stupidement ignorées depuis plus de 30 ans...)

Les  candidats sont bien flous sur organisation de la future collectivité : 2 sièges? Quelles localisation des services? Si tout ne peut être dit, le silence inquiète et  comme disait Martine Aubry  « Quand c’est flou, il y a un loup » !

(Commentaire de Florestan: nous avons toujours dit ici que le futur CR de Normandie gardera une abbaye caennaise et une caserne rouennaise)

On a justifié devant le parlement, les fusions par des sources d’économie; pour ma part je n’y crois pas ! Peut-on essayer de tenir sur cette question un discours de vérité ?

(Commentaire de Florestan: Gambier a raison en général mais tort sur le cas normand. C'est la pleine reconnaissance de l'évidence normande qui va générer à terme des économies importantes en raison d'une efficacité plus importante encore. Dixit le rapport EDATER en 2008)

La collectivité  régionale doit garder un rôle stratégique et ne pas saupoudrer ses moyens; il faut répondre à l’inquiétude que l’on ressent face à la grande région qui réduit la proximité : comment  y répondre de façon précise, sans retourner à une « cantonalisation » de la région qui réintroduirait le conseiller territorial.

(Commentaire de Florestan: Gambier sous-estime les qualités de la géographie normande. Le maillage des pays et des villes moyennes normandes pousse à mettre en oeuvre un véritable esprit "fédéraliste normand".)

La loi notre supprime la compétence générale des régions: il faudra bien expliquer l’impact sur les financements croisés, sur les politiques actuelles, et les contrats de territoire.

(Commentaire de Florestan: Gambier doit dire toute la vérité sous peine de mentir. La région voit le périmètre de ses compétences exclusives grandir notamment sur toutes les compétences stratégiques pour l'avenir et l'aménagement du territoire)

Les Programmes  européens des deux régions sont très différents et, de façon paradoxale, le resteront jusqu’en 2020. Il appartiendra à la nouvelle région de gérer ces deux Programmes et surtout d’apporter les contreparties nécessaires sans pour autant créé des distorsions entre les acteurs ( entreprises, chercheurs, agriculteurs…) des deux territoires  de Haute et Basse Normandie.

(Commentaire de Florestan: Gambier! La faute à qui? La faute à un certain... Alain LEVERN !)

Une campagne électorale c’est aussi fait pour expliquer ce que l’on veut faire, pas nécessairement pour multiplier les promesses auxquelles nos concitoyens, conscients des contraintes financières, croient de moins en moins !

(Commentaire de Florestan: En imposant l'unité normande aux Fabiusiens Haut-normands, François Hollande est capable de réaliser en 2014 des promesses qu'un candidat à la présidence de la République en 2012 n'avait pas cru bon devoir faire. Comme quoi, Monsieur Gambier ! tout arrive...)