Depuis le 8 mars dernier et jusqu'à la fin du mois d'avril 2016, nous voici dans le feu du débat public à l'occasion de l'enquête d'utilité publique sur la réalisation de la rocade ferroviaire fret Nord-Est pour désenclaver le Grand Port Maritime du Havre en direction de la région parisienne: le projet consiste en la réhabilitation, la modernisation et la sécurisation de ligne SNCF Motteville- Montérolier-Buchy- Serqueux- Gisors pour permettre aux futurs convois de fret ferroviaire massifiés d'éviter le goulet d'étranglement de la rive droite de Rouen avec ses tunnels, la gare voyageurs de la rue Verte et le pont d'Eauplet par lequel tous les trafics ferroviaires vers Rouen et Le Havre transitent!

Afficher l'image d'origine

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3121003/ligne-serqueux-gisors--l-autorite-environnementale-demande-de-revoir-la-copie

L'idée plus fondamentale de ce projet porté depuis 2009 avec "volontarisme" (pour ne pas dire plus...) par un certain Alain Le Vern dans la seule logique du corridor Haute-Normandie- Ile-de-France (quand on a des oeillères...) est d'établir, enfin, une connexion ferroviaire "robuste et sécurisée" entre le GPM du Havre et le principal morceau de son hinterland logistique et commercial: les 12 millions d'habitants et les entreprises de la Région parisienne, face à la concurrence routière et ferroviaire venue du Nord depuis les ports de la Rangée Nord européenne (Anvers, Rotterdam, Hambourg, Brême... mais aussi Dunkerque).

L'ouverture prévue pour les années 2020 du futur canal au grand gabarit européen "Seine Nord" entre l'Oise et la Meuse au Nord devrait accentuer cette concurrence sur un marché parisien de la logistique pour l'instant détenu à un peu plus de 50% par les opérateurs du GPM du Havre. Si rien n'est fait pour améliorer la connexion ferroviaire entre Le Havre et la région parisienne, le premier port français pourrait être un port municipal belge, Anvers, en l'occurrence... La marche de progression de RFF ou de SNCF Réseaux (dont le patron a récemment démissionné...) est donc considérable avec à peine 3% des conteneurs débarqués au Havre qui sont évacué vers l'amont par le rail (ils nous avaient promis lors de l'ouverture de Port 2000... 25% des conteneurs débarqués)!

Bon! On va arrêter ici cette complainte que vous connaissez tous car elle commence sérieusement à devenir... agaçante!

Car, ce qui n'est toujours par clairement traité par SNCF Réseaux et par les promoteurs institutionnels du "Serqueux-Gisors" ce n'est pas, justement, le "Serqueux-Gisors"! Mais le... "Gisors- Conflans- Grande Ceinture de Paris"!

Ci-après, quelques images de l'état actuel de la "petite ceinture ferroviaire" de Paris qui, très symboliquement, vous permettront de juger de l'intérêt des autorités publiques de la Région parisienne (Etat central et la SNCF; Région Ile de France; Ville de Paris ou autres grandes collectivités...) pour les questions de logistique ferroviaire puisque l'essentiel des activités logistiques nécessaires au fonctionnement du ventre du Grand Paris se fait par la route et se concentre autour de... GARONOR.

S'il s'agit de diriger par le rail et par convois massifiés les conteneurs du Havre vers Paris, on ne sait toujours pas clairement par quel itinéraire et sur quelle plateforme terminus au Nord-Ouest de Paris, en amont de la frontière normande du Vexin!

Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour  

Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour      

Résultat de recherche d'images pour            Résultat de recherche d'images pour      

Afficher l'image d'origine

Manifestement, Anne Hidalgo comme la plupart des Parisiens, n'ont jamais vu de près un... conteneur!

http://www.paris.fr/actualites/petite-ceinture-la-reconquete-continue-2265

Cette incertitude, en absence d'une vision globale du projet agace tout particulièrement les élus du Val-d'Oise qui se joignent désormais à la colère des élus normands du Pays de Bray qui dépasse la simple posture "Nimby" (Not In My Back Yard) quand il s'agit de subir un projet d'ingénieurs sans véritable maîtrise d'usage démocratique pour imposer aux habitants de longs détours routiers pour franchir la future ligne fret suite à la suppression de dizaines de passages à niveau pour des raisons élémentaires de sécurité...

Ainsi, en juillet 2015 les élus du conseil municipal de Pontoise avaient-ils déjà voté une motion contre un Serqueux-Gisors normand qui se perd dans le Vexin français avec tout un cortège de nuisances pour les riverains "impactés"...

http://www.gazettevaldoise.fr/2015/07/20/la-ville-de-pontoise-vote-une-motion-contre-le-passage-du-fret-ferroviaire/

Voir aussi, la position calibrée au milimètre des écologistes de Pontoise (EELV) en mai 2015 (amusant...)

http://cergy-pontoise.eelv.fr/2015/05/18/reouverture-au-fret-de-la-ligne-serqueux-gisors/

Alors? Le projet de Serqueux-Gisors serait-il si utile que cela? N'y aurait-il pas des solutions alternatives plus efficaces pour renforcer la connexion logistique entre la région parisienne et le GPM du Havre? N'y aurait-il pas, non plus, d'autres urgences logistiques que celle de promener des trains dans le Vexin qu'il soit normand ou français?

Ne penser qu'en terme de corridor logistique Haute-Normandie-Ile-de-France comme au temps du borgne Le Vern n'est plus d'actualité: l'unité normande nous oblige désormais à avoir une vision plus large du potentiel logistique de notre région...

1) Il serait peut-être plus judicieux et plus urgent d'améliorer les équipements nautiques du port du Havre et de ce grand canal naturel qu'est la Seine elle-même avec la modernisation et l'aggrandissement des écluses à Tancarville, au barrage de Poses ainsi que les capacités du port fluvial de Paris-Gennevilliers (qui est dans Haropa). Il serait judicieux que les barges fluvio-maritimes puissent pénétrer directement dans la darse de Port 2000 depuis l'intérieur du port du Havre plutôt que de débouquer la baie de Seine en aval du Pont de Normandie... (projet de chatière).

2) Il serait peut-être plus judicieux de renforcer cette capacité logistique de la Seine en déconcentrant GARONOR au plus près des GPM du Havre et de Rouen avec la création, en bordure de Seine de plusieurs plateformes logistiques multi-modales et d'éclatement ou de valorisation des marchandises en ouvrant les conteneurs dans l'hinterland le plus immédiat des GPM de la Basse Seine normande pour éviter le syndrome vaches normandes regardant passer les conteneurs... C'est la logique de transformer la Basse Seine normande en véritable "gateway" logistique.

3) Il serait peut-être plus judicieux de créer les rocades de fret ferroviaire vers des horizons logistiques plus pertinents que la seule connexion privilégiée avec la région parisienne (qui se fait naturellement avec le fleuve avec une capacité d'emport plus grande et des nuisances minimales): l'Europe centrale via Amiens, Tergnier et Metz (suivant en cela le corridor européen proposé par le programme "Weastflows") et l'axe "Plantagenêt", à savoir le désenclavement ferroviaire du GPM du Havre par la rive Sud de l'estuaire, la plateforme de la gare de Mézidon-Canon en direction de Tours-Bordeaux et l'Espagne, moyennant le projet d'un franchissement sous-fluvial de l'estuaire par caissons immergés proposé ici-même sur l'Etoile de Normandie qui pourrait, en outre, être l'une des pièces maîtresses d'un futur schéma régional normand des transports (fret et voyageurs) pour interconnecter les agglomérations de Caen, Le Havre et Rouen dans les années futures... (retour, en quelque sorte, au Scénario C évoqué lors du débat public sur la LNPN durant l'hiver 2011).

4) Enfin, on pourrait faire cette voie ferroviaire du blé pour connecter la Beauce au premier port européen exportateur de céréales, à savoir le GPM de Rouen qui sera bientôt accessible aux navires de plus de 180 000 tonnes après le dragage du chenal de la Seine.

http://www.haropaports.com/sites/haropa/files/newsletter/newsletter13fr.html


En attendant, vous avez le droit de vous ennuyer à la lecture d'une certaine propagande officielle:

  • Par exemple, celle du groupe socialiste au conseil municipal de Rouen qui soutient sans nuance un projet jadis lancé par Alain Le Vern:

Motion présentée par le groupe des élus socialistes et apparentés

 Conseil municipal du lundi 21 mars 2016

Liaison fret Serqueux-Gisors : une priorité pour Rouen et la Normandie

Au moment où le gouvernement a fait de la compétitivité des ports français une priorité, avec l’ambition partagée de faire de la France une grande porte d’entrée maritime de l’Europe valorisant ses places portuaires et ses grands axes fluviaux logistiques, la modernisation de la ligne Serqueux-Gisors est un élément majeur pour l’axe de la Seine, le GIE Haropa et ses 55 000 emplois, la Normandie et notre ville.

L’enquête publique sur la modernisation de cette ligne se déroule actuellement, jusqu’au 26 avril 2016. Inscrite et financée dans le contrat interrégional de la Vallée de la Seine, signé en 2015, elle doit permettre d’augmenter la part du fret ferroviaire des ports de l’axe Seine. Cette ligne permettra en effet d’offrir de la capacité supplémentaire pour les trains de marchandises entre les ports normands, la région parisienne et l’Ouest de l’Europe.

Du fait de la croissance du transport de voyageurs et des travaux de rénovation du réseau, l’itinéraire Rouen-Paris n’a plus, aujourd’hui déjà, les capacités suffisantes pour écouler le trafic entre Rouen et Paris et sera totalement saturé en 2018. Afin que les Grands Ports Maritimes de Rouen et du Havre ne soient pas pénalisés et puissent se développer en comptant sur une desserte ferroviaire de qualité, il est indispensable de disposer d’un itinéraire alternatif à cet horizon.

En créant un nouvel itinéraire fret pour renforcer la desserte ferroviaire du port du Havre, il offrira donc au port de Rouen une capacité supplémentaire de développement. Cette ligne Serqueux-Gisors, remise en état en 2012-2013, accueille de nouveau des TER et est prête à être modernisée pour le fret. Il s’inscrit dans la continuité du contournement fret du Nord de Rouen rouvert en 2008 entre Motteville et Montérolier-Buchy.

C’est l’avenir du report modal et donc de l’élargissement de l’hinterland des grands ports maritimes du Havre et de Rouen qui est en jeu. C’est enfin pleinement en cohérence avec les engagements pris par la France lors de la Cop21. Rappelons qu’un train équivaut à 50 camions. L’enjeu des transports ferroviaires est, pour Rouen et sa Métropole, primordial pour leur développement. Il en va du dynamisme, de l’attractivité et de la qualité de vie de notre territoire.

Par la présente motion, le Conseil municipal de Rouen affirme son soutien au projet de modernisation de la ligne Serqueux-Gisors, projet garant de l’attractivité de notre territoire, de son dynamisme et aussi, élément central, de son accessibilité.

 

  • Mais vous avez surtout le droit et le devoir de participer directement à l'enquête d'utilité publique en tant que citoyen soucieux de l'avenir même de la Normandie:

http://www.seine-maritime.gouv.fr/Actualites/Enquete-publique-Modernisation-de-la-ligne-ferroviaire-Serqueux-Gisors

 


 

  • Lire aussi la feuille d'information "Normandie XXL" sur l'urgence de participer à l'enquête d'utilité publique pour ne pas laisser le champ libre aux seuls opposants:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1379

Serqueux – Gisors, l’enquête publique est en cours, c’est le moment de vous manifester

Dernière mise à jour 20/03/2016 Document Préfecture de Normandie

Economie. La rénovation et l’électrification de la ligne de chemin de fer entre Serqueux en Seine-Maritime et Gisors dans l’Eure, conditionne largement l’expansion du port du Havre et par là même de toute la Normandie. Comme le rappelle Francis Saint Ellier président de l’association pour la promotion de la LNPN : « selon les chiffres de l’INSEE, les zones industrialo-portuaires seraient à l’origine de 135.000 emplois dont 55.000 en Normandie et 80.000 en Ile de France. La création de nouveaux emplois doit être un enjeu majeur pour les 2 régions. »

L’enquête publique est désormais en ligne depuis le 8 mars et jusqu’à la fin avril et vous pouvez y accéder en cliquant ici. Vous trouverez aussi sur le site la liste de toutes mairies où les dossiers peuvent être consultés (cinq départements sont concernés outre les deux nommés ci-dessous : Oise, Val d’Oise et Yvelines).

Ne touchez pas à mon confort !

En ce 20 mars, 133 messages figurent sur le site, qui sont négatifs à 95%. Les personnes évoquent leurs craintes de nuisances sonores nocturnes, la destruction de certains paysages, la coupure d’une localité par le passage de la ligne. La destruction d’une prairie émeut les membres du Happy Horse Day, une association de protection des chevaux handicapés, crainte de disparition aussi pour la « Grange » un de lieu de rassemblement de créateurs artistiques.

Un peu plus de vision d’ensemble arrive avec les usagers de la RN31 encombrée de poids lourds et dans ce cas la participante dit « oui au trafic ferroviaire si et seulement si cela soulage incontestablement la RN31. »

Trois personnes émettent des avis franchement positifs en soulignant leur expérience d’un bon sommeil auprès d’une voie ferrée, en rappelant que lors d’incidents techniques le trafic a déjà été détourné dans le passé par cette voie sur une longue période et que personne ne s’en est plaint. On demande par contre plus de précisions à SNCF Réseau quant au nombre de trains, quant au calendrier des travaux etc.

Le Havre : une course contre la montre

Catherine Troallic, députée de Seine-Maritime dans un copieux document rappelle que « le transport combiné est un enjeu stratégique pour le développement du complexe industrialo-portuaire havrais et que la modernisation de la ligne Serqueux-Gisors y est essentiel »

Le port du Havre est pris dans une course contre la montre avec d’un côté :

« Les ports du Nord de l'Europe (qui) détiennent une culture forte du fluvial et du ferroviaire et sont en avance sur les ports français dans le développement de la multimodalité: la part du fluvial et du ferroviaire du port d'Anvers s'élève à 45%, celle du port de Rotterdam à 43%, quand celle du port du Havre n'est que de 14% (rail: 5% et fluvial: 9%).avec l’essor des ports de la mer du Nord »

D’un autre côté elle constate à regret

« La construction du futur Canal Seine-Nord-Europe, qui, au delà des postures partisanes de certains, a suscité des inquiétudes légitimes et a porté un coup dur à la communauté portuaire havraise. Si nous ne voulons pas que la construction du Canal favorise uniquement les ports du Nord au détriment des ports français, et en particulier celui du Havre, nous devons très rapidement tout mettre en œuvre pour le développement de l'Axe Seine, et la modernisation de la ligne Serqueux-Gisors en est un élément essentiel ».

L’association pour la LNPN s’engage

Aussi le président Saint Ellier a-t-il envoyé un courrier à Serge Cramoisan, Président de la commission d’enquête pour lui rappeler le soutien de l’association à cette réalisation :

« La réalisation des travaux de modernisation de Serqueux-Gisors représente un enjeu majeur pour favoriser le développement des ports du Havre, de Rouen et de la région Ile de France et ainsi favoriser la création d’emplois, elle contribue par ailleurs à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. »

Au nom de l’Association Pour la Promotion de la LNPN, nous émettons un avis très favorable à la réalisation des travaux de modernisation du tronçon Serqueux- Gisors. »

Si vous souhaitez le développement économique de la Normandie il est temps d’aller voter en ligne et de ne pas laisser la place uniquement à une vision craintive et souvent égoïste de la situation.


 

  • Lire enfin, la prise de position de l'Association de promotion de la LNPN sur ce dossier essentiel:

Monsieur Serge CRAMOISAN

Président de la commission d’enquête

Préfecture de Seine-Maritime

7, place de la Madeleine CS16036

76036 Rouen Cedex

                                                                                                 

                                                                                                  Caen, le 8 mars 2016

 

Objet : projet de modernisation de la ligne Serqueux-Gisors

Monsieur le Président,

L’Association pour la Promotion de la LNPN a été créée il y a plus de 6 ans. Elle comprend les CESER des régions Ile de France, de Normandie, des Chambres Consulaires des mêmes régions, des organisations patronales et de salariés, des associations d’usagers et des particuliers. Son rôle est de favoriser la réalisation de la LNPN dans les meilleurs délais, dans le respect des services et des performances prévues lors du débat public.

L’association participe à l’enquête publique  car un des enjeux de la LNPN est de libérer des sillons pour le développement du fret ferroviaire qui est une des conditions du développement des ports du Havre et de Rouen face à la concurrence des ports du Nord de l’Europe.

Quels sont les principaux enjeux de la modernisation de la ligne SERQUEUX –GISORS ?

1-Le développement des ports d’HAROPA

Les ports du Havre et de Rouen sont en concurrence directe avec ceux du nord de l’Europe, (Anvers, Rotterdam, Hambourg…). Les modes de transport massifiés utilisés par ces derniers (fluvial et ferroviaire) représentent prés de 40 % de leur activité contre seulement 15 % pour les ports normands avec une part ferroviaire de l’ordre de 4 %. Par ailleurs cette part n’a cessé de baisser de puis 1998.

2- Les spécificités des ports de Rouen et du Havre

Le port de Rouen est le premier port européen pour l’exportation de céréales, qui représentent environ la moitié des trafics du port (sur un total annuel de 20 millions de tonnes).  

Le port du Havre est le premier port français pour le trafic de conteneurs. Ainsi, en 2014, ce sont, 2,55 millions de conteneurs qui ont transité par le port du Havre  (1, 28 million à l’import et 1, 27 million à l’export). Prés de la moitié des conteneurs importés alimente la Région Ile de France.

Ces chiffres sont appelés à croître si la Normandie veut pleinement profiter de sa situation géographique.

3- Le développement des activités portuaires  est générateur d’emplois.

Selon les chiffres de l’INSEE, les zones industrialo-portuaires seraient à l’origine de 135 000 emplois dont 55 000 en Normandie et 80 000 en Ile de France. La création de nouveaux emplois doit être un enjeu majeur pour les 2 régions.

4- Le transport ferroviaire contribue au développement durable

Les transports routiers contribuent aux émissions de gaz à effet de serre. La réalisation du projet permettrait  de retirer 200 000  camions des routes soit 4 millions de tonnes de gaz à effet de serre en moins.

5- SNCF réseau devra prendre toutes les mesures permettant une acceptabilité pour les habitants.

Les réunions publiques qui ont eu lieu ont mis en évidence des craintes des habitants en matière de troubles sonores et concernant les gènes que pourraient occasionner la suppression de passages à niveau. SNCF Réseau aura à réaliser les investissements permettant les traitements de ces éventuelles nuisances afin que la modernisation du tronçon Serqueux-Gisors puisse être réalisée.

La réalisation des travaux de modernisation de Serqueux-Gisors représente un enjeu majeur pour favoriser le développement des ports du Havre, de Rouen et de la région Ile de France et ainsi favoriser la création d’emplois, contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Au nom de l’Association Pour la Promotion de la LNPN, nous émettons un avis très favorable à la réalisation des travaux de modernisation du tronçon Serqueux- Gisors.

Vous remerciant de bien vouloir prendre en compte notre avis,

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l’expression de nos sentiments très respectueux.

 

                                                                                                Francis SAINT-ELLIER

                                                                   Président de l’Association pour la Promotion de la LNPN


Commentaire de Florestan:

Tout ce qui peut permettre le désenclavement logistique du GPM du Havre est bon à prendre. Mais l'Axe SEINE nous paraît plus fiable que l'AXE SNCF pour conforter la liaison logistique privilégiée entre la Basse Seine normande et la région parisienne.

Afficher l'image d'origine