Pendant que des élus vendéens mythomanes, un tantinet réactionnaires, mettent en scène le retour de l'Anneau de Jeanne dans l'écrin ruiné d'un château et d'un parc d'attractions que la Pucelle d'Orléans n'a jamais connus, la Normandie, forte de son évidence et riche d'un patrimoine historique prestigieux placé sous l'oeil vétilleux des historiens et des spécialistes depuis plus de deux siècles, pourrait devenir la région française pilote de "l'histoire publique", ce concept déjà bien pratiqué dans les pays anglo-saxons qui consiste à mener les projets de valorisation et de vulgarisation de la culture et du patrimoine historiques à partir des travaux de recherche des historiens et archéologues scientifiques dans une logique participative avec le grand public:

Il ne s'agit pas d'offrir au public des disneylands en carton pâte livrés clefs en mains mais d'organiser avec les publics, les bénévoles, les élus des spectacles, des reconstitutions, des animations, scénographies, muséographies ou des imageries (films, vidéos, numérique d'immersion) mettant en valeur un patrimoine historique passé ou toujours présent.

  • Exemple à Deauville avec des démonstrations de cavalerie médiévale proposées tout ce week-end pascal:

Normandie_histoire_publique_m_di_vale