L'unité normande commence à être utilisée par les acteurs de la société civile régionale qui redécouvrent l'évidence: quand on se rassemble dans un cadre cohérent, clairement reconnu par tous avec une vision commune des objectifs à atteindre et des combats à mener, dans le cas d'une lutte syndicale ou politique, on est plus efficace, plus fort, plus entendu que si chacun reste chez soi dans son petit coin: le localisme égoïste et frileux qui était le principal symptôme social de la division normande n'est donc pas une fatalité!

Ainsi, sur la question importante en terme d'attractivité, de rayonnement de la Normandie mais aussi en terme de services publics rendus à la population, de l'enseignement artistique et musical, alors que les personnels du conservatoire à "rayonnement régional" de Caen La Mer (ou l'amer... c'est selon) s'interrogent vivement sur leur avenir face à la substitution du "gouvernement des Hommes par l'administration des choses" (Saint Simon) qui est en cours, l'idée d'un rapprochement avec le conservatoire à "rayonnement régional" de Rouen est à l'étude... Loin de tout clochemerle touillé par une certaine mauvaise presse quotidienne régionale:

  • A lire dans Ouest-France, justement...

http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/conservatoire-une-lettre-ouverte-suite-aux-declarations-du-maire-4187539

Conservatoire. Une lettre ouverte à la suite des déclarations du maire

Le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen a diffusé une lettre ouverte, pour

Le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen a diffusé une lettre ouverte, pour "apporter quelques précisions" et contester certaines déclarations du maire.

À la suite des déclarations de Joël Bruneau, maire de Caen et président de la communauté d’agglomération, dans un courrier daté du 17 avril 2016, le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen a souhaité réagir dans une lettre ouverte datée du 22 avril.

Selon le collectif, "un certain nombre d’éléments avancés dans la lettre justifient une légitime inquiétude". Par exemple ? "La mise en place d’un schéma d’agglomération en faveur du développement des enseignements artistiques, en lien avec l’ensemble des collectivités impliquées sur cette offre, afin de parvenir à une structuration cohérente", annoncée par Joël Bruneau.

Une mutualisation des enseignements ?Pour le collectif, cela signifie "la possibilité d’une mutualisation des enseignements artistiques sur les 35 communes de Caen-la-Mer." Ce qui entraînerait une harmonisation tarifaire "sans doute au désavantage des élèves et des familles", regrette le collectif.

Dans sa lettre, Joël Bruneau explique que le budget global rapporté à l’élève inscrit à Caen est "significativement plus élevé que bien d’autres conservatoires à rayonnement régional."

Une annonce que le collectif conteste. "Ces chiffres sont contredits par un document émanant de Caen-la-Mer daté de 2014, qui évalue ce coût à 3 340 €. Depuis 2014, les budgets ont baissé et les effectifs augmentés."

Un collectif pour l'enseignement artistique normand ?Ce mardi 26 avril, le Conservatoire de Caen a reçu le soutien d’une vingtaine d’établissements de l’agglomération rouennaise. "À travers une lettre, signée par l’intersyndicale, les personnels ont également appelé à une convergence des luttes à travers la création d’un Collectif pour l’enseignement artistique normand", mentionne le communiqué envoyé, hier, par le collectif des personnels du Conservatoire-Orchestre de Caen.


 Commentaire de Florestan:

L'avenir ne pourra être assuré que dans une montée en gamme des propositions de l'enseignement artistique musical en Normandie: le chemin vers une labelisation "scène nationale d'opéra" pour mettre en réseau le théâtre de Caen et l'opéra de Rouen avec un pôle supérieur d'enseignement musical risque d'être encore très long si les élus locaux peinent à comprendre la nuance entre un investissement et une dépense!

Mais on s'interrogera surtout sur la dimension plutôt corporatiste de cette mobilisation de professeurs de musique qui sont avant tout des fonctionnaires territoriaux qui font tourner un orchestre maison à coup d'heures complémentaires et de supplétifs touchant des cachets non déclarés au moment où les intermittents du spectacle sont mobilisés pour sauver une fois de plus leur régime spécial face au MEDEF, seul régime salarial où la précarité du travail est totalement sécurisée...

Pourquoi ne pas recruter des musiciens professionnels supplémentaires à l'orchestre régional de Normandie pour en faire l'orchestre symphonique régional permanent et rayonnant partout en Normandie?