Nous étions présents au titre de l'Etoile de Normandie au Théâtre des Arts de Rouen, avec au moins 1000 personnes selon les organisateurs, (800 selon la police Ouest-France) pour la soirée de lancement de la Mission Attractivité Normandie:

Résultat de recherche d'images pour

L'ambiance était très positive. Le printemps normand se confirme: les grincheux, les défaitistes anti-normands ont définitivement perdu la main et il était heureux qu'une telle réunion puisse se tenir à Rouen, notre métropole normande, dans un opéra qui ambitionne d'en finir avec le "trou normand" en terme de scène nationale, car la promotion de la Normandie est toujours à faire, notamment à Rouen où l'on découvre enfin qu'il y a une alternative normande à la noyade définitive dans un tuyau séquanien branché sur la mégalopole parisienne.

A ce sujet, Hervé Morin a chaleureusement remercié la présence à la soirée de la puissance invitante, Frédéric Sanchez le président PS de la Métropole de Rouen qui était présent au premier rang aux côtés d'Yvon Robert le maire socialiste de Rouen et de Valérie Fourneyron, la députée socialiste de Rouen à qui il a été assuré que le mouvement sportif normand sera pleinement associé à la démarche d'attractivité régionale.

DSC_0919

Sur la scène, de gauche à droite aux côtés des élus Marie-Agnès Poussier-Winsback, Philippe Augier et Hervé Morin les grands témoins du rayonnement international de la Normandie furent invités:

Alain CRIBIER, médecin et professeur en cardiologie a mis au point un procédé révolutionnaire de valve cardiaque artificielle qui fait dorénavant la réputation mondiale du CHU de Rouen. C'est le horsain typique: venu depuis Paris faire chez nous son internat avec la furieuse envie de repartir, il avoue être tombé amoureux de la Normandie au point de finir chacune de ses conférences à l'étranger avec une image de la cathédrale de Rouen.

Sophie POIREY, universitaire et unique chargée de cours au monde de droit normand à l'université de Caen a révélé au public de la soirée que le droit normand était une réalité toujours vivante notamment dans les îles anglo-normandes et que cette tradition juridique inestimable avive la curiosité intellectuelle de dizaines d'étudiants venant à Caen du monde entier. L'étude du droit normand intéresse désormais de plus en plus de professionnels du droit et sa promotion va faire l'objet d'une coopération renforcée entre les trois universités normandes. Enfin Sophie Poirey porte depuis 2013 le projet d'inscrire le droit normand au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Michel ONFRAY, philosophe, créateur de l'université populaire de Caen depuis 2002, sa famille étant présente en Normandie depuis Mille ans, démontre que l'on n'est pas obligé d'être à Paris pour réaliser un travail intellectuel ayant un rayonnement national. Il porte le projet d'une université populaire normande et internationale. Tout en rappelant la triste évidence que les "Normands ne s'aiment pas assez" (après tant d'années passées à se méconnaître dans la division régionale), le philosophe a fait référence au "girondinisme libertaire", pour esquisser les éléments d'un projet politique normand aux antipodes des avanies actuelles d'un système politique français à bout de souffle trop accroché au centralisme parisien.

Valérie LEGUERN-GILBERT présidente de la société MAUVIEL qui fabrique depuis plus de 7 générations à Villedieu les Poëles les meilleures batteries de cuisine du monde a témoigné du fait que la Normandie était connue dans le monde entier, que du Monde entier montait le besoin d'un retour à la qualité, à l'authenticité, à la sérénité s'appuyant sur des "valeurs". L'entreprise Mauviel labellisée, "entreprise du patrimoine vivant" a, ainsi, remporté le marché de l'entretien de la batterie de cuisine du palais de l'Elysée.

Il est, en effet, important de souligner que la promotion globale de la Normandie dépasse de loin une banale opération de marketing territoriale:

c'est aussi une démarche culturelle, voire une opération politique (au sens noble du terme) de reconstruction d'un espace vécu normand et d'une véritable société régionale active et opérationnelle qui veut reprendre la main sur son destin en sortant du défaitisme, de la méprise et du mépris.

Aussi, dans nos échanges au cours de cette soirée avec les uns et les autres nous avons eu de cesse de rappeler cette précieuse évidence:

La Normandie est une civilisation

Avec un patrimoine exceptionnel ayant une réputation mondiale et permettant de proposer une vision du monde particulière avec des valeurs spécifiques: Liberté, Humanisme et Paix.

A l'instar d'archéologues stupéfaits découvrant, peu à peu, l'étendue réelle et impressionnante d'un monument ou d'une cité antique disparue dans les sables, l'ampleur de la matière normande se dévoile peu à peu devant tous les décideurs publics et privés d'une région qui n'est pas qu'un machin technocratique de plus résultant d'une réforme territoriale bâclée voulue par un Etat central jacobin financièrement et conceptuellement au bout du rouleau.

La Normandie est la seule vraie région de France:

un territoire de l'identité heureuse avons-nous déclaré pour reprendre le slogan de quelqu'un d'autre puisque l'identité normande est avant tout un existentialisme individuel fondé sur une solide base politique et juridique.

Résultat de recherche d'images pour      Résultat de recherche d'images pour

Le Mont Saint Michel est normand et ce n'est pas un accident de l'Histoire...

http://www.lamanchelibre.fr/actualite-194003-manche-le-mont-saint-michel-est-pas-accident-de-histoire.html

D'ailleurs, en cette journée de la Saint Michel saint patron de la Normandie et fête des Normands, annoncée comme telle en préambule de cette soirée par Marie Agnès Poussier-Winsback, maire de Fécamp, 5ème vice-présidente du Conseil Régional en charge de l'attractivité touristique et qui sera chargée dès maintenant du pilotage de la mission attractivité, (le choix de la date du 29 septembre n'était donc pas dû au hasard), Manuel Valls annonçait à Reims, au congrès de l'association des régions de France, la transgression historique d'un tabou du jacobinisme: l'attribution directe d'une partie de la recette nationale fiscale (en l'occurrence, la TVA) aux budgets des régions qui devaient, jusque-là, attendre le versement d'une dotation globale de fonctionnement de plus en plus chichement mesurée par un Etat central impécunieux.

Notre Saint Michel normande  a donc coïncidé avec l'annonce d'une nouvelle étape décisive de la décentralisation: la décentralisation financière, certes prudente... (pas avant 2018 et pour un montant total de... 400 millions d'euros)

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/09/29/20002-20160929ARTFIG00108-les-regions-seront-financees-en-partie-par-la-tva-a-partir-de-2018.php

Revenons en Normandie...

Marie-Agnès Poussier-Winsback a donc ouvert la soirée vers 19h00 en annonçant qu'il s'agissait d'une "nouvelle aventure" normande: "faire rayonner la Normandie", terre d'une grande histoire, terre de la Liberté et de la Paix, terre d'ouverture maritime.

"Il est plus que temps de nous réapproprier nous-mêmes", a-t-elle précisée, d'être "fiers de nous-mêmes" et de nos faire-savoir, d'en finir avec l'attitude de faiseux-taiseux typiquement normande. La Normandie est en train de renaître. Le calendrier de la mission sur l'attractivité a ensuite été présenté (voir le communiqué de presse ci-après).

L'élue a ensuite dévoilé les personnalités qui vont peupler le comité stratégique de pilotage de l'attractivité normande en divers domaines stratégiques pour l'avenir de notre région. En matière de culture et de recherche, nous nous félicitons d'y retrouver les noms de Pascal Buléon (géographe membre du collectif des Quinze géographes universitaires normands) de Sophie Poirey, Michel Onfray mais aussi de l'historien Alain Corbin.

Philippe Augier, maire de Deauville et futur président de l'agence de l'attractivité normande qui sera basée à la CCI du Havre au printemps 2017 a précisé les enjeux du marketing territorial pour la Normandie:

Il a d'abord rappelé qu'il a toujours défendu le principe de l'unité normande, dès 2004 et la publication d'un livre sur ce sujet. Il souligne alors le profond paradoxe normand dont nous héritons après plus de quarante années de division: une grande célébrité à l'étranger. Une friche identitaire à l'intérieur par manque de fierté, manque de connaissance, de dynamisme et de confiance.

La Normandie est d'abord appréciée et connue pour son patrimoine passé incomparable mais elle est moins connue pour son potentiel présent et d'avenir (par ex: la Normandie 3ème région française pour la filière aéronautique, première région française présente au salon mondial de Las Végas pour l'innovation numérique).

Ce manque d'informations, ce reflet régional trop flou ou trop négatif (une certaine presse quotidienne régionale a sa part de responsabilité dans ce bilan négatif: c'est nous qui ajoutons) ne permet pas de construire la Normandie comme un bien commun qui doit être approprié par tous les Normands.

Et Philippe Augier de nous avertir: "les métropoles de Bretagne (Rennes et Nantes) envisagent d'intégrer le Mont St Michel dans leur marketing touristique. Il est temps que les Normands se réveillent."

Cette opération de marketing territorial sera encadrée par le meilleur cabinet spécialisé en France nous a-t-on assuré. L'idée est de bâtir la stratégie de façon la plus collective possible avant de mettre en place la gouvernance, à savoir l'agence elle-même et la marque territoriale avec sa charte de valeurs normandes.

L'intérêt du potentiel normand c'est que cette stratégie pourra se développer tant en Normandie qu'à l'international puisque la Normandie serait la seconde région la plus connue dans le Monde après la Californie.

D'autres régions ou territoires pourtant moins favorisés par l'histoire et la géographie que notre Normandie se sont lancés dans des stratégies de marketing territorial qui pourrait nous faire sourire mais qui, pourtant, fonctionne: l'Alsace, la Bretagne (évidemment) Lyon "Onlyon" (avec un jeu de mots franglais qu'on pourra éviter dans le cas normand) mais aussi l'Irlande ou la ville de Détroit aux USA...

Pour la promotion de la Normandie, en raison de l'ampleur des enjeux et de la matière disponible et à mettre en valeur, il faut exiger le meilleur!

En tout cas, la dynamique de "marketing territorial" normand est déjà à l'oeuvre: de plus en plus de collectivités territoriales normandes décident d'associer leur nom ou leur communication à la Normandie:

http://www.ouest-france.fr/normandie/lisieux-14100/l-agglo-qui-naitre-au-1er-janvier-s-appellera-lisieux-normandie-4527164

Pour clore la soirée, Hervé Morin nous a proposé un discours chaleureux et énergique dont il a le secret et qui a surtout démontré à l'aune d'un agenda politicien national qui s'annonce plutôt chargé sinon inquiétant, qu'il est, bel et bien, un président heureux d'être au service de sa région. Il a fait montre d'un enthousiasme plutôt communicatif sur la Normandie, à Rouen qui plus est où pendant quinze années durant la sinistre glaciation Le Vern, il ne fallait surtout pas en parler...

Un président de région heureux donc et qui va nous parler d'amour de la Normandie pour mieux démentir l'idée trop banale en France  que tout cavalier de la politique ne rêve que d'écurie élyséenne. Hervé Morin réalisant son rêve de gosse normand, est, peut-être, aussi en train de découvrir qu'être président de la Normandie, notamment à l'étranger... c'est plutôt pas mal en terme de prestige!

Développant son argumentation à partir de l'exemple édifiant rapporté par le patron des aiguilles Bohin à L'Aigle (Orne, pays d'Ouche) qui témoigna du fait qu'en se disant "Normand" le marché américain nous était ouvert par sympathie, Hervé Morin a eu l'intelligence de ramasser toute la démarche en cours d'une formule simple et frappante:

"Parlons d'amour. La Normandie c'est votre histoire. Parlez en avec passion, fierté et volonté car la Normandie est un Pays de Cocagne extraordinaire"

Et d'expliquer ensuite la méthode utilisée: partir du terrain en écoutant ce que les Normands ont a dire sur ce sujet essentiel (phase de diagnostic) en co-construisant le projets (les "Normandie Labs" et les comités stratégiques de pilotage) avant de mettre en place la gouvernance (l'agence de l'attractivité et la marque régionale)

Pour finir, Hervé Morin a osé nous dire:

"C'est la seule fois de la soirée où je vous demanderai de faire un peu comme les Bretons qui mettent made in Bretagne partout y compris sur l'emballage de produits fabriqués à l'étranger. Sortons nos drapeaux normands! Soyons fiers d'être Normands!"

Avant de résumer les grands objectifs immédiats d'une attractivité normande:

1) S'appuyer sur nos points forts et faire que ces points forts le soient plus encore. Passer de la qualité à l'excellence et de l'excellence au luxe. C'est, par exemple, possible pour la filière agro-alimentaire normande.

2) Mettre en place une politique de grands événementiels nationaux et internationaux qui fassent rayonner la Normandie: après l'Armada (2019 pour la prochaine édition), le festival Normandie Impressionniste, on pourrait imaginer un rendez-vous mondial annuel sur la Paix en Normandie (au même titre qu'il existe un forum économique mondial à Davos) et la création d'une université populaire internationale.

PARTICIPONS A LA RENAISSANCE DU RAYONNEMENT NORMAND!

Et pour vous, la Normandie, c'est quoi?  Nous sommes tous invités à déposer nos contributions à l'adresse suivante:

 

http://www.attractivite-normandie.fr/

 


Lire, ci-après le communiqué de presse officiel de la région qui donne tous les détails du dispositif mis en oeuvre:

Communiqué de presse

Résultat de recherche d'images pour

 Le 29 septembre 2016

 Première rencontre autour de Normandie Attractivité

Hervé Morin, Président de la Région Normandie, a lancé, ce soir, à l’Opéra de Rouen Normandie, un vaste mouvement de mobilisation en faveur de l’attractivité et du rayonnement de la Normandie, en présence de Marie-Agnès Poussier-Winsback, Vice-Présidente en charge de l’attractivité et du tourisme, Philippe Augier, Pilote de la Mission Attractivité Normandie, et de grands acteurs de l’attractivité normande.

« La réunification de la Normandie, c’est indéniablement la renaissance de l’identité normande. Nous devons tout mettre en œuvre pour faire renaître l’idéal normand et faire en sorte que la Normandie soit une marque connue et reconnue dans le monde entier. Il est de notre responsabilité collective de mener notre Région vers l’excellence et la rendre de nouveau attractive : soyons tous les ambassadeurs de la Normandie.» a déclaré Hervé Morin.

Un seul objectif : attirer et faire rester sur le territoire

  • En fédérant tous les acteurs du territoire normand, cette démarche a pour ambition de les rendre fiers et prêts à mettre leur dynamisme à son service :

  • faire de la Normandie une destination première pour les touristes, les entreprises, les

  • chercheurs et les talents ;

  • promouvoir les entreprises normandes et leurs produits ;

  • promouvoir et développer le sport, la culture, la recherche,

  • promouvoir l’excellence normande,

  • développer une image de marque « normande » ;

  • créer une Normandie ouverte sur le monde.

Les fondements d’une démarche de co-construction, alliant toutes les forces vives de la Normandie

Une équipe projet baptisée Mission Attractivité Normandie a été créée au sein de la Région Normandie en 2016. Pilotée par Philippe Augier, maire de Deauville, elle pose les premières pierres de la future Agence de l’attractivité normande, dont la naissance est prévue pour le printemps 2017.

L’Agence de l’attractivité normande poursuivra toutes les actions mises en place par la MAN et le Comité stratégique.

Cette démarche collective se décompose en 3 étapes :

  • Réalisation d’un diagnostic territorial :

Le diagnostic est d’abord élaboré à partir d’un questionnaire. D’ores et déjà hébergé par une plate-forme web créée et gérée par la start-up caennaise SoyHuce, il est diffusé à plusieurs dizaines de milliers de personnes grâce à la CCI Normandie, le CRT, la Région, les universités…. L’objectif est d’abord de solliciter le plus d’interlocuteurs, puis de dégager les éléments clés de l’identité normande et de mesurer les attentes des normands en terme d’attractivité.

Lien vers le site et le questionnaire : http://www.attractivite-normandie.fr/

Les réseaux sociaux, gérés par la Direction de la Communication de la Région, sont créés et opérationnels :

Compte Facebook : Attractivité Normandie

Twitter : @AttractiviteNormandie

Entre octobre et novembre 2016, une douzaine de groupes de travail, baptisés « Normandie Labs », se réuniront trois fois sur tout le territoire normand, jusqu’à valider ensemble le diagnostic et les orientations stratégiques. Les domaines de réflexions des Normandie Labs sont nombreux et variés : culture, histoire et patrimoine, emploi et entreprenariat, rayonnement national, européen et international, filières d’avenir….

  • Elaboration d’une stratégie d’attractivité avec l’appui d’un cabinet spécialisé.

Entre décembre et janvier 2017, toutes les données recueillies par le questionnaire et les Normandie Labs aboutiront à l’élaboration du diagnostic territorial, puis à la construction d’une stratégie et d’un plan d’actions concrètes définies spécifiquement pour la Normandie. Entre autres, à travers un partenariat avec les services du Conseil régional, ont déjà vu le jour de grands projets liés à l’attractivité: le Club des Champions cachés, Pass Monde, Normandie pour la Paix (mars 2017).

Pour la validation de cette stratégie, la MAN est épaulé par de grands acteurs du territoire. Ce comité stratégique est formé de représentants de grandes entreprises, d’universités, d’institutions économiques, culturelles, associatives…

  • Création d’une marque « Normandie » partagée.

Conçue d’après tous éléments récoltés dans le diagnostic territorial, le code de marque mettra en exergue les valeurs et les symboles de la Normandie. Cette troisième étape est prévue pour mars 2017.

Le diagnostic, la stratégie et la conception de la marque partagée révèlent la volonté de la Région de fédérer, de mobiliser le maximum de Normands, forces vives, décideurs ou simples citoyens, en réveillant le sentiment d’appartenance des habitants dans le cadre de cette démarche co-construite.


 

 Lire aussi le compte-rendu proposé par Ginette Bléry pour la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1707

L’attractivité…d’abord une histoire d’amour

 4 des ambassadeurs : Alain Cribier, Sophie Poirey, Michel Onfray, Valérie Le Guern-Gilbert

Collectivités. Mise en orbite jeudi 29 septembre du 3e étage de la fusée Normandie destinée à faire décoller la Région en lui rendant une attractivité quelque peu mise en veilleuse. Les deux premiers étages ayant été l’Agence de Développement de Normandie et l’apprentissage. La cérémonie s’est déroulée à l’Opéra de Rouen en présence de 1.000 personnes avec un parterre très consensuel. On notait  la présence de la députée socialiste, ancienne ministre, Valérie Fourneyron, celle du président de la Métropole de Rouen, Frédéric Sanchez et du maire de Rouen Yvon Robert. C’est manifestement la volonté de la Région que d’avancer sans ostracisme, sans esprit partisan. Comme l’affirmera en conclusion le Président Morin, « la Normandie ce n’est pas une affaire de politique, c’est une histoire d’amour. »

Marie-Agnès Poussier-Winsback, Vice-Présidente en charge de l’attractivité et du tourisme, a développé cette notion d’attractivité qui se concrétisera par la création d’une marque : « une démarche complexe qui prend en compte tous les secteurs d‘activités : économie, santé, culture, formation, agriculture, recherche, tourisme, sport. L’attractivité« doit devenir l’histoire de tous »

Philippe Augier, en charge de la mission attractivité joue le rôle du pilote

Co-construction

Une fois de plus le président Morin a opté pour la méthode de la co-construction et on va donc commercer par des « Normandie Labs » où on procèdera à la consultation des Normands comme cela a été fait pour l’apprentissage et le pilote de l’opération est Philippe Augier chargé de la Mission Attractivité Normandie. Le maire de Deauville dont le moins qu’on puisse dire est qu’il a réussi à construire l’attractivité de sa ville a rapporté ce constat de ses multiples expériences : « si la Normandie est connue dans le mode entier c’est surtout pour sa culture, pas pour son économie ».

Le but de cette démarche d’écoute et de consultations est répondre aux questions :

  • Qui sommes-nous ? Quelles sont nos valeurs ?

Le diagnostic d’abord élaboré à partir d’un questionnaire est d’ores et déjà hébergé par une plate-forme web créée et gérée par la start-up caennaise SoyHuce, il est diffusé à plusieurs dizaines de milliers de personnes grâce à  la CCI Normandie, le CRT, la Région, les universités…. L’objectif est d’abord de solliciter le plus d’interlocuteurs, puis de dégager les éléments clés de l’identité normande et de mesurer les attentes des normands en terme d’attractivité.

Ce n’est qu’ensuite que sera élaborée la création d’une marque d’où sera tiré un plan d’action concernant tous les secteurs d’activité de la Normandie. Il y a brillants exemple des réussites (Alsace, Barcelone, Lyon Métropole) mais il y a aussi de retentissants échecs. Pour que cela fonctionne, encore faut-il après cela que les Normands se l’approprient. Une agence spécialisée dans l’attractivité suivra cette opération, elle est choisie mais son nom ne sera rendu public qu’ultérieurement.

Hervé Morin et Marie-Agnès Poussier Winback

S’appuyer sur la richesse normande

Pour faire avancer le dossier Hervé Morin s’est entouré de parrainages de Normands qui attestent de l’excellence de la Région dont certains sont venus témoigner sur la scène mais bien d’autres ont été cités, ils sont universitaires ou chefs d’entreprises, artistes ou sportifs. Il les nomme ses ambassadeurs.

- Le professeur Alain Cribier, inventeur de la valve cardiaque au CHU de Rouen dont bénéficient des centaines de milliers de personnes dans le monde « Il est plus connu au Venezuela et en Afrique du Sud qu’en Normandie » souligne Hervé Morin. Alain Cribier va aussi superviser le Medical Training Center qui va s’ouvrir à Rouen en octobre pour la formation par simulation, outil d’apprentissage qui manquait cruellement à la Région. Comme quoi « même un CHU peut être un pôle d’attractivité ».

- Sophie Poirey, universitaire à Caen et spécialiste du droit coutumier normand a montré l’actualité de cet enseignement « suivi par les juristes des îles anglo-normandes mais aussi regardé par des businessmen comme une piste pour le droit des affaires car c’est un droit de juste mesure, d’égalité et particulièrement pacificateur. »

Valérie Le Guern-Gilbert, la dirigeante des casseroles Mauviel utilisées dans les plus grandes cuisines du monde et produites depuis Villedieu-les-Poêles, travaille pour l’Elysée et voit les clients de plus en plus en quête d’authenticité venir chez elle, sans compter qu’elle est la seule au monde à pourvoir offrir le rétamage du cuivre. 70% de son chiffre se fait à l’export.

Le philosophe Michel Onfray a retrouvé ses ancêtres sur 1.000 ans en Normandie où il a choisi de continuer à vivre alors que son éditeur prétendait qu’on ne pouvait réussir qu’à Paris. Il a rappelé : « la tradition libertaire d’une Normandie qui sut souvent dans son histoire être girondine, c'est-à-dire favoriser le pouvoir local contre le pouvoir central. Il souhaite que nous retrouvions une « fierté normande »

« La réunification  de  la  Normandie, c’est indéniablement la  renaissance  de  l’identité  normande. Nous devons tout mettre en œuvre pour faire renaître l’idéal normand et faire en sorte que la Normandie soit une marque connue et reconnue dans le monde entier. Il est de notre responsabilité collective de mener notre Région vers l’excellence et la rendre de nouveau attractive : soyons tous les ambassadeurs de la Normandie.» a déclaré Hervé Morin.

Hérvé Morin ravi à l'idée d'un hymne normand demande qu'on ne compte pas sur ses compétences pour le chant

Un hymne normand ?

Un participant a réclamé la création d’un hymne normand, des ambassadeurs présents pensent facile de retrouver cela dans les textes anciens et la responsable de l’opéra s’est proposée pour la mise en musique...Hervé Morin ravi est d’accord mais annonce que question chant il ne faut pas trop compter sur lui.

(commentaire de Florestan: pour notre part, nous restons très attaché à la chanson du rouennais Frédéric Bérat "J'irai revoir ma Normandie" composée en 1836 et qui fut surnommée "la Marseillaise des sentiments" et qui était à ce point célèbre qu'elle fut enregistrée à la SACEM dès sa création...)

Lien vers le site et le questionnaire : http://www.attractivite-normandie.fr/

Les réseaux sociaux, gérés par la Direction de la Communication de la Région, sont créés et opérationnels :

Compte Facebook : Attractivité Normandie

Twitter : @AttractiviteNormandie

 Recette du cocktail normand "Le conquérant qu'on pouvait déguster à l'issue de la réunion à l'opéra

2,5 cl de calvados

0,75 cl d’apéros

1 cl de sirop lime juice cordial

0,25 cl de sirop menthe-chocolat

3 cl de jus l’aloe vera

1 trait de bitter orange


 

Voir, enfin dans la presse régionale:

OUEST FRANCE (bof! A trop vouloir insister sur les défauts normands en matière de fierté régionale qui serait la spécialité des Bretons...)

http://www.ouest-france.fr/normandie/assises-de-la-normandie/une-agence-pour-redonner-la-fierte-d-etre-normand-4527044

PARIS NORMANDIE (c'est mieux...):

http://www.paris-normandie.fr/region/a-l-image-de-l-alsace-et-de-lyon-la-normandie-veut-batir-une-strategie-d-attractivite-internationale-YH6966652

Enjeux. La Région lance ce soir depuis l’opéra de Rouen sa Mission Attractivité Normandie. Comme en Alsace ou à Lyon, l’objectif est de faire naître une marque autour de la Normandie, symbole d’un savoir-faire.

Émanation de la Région Normandie, la future agence de l’attractivité, qui devait s’implanter au Havre avec une équipe resserrée d’experts, attendra un peu. «Après réflexion, annonce Hervé Morin, on va d’abord bâtir une stratégie d’attractivité avec tous les acteurs». L’agence viendra donc ensuite. Première étape de cette stratégie, qui vise à faire de la Normandie une marque reconnue dans tous les domaines (économie, santé, culture, formation, agriculture, recherche, tourisme, sport...) et pas seulement lorsqu’il s’agit d’évoquer l’histoire de Guillaume le Conquérant puis celle de 1944, une grande réunion, ce soir à l’opéra de Rouen, destinée à mettre sur les rails la « Mission Attractivité Normandie » confiée à Philippe Augier, le maire de Deauville.

L’attractivité « doit devenirl ’histoire de tous »

«L’attractivité, c’est un élément qui doit être partagé par tous les acteurs, quels qu’ils soient», note le président de la Région. Plus de mille personnes participeront donc à l’événement de ce jeudi. Parmi elles, des exemples de réussite qui symbolisent à merveille le savoir-faire en Normandie : le professeur Cribier, inventeur de la valve cardiaque au CHU de Rouen, Sophie Poirey, universitaire à Caen et spécialiste du droit coutumier normand, Valérie Le Guern-Gilbert, la dirigeante des casseroles Mauviel utilisées dans les plus grandes cuisines du monde et produites depuis Villedieu-les-Poêles, et le philosophe Michel Onfray. «L’attractivité n’est pas une question de gauche ou de droite, souligne Hervé Morin, tout le monde est concerné. Ce sont les acteurs du territoire qui construiront d’abord la stratégie. Si elle vient d’une institution, c’est voué à l’échec».

Et c’est surtout ce que compte bien éviter le président de la Région. Pas question de reproduire à l’échelle régionale le revers essuyé par le département de la Manche, qui n’est pas parvenu à imposer son nom comme une marque. Hervé Morin se tourne plutôt vers les exemples réussis, comme les estampilles « Alsace » et « Only Lyon ». Dans les prochains mois, d’autres réunions auront lieu pour affiner la stratégie. Au bout du compte, elles donneront naissance à une vraie marque, qui fera disparaître, dans le domaine gastronomique par exemple, le néologisme « Gourmandie ».

L’attractivité passera également par un investissement sur l’université populaire, créée à Caen par Michel Onfray. Il lui fera atteindre une notoriété «internationale». Hervé Morin compte aussi sur des «ambassadeurs» de la Normandie capables de porter partout les couleurs de la région.

«Nous ne réussirons que si cela devient l’histoire de tous», plaide le président de Région. Sa première satisfaction : «On voit déjà beaucoup plus de drapeaux normands qu’auparavant». Mais il entend aller plus loin, faire en sorte de faire naître une «vraie fierté d’être normand». A l’image de cette fierté que portent les Bretons. «Je suis convaincu que l’avenir du pays passera par les territoires», souligne Hervé Morin.

Stéphane SIRET


 

Voir aussi cet autre article de Paris-Normandie... plus caustique:

http://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/quand-la-normandie-se-decide-a-mieux-se-vendre-XY6991563?utm_source=Utilisateurs+du+site+LA+NEWS&utm_campaign=544a4adbcf-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_233027d23b-544a4adbcf-137315997#

Avec notre réponse postée sur le site de PN:

Petit bout de la lorgnette en effet... Puisque j'y étais pour y avoir pris aussi la parole à cette soirée, je dirais ce que votre journaliste n'a pas cru devoir relever, avec, néanmoins, un point d'accord avec lui: une timidité sur la question essentielle de l'identité régionale normande car pour en parler et la revendiquer il faut d'abord avoir une vraie culture générale normande et faire l'effort d'une curiosité intellectuelle véritable pour aller au delà de préjugés et de clichés qui pensent à votre place ou, pire, qui condamne cette affaire en la reléguant aux poubelles de l'Histoire quand le mépris se conjugue avec la méprise. On a tôt fait de nier l'existence ou l'intérêt de tout ce qui ne nous intéresse pas et de tout ce qu'on refuse de connaître.

Si on refuse de considérer que l'identité normande échappe à la banalité identitaire, essentialiste, ethno-culturelle, communautariste, régionaliste nationalitaire, on sera tenté de dire qu'elle n'existe pas ou qu'elle n'existe pas assez par rapport au modèle du genre qu'on trouvera avec tous ses excès en Bretagne, au Pays basque, en Corse, en Catalogne... et on aura ainsi servi la soupe en parfaits idiots utiles aux jacobins du parisianisme centralisateur qui ne veulent surtout pas que l'on prenne au sérieux en France la belle idée d'avenir de "région".

Mais si à l'aune de l'immense patrimoine culturel, historique, institutionnel et juridique de la Normandie qui fait que notre région a une notoriété mondiale qui renvoie dans leur mesquinerie les derniers contempteurs de l'unité normande qui traînent à Rouen ou à Caen avec leurs vieilles lunettes haute ou basse sur le nez, nous avions à promouvoir une identité régionale "non identitaire", un existentialisme individuel anti-chauvin affirmant que l'on est moins normand en donnant des leçons de Normandie aux autres qu'en étant plus soi-même grâce au bien public normand, nous aurions, à la fois, une vraie originalité à proposer et surtout, nous aurions, depuis la Normandie, seule vraie région sur la carte de France désormais, une véritable alternative politique à faire connaître: des libertés individuelles s'associant librement pour construire du collectif (et non l'inverse). Bref! un idéal anti-autoritaire, démocratique, libertaire (Onfray dirait: "girondin").

C'est pourquoi j'ai parlé de la Normandie, comme le territoire de "l'identité heureuse" pour reprendre le slogan de quelqu'un d'autre, sachant que ce projet est déjà à l'oeuvre en Normandie...

Alors, l'identité normande c'est quoi?

Pour résumer avec une seule expression, venant du Nord Cotentin:
"Sire de sei!"


Etre le seigneur de soi-même.