La démonstration est faite!

Le retour à l'unité normande avec la création d'un pouvoir politique régional disposant enfin de la vision stratégique nécessaire et mettant en oeuvre une action régionale volontariste fait baisser le chômage: l'économie normande est plus robuste avec la réunification et elle semble plus dynamique et plus performante dans l'unité régionale que dans la division. Division normande dont l'INSEE nous a proposé un triste et consternant chiffrage dans une étude récente plutôt édifiante (à consulter sur la page d'accueil de votre webzine normand préféré...)

L'approche volontariste, structurante, par l'emploi des outils de l'intelligence territoriale de l'économie régionale normande donne des résultats remarquables et ce, en à peine deux ans. La Normandie réunifiée est, par exemple, la région de France où il y a le moins de défaillances d'entreprises.

François Mitterrand avait dit que "contre le chômage on avait tout essayé": on n'avait pas assez essayé l'action régionale.

rockaway-beach-norman-flag

Vous vous souvenez peut-être de la célèbre pub des années 1980: "demain j'enlève le bas"... La Normandie a enlevé le haut et le bas: elle n'est pourtant pas à poil car le projet pavoisé aux léopards l'enveloppe pour qu'elle se jette à l'eau vers de nouvelles aventures...

Lire, ci-dessous, l'analyse de cette bonne nouvelle, LA bonne nouvelle qui, à elle seule, pourrait justifier le retour à l'unité normande:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2540

Economie. Après deux mois de progression, le chômage normand est reparti à la baisse, comme en France. Mais, comme souvent désormais, les chiffres normands sont meilleurs que les chiffres nationaux. Dans la catégorie A, (demandeurs d’emploi totalement sans activité), le recul est de 2% sur un mois, alors que pour la France il n’est que de 1,8%. Même aptitude à une meilleure performance dans le temps, puisque sur un an, le chômage normand pour la catégorie A recule  de 1,1% et pour la France il n’est que de 0,5%.

Une baisse supérieure à la hausse des deux derniers mois

Comme le montre bien le graphique, le chômage pour la catégorie A a baissé en septembre de 3.490 personnes soit plus que le total des baisses de juillet et août qui s’élève à 2.450 personnes. Dans notre série statistique, c’est la plus forte baisse du chômage sur un mois depuis 4 ans.

Le chômage concerne désormais 170.760 personnes pour la catégorie A. Si on peut s’en réjouir, constatons que ce chiffre est encore bien élevé et simplement du même ordre de grandeur qu’en avril 2014. Il faut se souvenir qu’en mai 2012, à l’arrivée de François Hollande le chômage normand que concernait que 150.000 demandeurs d’emploi catégorie A.

La situation s’améliore dans tous les départements

Sur un mois tous les départements enregistrent une baisse, elle va de –1% dans le Calvados à –3,1% dans l’Eure. Sur un an c’est la Manche qui enregistre la meilleure performance avec un recul de –3,1% cependant que la Seine Maritime reste très légèrement positive à +0,1%.

ABC, légère amélioration

La catégorie ABC, qui inclut les demandeurs d’emploi ayant effectué des petits boulots, recule plus modestement : -0,5% sur un mois, chiffre égal à celui de la France métropolitaine mais sur un an la progression est meilleure. En Métropole, le chômage progresse de 2,6% alors que la croissance se limite à 1,9% en Normandie.

Sur un mois c’est l’Orne qui enregistre le plus fort recul (-1,1%) et le Calvados reste en tendance positive (+0,2%). Sur un an, le chômage progresse dans tous les départements avec un record pour la Seine Maritime.

Moins de stages parking

Avec  15.320 personnes la catégorie D qui regroupe les chômeurs en formation en Normandie est revenue à son niveau de décembre 2015. On peut voir le phénomène de manière négative en constatant le recul des formations. On peut le voir aussi de manière positive, en constatant que le recul du nombre d’inscrits dans cette catégorie considérée comme un moyen de camoufler les chômeurs, n’est pas accompagné d’une montée du chômage. Ce mouvement peut donc être considéré comme un assainissement.

Retour au niveau de décembre 2015

Coup d’œil sur la France

Le nombre de chômeurs a connu en septembre sa plus forte baisse depuis début 2001 (-64.800, -1,8%), effaçant les deux hausses consécutives enregistrées en juillet et août pour s'établir à 3,48 millions de personnes en métropole. Le chômage recule quasiment dans les mêmes proportions (-1,7%) en incluant l'outre-mer, pour un total de 3,73 millions de personnes inscrites en catégorie A (sans activité) sur les listes de Pôle emploi.

Depuis le début de l'année, l'indicateur alterne mois de baisse et de hausse, témoignant de la forte volatilité des statistiques de Pôle emploi. Pour contourner ce phénomène, le ministère du Travail recommande de "toujours privilégier les évolutions en tendance plutôt qu'au mois le mois". Ainsi, le nombre de chômeurs est quasi-stable sur le 3e trimestre (-0,2%) et depuis le début de l'année (+0,2%) en métropole. Il est en légère baisse sur un an (-0,5%).


Voir aussi:

http://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/emploi/baisse-du-chomage-en-normandie-OB11235803?utm_source=Utilisateurs+du+site+LA+NEWS&utm_campaign=8d9470a2ff-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_233027d23b-8d9470a2ff-137315997

https://www.ouest-france.fr/normandie/emploi-en-normandie-le-nombre-de-chomeurs-continue-de-diminuer-5335219