Identité normande encore avec celui qui en avait le mieux parlé dans les années 1980: Léopold Sédar Senghor, le grand poète et écrivain "africanormand" père de l'indépendance du Sénégal et dont le Conseil régional de Normandie vient de prendre en charge l'avenir et la valorisation du trésor des archives situées dans sa maison de Verson près de Caen.

Sauf que nous apprenons que la maison natale du grand homme de lettres, à Joal au Sénégal est dans un certain délabrement parfaitement indigne: il serait donc judicieux de créer un partenariat culturel Normandie-Sénégal pour intégrer la sauvegarde de la maison de Joal dans le projet de valorisation du patrimoine Senghor qui est notre bien commun tant en Normandie qu'au Sénégal.

senghor_2_0

Ce dossier Senghor nous est proposé par Paul Astolfi.

Léopold Sédar Senghor, le Normand père de la Francophonie et chantre de la Normandité

« La Normandie est une région ouverte au monde car elle embrasse, depuis ses origines, l’intégration des individus et des cultures. Elle a, au cours des siècles, marqué et influencé l’histoire du monde, exportant un modèle social et politique grâce à sa capacité d’adaptation et à son humanisme » affirme Normandie Attractivité (https://www.normandie-attractivite.fr) dans son manifeste pour une Région-Monde. Cette marque caractéristique de l’identité normande a été sublimée par Léopold Sédar Senghor.

Senghor le Normand parmi les Normands exulte la normandité

En effet, Senghor met en lumière la Normandie. Il exprime son intimité à la Normandie d’une manière naturelle et vibrante. A partir de 1959, l’écrivain et président du Sénégal, passe tous ses étés dans la maison versonnaise de sa « princesse normande », Colette Hubert qu’il a épousée en 1957. Il y vivra ses 20 dernières années, jusqu’à sa mort le 20 décembre 2001. A propos de la Normandie, le père de la Francophonie et académicien définissait la  normandité, «c’est un lyrisme lucide » et comme « un ensemble de valeurs de civilisation, dont les deux plus importantes sont, paradoxalement, parce qu’en même temps, la rationalité et la sensibilité portées l’une à l’autre à un haut degré ». Il ne manquait pas une occasion de décrire et de louer cette Normandité « Je dirais que la Normandité est, d’un mot, une symbiose entre les trois éléments majeurs, biologiques et culturels, qui composent la civilisation française : entre les apports pré-indo-européens, celtiques et germaniques. Mais ici, j’ai mis l’accent sur les apports des Nordiques. Pour me résumer, l’artiste normand, qu’il soit écrivain, peintre ou musicien, est un créateur intégral, avec l’accent mis sur la création elle-même. Comme le conseillait Flaubert, il faut « partir du réalisme pour aller jusqu’à la beauté ». C’est la démarche même de la poésie, dont le sens étymologique, fondamental, est la création de la beauté » soulignait-il à l’occasion d’une conférence donnée à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen le 3 mai 1986.

L’IMEC chargée de la conservation et de la mise en lumière du patrimoine de Senghor

Hervé Morin, le Président de la Normandie, a chargé l’Institut de la Mémoire de l’Edition Contemporaine (IMEC) implantée à l’Abbaye d’Ardenne dans le Calvados de l’inventaire, de la conservation, de la mise en valeur du patrimoine de Senghor et de la diffusion de cette pensée universelle d’exception inspirée en grande partie par la Normandie. (https://www.normandie.fr/un-projet-pour-mettre-en-lumiere-senghor-le-normand)

Cette action de la Normandie qui porte, avec Senghor, son patrimoine humain, historique et culturel devrait trouver son pendant à Joal dans la maison familiale de Léopold Sédar Senghor, haut lieu de la culture, classé patrimoine national dont l’état de dégradation nécessite une action de restauration indispensable et urgente. La sauvegarde et la valorisation du fonds documentaire, lui aussi dans un état inquiétant, devraient susciter une exemplaire coopération de la Normandie et du Sénégal qui répondraient ainsi à l’expression de Senghor « dans mes poèmes, je parle souvent du Royaume d’enfance. C’était un royaume d’innocence et de bonheur : il n’y a pas de frontières entre les Morts et les Vivants, entre la réalité et la fiction, entre le présent, le passé et l’avenir. »


 

Joal, la maison où a grandi Senghor est ‘’délabrée et abandonnée’’ (d'après le conservateur)

 

LSS-1

 

By assaneadama ndao -juin 15, 2016

Le musée, Mbin Diogoye, maison où le premier président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor a passé une partie de son enfance est devenue un lieu très peu fréquenté, un musée aux allures de maison abandonnée. Dans la langue du terroir, le Sérère, Mbin Diogoye veut dire la maison de Diogoye et Diogoye qui est le nom du père de Senghor signifie le Lion.

Le conservateur du Musée, Etienne Dieng, est déçu du niveau du délabrement de cette maison qui se trouve au cœur de Joal, nom de la localité qui a enfanté le président poète.

« Je ne pense pas qu’un officiel sénégalais digne de son rang acceptera de recevoir ici ses homologues étrangers dans ce musée avec son état actuel », se désole le conservateur selon qui "la face cachée de Mbinde Diogoye est le délabrement’’.

Construite en pierres et recouverte de tuiles depuis les années 1880 au 19ème siècle, la maison ou Senghor a vécu son enfance est encore debout même si l’usure du temps et l’abandon deviennent ses plus grands ennemis.

Même pas une couche de peinture pour sauver les apparences et cacher les imperfections. "C’est une honte pour le Sénégal cette maison. Je ne suis pas très fier d’ouvrir la maison chaque matin. Ce n’est pas digne de Senghor", ajoute M. Etienne Dieng.

"A l’époque c’était l’une des maisons les plus importantes de Joal", précise le conservateur. Mais aujourd’hui les abeilles ont pris possession de la maison.

Senghor est le vingt-quatrième fils d’un père qui avait quarante-et-un enfants. Son père, Basile Diogoye, un riche homme d’affaires, avait ses cinq épouses dont deux vivaient dans cette maison et les autres a Djilor non loin de Joal, confie le conservateur.

Léopold Sédar Senghor , né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal, a dirigé le Sénégal pendant 20 ans de 1960 à 1980 avant de se retirer du pouvoir.  Il est mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France et repose au cimetière chrétien de Bel Air à Dakar.

http://fatickinfos.com/2016/06/15/joal-maison-a-grandi-senghor-delabree-abandonnee-conservateur/

La maison de Léopold Sédar Senghor à Joal dans un état de délabrement

https://xibaaru.sn/people/la-maison-de-leopold-sedar-senghor-a-joal-dans-un-etat-de-delbrement/

En visite à Joal-Fadiouth, le ministre de la Culture, Mbagnick Ndiaye a été attristé de constater l’état de délabrement avancé de la maison familiale et natale du premier président Sénégalais, Léopold Sédar Senghor, «Mbin Diogoy ». Le ministre de la Culture a rencontré à Joal le Comité préparatoire du Cinquantenaire de la commune à Mbin Diogoye. Après avoir visité ce haut lieu de la Culture, classé patrimoine national, Mbagnick Ndiaye a dit sa grande peine et désolation quant à la dégradation avancée de l’infrastructure et a lancé un appel d’offres pour sa réfection. Il demande aussi de rénover le fonds documentaire qui est dans un piteux état.


 

Un relai possible d'une influence normande à Dakar: le Clos normand, siège de l’Amicale de Normandie

Cette association a été créée en 1962 pour développer les liens d'amitié au moyen d'activités culturelles, sociales, sportives et récréatives. L’un de ses dynamiques animateurs est le Normand Jean-Pierre Vrac, membre actif de « Normandie Attractivité » dont il est l’ambassadeur au Sénégal. Les nombreux Normands vivant au Sénégal comme l’importance de la diaspora sénégalaise historiquement installée en Normandie sont les témoins d’une amitié réciproque et d’échanges fructueux.

D’après les statistiques du ministère sénégalais de l’Intérieur, nos compatriotes occuperaient, avec 25 000 ressortissants la première place parmi les communautés étrangères. L’implantation géographique de la communauté française demeure très déséquilibrée avec plus de 75% des immatriculés demeurant à Dakar et dans ses environs immédiats.

Pour aller plus loin :

Le Clos normand : Contact : +(221) 33 825 91 03 - Facebook : LE-CLOS-Normand  

Email : adfesenegal@gmail.com  - Adresse :  Avenue Cheikh Anta Diop X Canal IV

 Site web- https://closnormand.jimdo.com/

Jean-Pierre Vrac, ambassadeur Normandie Attractivité au Sénégal

Portable Afrique 00.221.77.307.00.13

jeanpierrevrac@gmail.com

Consulat Honoraire du Sénégal à Rouen

 Consul Honoraire : Monsieur  Philippe DEHAYS

Adresse: 66 Quai de Boisguilbert

BP 4032

76021  ROUEN Cedex 3

 Tél.  : 02 35 88 54 00     -  Télécopie : 02 35 88 83 19

ph.dehays@centrimex.c