•  Derrière la crise des Gilets Jaunes et leur revendication centrale, fondamentalement politique, sur l'insuffisance actuelle de la justice fiscale qui met en péril le consentement républicain à l'impôt, il y a des fractures sociales, territoriales. La fracture territoriale est révélée notamment par la fracture des revenus et tout particulièrement, la fracture fiscale: malgré son jacobinisme militant, l'économiste Laurent Davezies avait pointé cette réalité révélée par les statistiques fiscales depuis de nombreuses années déjà.
  • Cette fracture territoriale devrait être identifiée et réduite par la collectivité territoriale publique la plus adaptée: le conseil régional est donc directement sur son terrain avec les outils adaptés pour appréhender le problème afin de mettre en oeuvre les politiques publiques adaptées.
  • Mais, car il y a un mais... Le conseil régional n'a pas un mot à dire sur la politique fiscale qui reste nationale (concrètement: décidée par les haut-fonctionnaires parisiens de Bercy). Pis! Le conseil régional ne maîtrise aucunement ses finances, puisqu'elles sont aussi soumises à l'arbitrage d'un Etat central qui pratique le jacobinisme comptable à l'encontre des budgets des collectivités territoriales dans le but de réduire le déficit public de l'Etat.
  • Moralité, pour réunifier fiscalement la Normandie et les Normands toujours coupés en deux, il faut plus de justice fiscale et instaurer, enfin, la souveraineté financière aux collectivités territoriales qui ont, par ailleurs, l'obligation légale de présenter des budgets en équilibre contrairement à un Etat central impécunieux et qui n'arrête pas de donner des leçons de bonne gestion!

 

  •  On lira dans  la dernière édition de la Chronique de Normandie n°564 (07/01/19) édité par Bertrand TIERCE cet article pour le moins édifiant...

L'IMPOT DES NORMANDS

Ch de Ndie 070119 impôt des Normands 1

Ch de Ndie 070119 impôt des Normands 2