C'est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès du géographe et écrivain Normand Armand FREMONT qui, au terme d'une magnifique carrière universitaire et intellectuelle consacrée, avec coeur et raison, à la géographie humaine, s'était engagé avec le collectif des géographes universitaires normands (on pensera bien évidemment à François Gay qui vient, lui aussi, de nous quitter) pour la REFONDATION de l'unité régionale normande.

la-normandie-sensible-da

A ce titre, Armand Frémont et François Gay peuvent être considérés comme les pères fondateurs de notre unité normande contemporaine enfin recouvrée.

Nous ne cacherons pas notre émotion.

Car, quatre jours avant son décès survenu le 2 mars dernier, Armand Frémont avait encore la force de nous envoyer un message émouvant quant à son souhait de venir une dernière fois à Caen le 23 avril prochain dans le cadre chaleureux de l'auditorium des charpentes de l'abbaye-aux-Dames de Caen pour fêter avec nous le 10ème anniversaire du séminaire "Normandie" de l'Université Populaire de Caen qu'il avait inauguré en novembre 2008 avec une conférence mémorable dans laquelle il avait plaidé la nécessité urgente de la réunification pour sauver l'avenir de l'espace régional normand.

Armand Frémont fut notre éducateur à la question normande, un aiguillon intellectuel à l'occasion d'échanges profonds et passionnants sur la Normandie, la géographie humaine ou la géopolitique: nous eûmes la chance de le rencontrer plusieurs fois dans le calme et la sérénité de sa maison du Pays d'Ouche pour évoquer, ensemble, les problèmes normands et l'avenir de notre région.

Enfin, Armand Frémont était aussi un écrivain qui a su se faire l'interprète sensible de l'âme de la Normandie et des Normands, le long des chemins creux dans la brume matinale du bocage, sur le pavé caennais de la capitale bouillonnante de la jeunesse, dans le sillage parfumé de tabac d'un bac sur la Seine, dans l'air plein d'azur et de liberté iodée que l'on hume sur les quais du Havre... ou dans les hautes frondaisons d'une enfance cauchoise grondant sous un coup de Noroît.

Pour réentendre la générosité intellectuelle d'Armand Frémont, voici comment Armand expliquait la notion "d'espace vécu" à des lycéens:

http://camillejullian.com/spip.php?article156

Pour avoir un panorama assez complet du travail intellectuel d'Armand Frémont voir le lien suivant:

http://clioweb.canalblog.com/tag/fremont


Lire l'hommage de Didier Patte, l'ancien président du Mouvement Normand au professeur Armand Frémont, artisan de la réunification de la Normandie:

DISPARITION DU PROFESSEUR ARMAND FREMONT

 Quelques semaines après le décès du professeur François Gay nous parvient la triste nouvelle de la disparition de son collègue et ami, Armand Frémont, dont la plus grande partie de la carrière universitaire s’est déroulée en la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Caen.

 Armand Frémont, c’était LE géographe de la Normandie. Son ouvrage magistral, LA NORMANDIE, paru dans la collection Atlas et Géographie de la France moderne (Flammarion – 1977), fera longtemps autorité et demeure incontournable pour qui veut connaître intimement les terroirs normands. Mais Armand Frémont était aussi l’observateur fin et perspicace des hommes et femmes de Normandie. S’appuyant sur des statistiques « bien réelles », comme il se plaisait à le dire, Armand Frémont a dressé un portrait lucide et pénétrant des PAYSANS DE NORMANDIE (Flammarion – 1981). Et, en 2009, il conclut un de ses derniers livres, LA NORMANDIE SENSIBLE par cette déclaration d’amour pour notre région : « La Normandie est mon pays, mon laboratoire, mon terrain de jeu et de plaisir, ma plus belle lecture » (Editions du Cercle de l’Art).

 Armand Frémont était du Havre. Il a fait carrière à Caen et a aimé le Pays d’Ouche où il se reposait : la Normandie, il l’avait pleine et entière dans son coeur et dans son âme. Aussi n’est-il pas surprenant que cet universitaire ait été à l’origine du désormais célèbre Cercle des Douze, puis Quinze Géographes, dont les travaux ont été si déterminants pour convaincre le pouvoir central de reconnaître l’unité et la cohésion de la Région normande. Armand Frémont a pris position sur la nécessaire réunification, sur le devenir de l’Axe Seine qu’il n’imaginait pas distinct du reste de la Normandie, sur l’ambition non encore reconnue de constituer une vraie métropole normande à partir des cités de Rouen, Caen et Le Havre. Son message, comme celui du professeur Gay, est clair : il est indispensable que les trois villes normandes s’entendent pour que la Normandie ne soit pas mise en coupe réglée par la tentaculaire conurbation parisienne.

La voix d’Armand Frémont manque déjà. Elle était déterminée, équilibrée et… écoutée.

En rendant hommage au professeur Armand Frémont, le Mouvement Normand le remercie de n’avoir jamais désespéré de la Normandie et d’avoir ainsi contribué à sa renaissance le 1er janvier 2016. Il fut l’un des artisans du miracle normand.

 DIDIER PATTE

 Porte-parole et ancien président du Mouvement Normand


 

Lire aussi cet hommage joliment troussé par Gilles Fumey pour le quotidien Libération:

armandfremontlibé

 

MERCI ARMAND! MERCI POUR TOUT...

73415552