Franchement, ce n'est pas sérieux!

Abandonner le navire normand à trois semaines du Brexit ou laisser à l'abandon le dernier grand chantier de réunification de la Normandie institutionnelle (retour à une académie unique) c'était mépriser la Normandie et les Normands! C'est la raison pour laquelle le SGG (pour Secrétaire Général du Gouvernement, un certain Marc Guillaume, haut-fonctionnaire inamovible mieux payé que le président de la République lui-même) a sorti de son chapeau magique les noms qui ont été annoncés lors du conseil des ministres du nouveau gouvernement après remaniement réuni ce... 1er avril 2019.

Quand on vous dit que ce n'est pas sérieux!


 1) Une certaine Christine GAVINI-CHEVET sera au... chevet d'une préfiguration fusionnelle académique dont l'accouchement va se faire dans la douleur...

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/en-plein-conflit-sur-fusion-academies-rouen-caen-une-nouvelle-rectrice-nommee_22646588.html

En plein conflit sur la fusion des académies de Rouen et Caen, une nouvelle rectrice nommée

Lors du Conseil des ministres du lundi 1er avril 2019, Christine Gavini-Chevet a été nommée rectrice de la région académique de Normandie, à la place de Denis Rolland. Détails.

Christine-Gavini-Chevet-rouen-caen-academie-normandie-854x480

Christine Gavini-Chevet a été nommée rectrice de la région académique de Normandie, lundi 1er avril 2019. (©Capture d’écran France 3 Limousin)

Denis Rolland ne verra pas l’aboutissement de la fusion des académies de Rouen (Seine-Maritime) et de Caen (Calvados). Premier « super-recteur » de la région académique de Normandie, nommé en novembre 2017, il devait mener à bien la fusion des deux académies, prévue pour 2020. Mais, en pleine contestation de ce processus par les syndicats, il a été remplacé, lundi 1er avril 2019, par Christine Gavini-Chevet.

Une normalienne proche d’Alain Juppé

La nouvelle a été publiée à l’issue du Conseil des ministres : Christine Gavini-Chevet en poste depuis mars 2018 à Limoges (Haute-Vienne), a été nommée rectrice de Normandie. Âgée de 53 ans, elle a été diplômée de Sciences Po Paris et d’un doctorat en sociologie de l’École normale supérieure.

Elle a été une conseillère d’Alain Juppé, quand il était le patron de l’UMP en 2002, où elle a été directrice des études du parti. Elle a ensuite travaillé, en 2004, avec Jean-Pierre Raffarin alors Premier ministre, relate Acteurs Publics. Elle est revenue vers Alain Juppé en 2010, devenu ministre des Affaires étrangères. En 2012, elle était directrice des relations internationales des ministères de l’Éducation et de la recherche.

« Un signe de fermeté » pour les syndicats

Le profil de cette nouvelle rectrice « ne correspond pas du tout » aux attentes des syndicats de l’académie de Rouen, nous indique Brigitte Bastard, représentante hors syndicats du personnel rouennais. « C’est un signe de fermeté du gouvernement, qui se montre inflexible », déplore-t-elle. Elle explique : 

Si le gouvernement lâche pour Rouen et Caen, il lâche pour toutes les académies. S’ils lâchent maintenant, ils sont morts. Pour nous, ce n’est pas une bonne nouvelle. 

Le départ de Denis Rolland « était dans les tuyaux », selon Brigitte Bastard. Un départ qui « montre l’impasse dans laquelle se trouve le processus de fusion », a tweeté le syndicat Snes-FSU. « Il a été débarqué car il n’y avait plus de dialogue », pointe Brigitte Bastard. Selon la fonctionnaire, « le mal-être du personnel s’accroît ».

Et pour l’instant, il n’y a rien pour les rassurer. « Denis Rolland nous a assuré qu’on ne perdrait pas de poste avant 2022. En fait, on en perd dès septembre 2019, puis en janvier 2020… », liste Brigitte Bastard. Tous sont en attente de l’arrivée de Christine Gavini-Chevet : « On va attendre de voir, mais on continue. »


 Commentaire de Florestan:

Craignons le pire! Le projet territorial éducatif normand mené conjointement entre le ministère de l'Education Nationale et la région Normandie risque d'être la principale victime collatérale d'une tension continue entre la nouvelle rectrice, les personnels et les syndicats.  Cela semble bien mal parti!


 2) Qui est Pierre-André DURAND, nouveau préfet de Normandie?

On  lira ce lien qui nous indique que ce méridional, né à Antibes, est passé par des îles au caractère fort... comme peut l'être aussi celui de ce nouveau préfet qui fait penser qu'un homme à poigne a été nommé chez nous: son intérêt pour les questions industrielles et pour les questions européennes devraient nous aider à affronter le Brexit... Pour le reste, tout le reste, on restera prudent sinon circonspect: les Gilets Jaunes Normands risquent d'avoir affaire à lui...

76af78dc28c7bf30aa3415149463cf7e-normandie-pierre-andre-durand-nouveau-prefet-de-region_3

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-pierre-andre-durand-nouveau-prefet-de-region-6289702

Actuellement préfet de Seine-Saint-Denis, Pierre-André Durand, 59 ans, est nommé préfet de la région Normandie et de Seine-Maritime. Il succède à Fabienne Buccio.

Pierre-André Durand, 59 ans, préfet de Seine-Saint-Denis, en région parisienne, depuis 2016, est nommé préfet de Normandie et de Seine-Maritime. Il succède à Fabienne Buccio, qui partira à la mi-avril en Nouvelle Aquitaine.

Né à Antibes (Alpes-Maritimes), diplômé de l’ENA, de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure et de l’Institut des hautes études de l’aménagement des territoires européens, Pierre-André Durand a démarré sa carrière dans la fonction publique territoriale : d’auxiliaire de bureau à attaché territorial, il a occupé plusieurs postes à la Ville de Nice dans les années 80.

Passage par plusieurs préfectures

Après l’ENA, il devient sous-préfet, directeur de cabinet du préfet de la Loire en 1993, puis de Guyane l’année suivante. Il passe ensuite par l’Aube avant de rejoindre la direction générale de l’administration.

Il est nommé préfet, en 2008, en Haute-Saône, part au cabinet du ministre chargé de l’Industrie aux côtés de Christian Estrosi, avant de prendre la tête de la préfecture de la Drôme (2010), des Pyrénées-Atlantiques (2013) et de Seine-Saint-Denis (2016).


 Commentaire de Florestan:

Ils n'ont pas l'air d'être très commodes ces deux-là... La seule question qui vaille est la suivante: combien de temps vont-ils rester en poste chez nous? Un, deux, trois ans? Ou moins?

A moins qu'il ne s'agisse d'un poisson d'avril du Gouvernement...

_103919514_gettyimages-92121157