20190916_201808-854x572

Christine Larivière présentait la maquette de son travail, lundi 16 septembre 2019 devant la presse locale (crédit photo: Marjorie Janetaud, Liberté/ Le Bonhomme Libre).

Il y a mille ans ou presque, Guillaume et Mathilde ont accouché de l'unité normande et créé l'actuelle ville de Caen, d'où le nom de notre projet: "l'Origine"...

Quelques échos de la conférence de presse de ce 16 septembre 2019 en présence de Christine Larivière, sculpteuse et plasticienne auteure du projet, de Dominique Brichard vice-présidente du collectif Bienvenue en Normandie et d'Emmanuelle Dormois adjointe au maire de Caen en charge de la Culture.

EMPLACEMENT

L'emplacement de notre statue de Guillaume et Mathilde a donc été dévoilé après accord avec la ville de Caen et les services du Patrimoine de la DRAC:

L'oeuvre, d'une hauteur totale de 3,50 mètres (groupe en bronze patiné posé sur un socle en pierre de Caen) sera installée en contre-haut de la contre-escarpe du château (la butte engazonnée surplombant les fossés) non loin de la tour Mathilde en face le virage de la rue de la Libération et de la rue du Vaugueux: à terme, la statue pourrait servir de point de repère et de rassemblement dans les nouveaux parcours de promenade urbaine que la ville envisage de créer avec les remparts du château dans le cadre de la création d'un grand parc public urbain central.

En outre, cet emplacement non loin de la synagogue et du débouché de la grande avenue du Six Juin permettra de souligner, d'une part, que les ducs de Normandie pratiquèrent une politique de tolérance religieuse voire de protection de la minorité juive (Guillaume le Conquérant a ainsi permis la création de la toute première synagogue à Londres) et, d'autre part, permettra à la ville de Caen, 75 ans après son bombardement, de récupérer en partie son patrimoine statutaire public largement anéanti pendant la Seconde guerre mondiale...

On rappellera, d'ailleurs, que le projet de percer une avenue entre la gare SNCF et le château existait déjà avant la guerre: cette avenue devait s'appeler "Guillaume le Conquérant"...

80 ans plus tard, l'occasion nous est enfin donnée de tourner la terrible page de la Guerre pour réunifier l'histoire de notre ville: celle d'avant et celle d'après 1944 en revenant à "l'origine", le nom que nous avons choisi pour ce projet et qui attend d'être financé par le réveil de notre fierté normande retrouvée...

  • Lire l'article proposé par Liberté Caen (actu.fr):

https://actu.fr/normandie/caen_14118/statue-mathilde-guillaume-caen-lieu-est-choisi-reste-trouver-200-000-euros_27276287.html?fbclid=IwAR3i8SYCxnf4lnPL7pp0kBycyxmQhxmf7Hv_JeiHe4kC844xoZaji9-f2LU

  • Lire aussi et surtout, pour une fois, l'article proposé par le journaliste de Ouest-France (paru dans l'édition papier caennaise du 18 septembre 2019):

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-un-lieu-mais-pas-de-sous-pour-les-statues-de-guillaume-et-mathilde-6523709?fbclid=IwAR1k5x4wmvrebUD0LDi44avD0pyolpZavj5gO4p14jtJukvnqjJo1L7M9K4

Notre affaire paraît, certes, en pages caennaises très intérieures mais on notera avec intérêt que le dur travail de faire accoucher un projet artistique valorisant l'histoire de notre région par une société civile normande encore peu habituée à l'exercice de valoriser collectivement sa fierté régionale, paraisse à côté d'un article donnant des conseils pour bien coucher un... bébé!

En outre, on appréciera que le journaliste de Ouest-France nous invite utilement à faire la comparaison esthétique, idéologique et financière entre un projet de statuaire publique imposée autoritairement par l'Etat en région (la DRAC) sans aucune concertation et consultation de la population locale et des riverains, on parle du groupe sculpté dénommé "la caravane" en fonte d'aluminium qui déambule étrangement sur le pavé rénové de la place Saint Sauveur, et notre projet qui assume une approche figurative identitaire qui ne peut se justifier que par le soutien qu'il pourrait obtenir des Caennais et des Caennaises mais aussi de tous les Normands qui n'auraient pas totalement oublié ce qu'ils sont et d'où ils viennent pour en être légitimement fiers!

Il y a donc là un beau défi à relever:

Subir en baissant la tête un art officiel dit "contemporain" aussi abscons que vain dans nos espaces publics.

Ou...

Se mobiliser pour reconstruire une souveraineté collective et citoyenne pour l'aménagement de nos espaces publics qui sont aussi nos biens communs.

L'actuelle majorité municipale caennaise a compris tout l'intérêt qu'il y avait à donner sa chance à la seconde possibilité dès lors qu'il s'agit de valoriser l'histoire et l'identité normande de la ville de Caen et de son château et créer ainsi, un sentiment positif d'appartenance au moment la crise des représentations collectives, des symboles, des valeurs et des institutions qui les représentent et doivent les mettre concrètement en oeuvre, semble générale...

Alors, passons collectivement à l'action en faisant un don pour notre projet de valorisation de la Normandie à Caen en suivant le lien:

https://www.helloasso.com/associations/collectif-citoyen-et-republicain-bienvenue-en-normandie/collectes/une-statue-de-guillaume-et-mathilde-a-caen?fbclid=IwAR1IQ24Ftugdpi0skTDu0wvXrgbM8j3DSZaKk6OUKGsWKh3FoUXWm_EvWhM