Dans l'édition caennaise de Ouest-France datée du 27 septembre 2019, on trouvera l'article complet et très synthétique dû à Guillaume Le Du, le journaliste expert des questions agricoles à la rédaction de Caen:

L'article fait le point de la situation avant le vote prochain, le 28 novembre 2019 du cahier des charges définitif de la nouvelle AOC/AOP Camembert de Normandie: dans cette perspective, 400 réclamations ou demandes de modification ont été déposées dont celles qui questionnent la légitimité du futur périmètre géographique d'une AOC Camembert de Normandie et qui font l'objet d'un débat vif,  non moins légitime, car il en va même de l'identité de notre région.

Sur ce point, l'article à lire ci-dessous apporte quelques informations utiles et éclairantes qui pourraient nous rassurer:

1) La détermination du périmètre géographique est laissée à l'appréciation d'experts consultés par l'INAO, notamment des historiens et des géographes: on espère, c'est la moindre des choses, que la géo-histoire millénaire normande pourra apparaître évidente aux professionnels de la géo-histoire: la Normandie c'est en Normandie. Pas en Bretagne!

2) En conséquence, on espère que la ferme cauchoise des "Cinq frères" qui demande à entrer aussi dans le futur périmètre pourra le faire, au nom de la géo-histoire, sachant que les critères "naturels" ou les critères "d'usage" (forte présence de troupeaux de vaches de race normande dans le Maine, en Haute-Bretagne mais aussi dans le... Wisconsin) ne sont pas les seuls à entrer en ligne de compte.

3) A lire entre les lignes, on a l'impression que Patrick Mercier a entendu notre coup de gueule (nous espérons qu'il a pu en entendre d'autres...) quant à l'idée folle de faire entrer du lait breton dans l'AOC Camembert de Normandie: il semble, désormais, beaucoup plus prudent sur le sujet... Il faut donc continuer à être doublement vigilant: surveiller les Bretons comme le lait sur le feu, bien entendu, mais aussi réveiller les... Normous!

camembert