Glanés dans les dernières éditions disponibles de la Chronique de Normandie diffusée chaque lundi (Bertrand Tierce, n° 623 et 624)  et de la Lettre Eco Normandie diffusée chaque vendredi (Nathalie Jourdan, n°1663 daté du 24/04/20) mais aussi dans la presse régionale normande en ligne, voici quelques nouvelles du front:

L'économie régionale et la société civile normande font face aux contraintes sanitaires (confinement) avec civisme et avec une inventivité résiliente. Le soutien des collectivités territoriales, à commencer par le conseil régional de Normandie est total et il est efficace...

1) Dixit le préfet de région Durand: Les Normands respectent correctement les consignes du confinement en faisant preuve de civisme même si la perspective du 11 mai crée un certain relâchement. La crise économique lié au confinement est très violente mais les entreprises normandes se savent aidées.

prefetcdn623

déconfinementcdn

Mais ce confinement révèle de fortes contraintes sociales: dans l'Est de la région, plus urbanisé et plus densément peuplé, le confinement peut être plus mal vécu que dans la Normandie de l'Ouest et du Sud beaucoup plus rurale...

(source: Lettre Eco Normandie n°1663)

ConfinementnormandLEN1663

2) Les artisans sont nombreux en Normandie dans une région qui a gardé un profil industriel: il ne faut pas l'oublier!

(source: Chronique de Normandie n° 623)

artisanatcdn623a

artisanatcdn623b

3) En revanche, certains d'entre eux se plaignent de l'attitude des assureurs:

(source: Lettre Eco Normandie, n°1663)

colèreassurancesLEN1663

4) Cependant, la MATMUT, l'assureur mutualiste historique de la métropole de Rouen consent à quelques efforts de solidarité:

cdn623matmut

5) Le BTP est le secteur industriel qui est traditionnellement attendu pour être le moteur de la reprise et de la relance de l'économie régionale normande selon l'adage bien connu: "quand le bâtiment va, tout va!". Mais est-ce si sûr? En tout cas, derrière la reprise espérée via le BTP il y a surtout le redémarrage des chantiers publics financés par les collectivités territoriales et les bailleurs sociaux.

(source: Chronique de Normandie n°624)

cdn1

cdn2

7) Les capacités financières des collectivités territoriales, à commencer par le conseil régional, sont donc déterminantes pour assurer la survie de la Normandie dans la crise et après: la Chambre régionale des comptes a fait paraître son dernier rapport qui révèle deux réalités intéressantes... Tout d'abord les principaux budgets publics de Normandie sont plutôt bien gérés (endettement modéré). Ensuite, par la taille, ces budgets sont très concentrés sur les neuf principales collectivités territoriales normandes (la région, les cinq départements, la métropole de Rouen, les agglos de Caen et du Havre). Enfin, est révélé le poids budgétaire des grands hôpitaux normands (CHU de Caen et de Rouen, centre hospitalier du Havre)...

(source: Chronique de Normandie n° 624)

CRCcdn624

8) Le tourisme normand connaît une très grave crise: l'année 2020 restera dans les annales du pire! Il faut donc se reconcentrer sur l'essentiel et sur ce qui fait l'authenticité et l'originalité de la destination normande. Un conseil, sinon une évidence (qui hélas, n'apparaît pas en tant que telle dans ce qui est à lire ci-dessous): LE PATRIMOINE HISTORIQUE NORMAND EST NOTRE PETROLE !

(source: Lettre Eco Normandie n°1663)

TourismenormandLEN1663a

TourismenormandLEN1663b

9) Dans la tempête, le Grand Port Maritime de Rouen semble assurer sa route normalement. Du moins pour l'instant car la crise économique mondiale qui se profile pourrait aussi perturber le commerce international des céréales...

(source: Lettre Eco Normandie, n°1663)

gpmRouenLEN1663

10) Saint-James tricotte pour nous les masques de notre libération...

(source: Lettre Eco Normandie n°1663)

SAINTJAMESLEN1663


 A lire, par ailleurs, dans la presse numérique normande:

  • L'idéologie jacobine en matière d'énergie et d'environnement poursuit son petit bonhomme de chemin comme si de rien n'était...

https://actu.fr/normandie/ducey-les-cheris_50168/edf-va-debuter-travaux-destruction-barrage-roche-boit_33305556.html

  • LE CRETINISME GEOGRAPHIQUE JACOBIN met l'unité normande à rude épreuve!

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/deconfinement-depuis-caen-jusqu-ou-sera-t-il-possible-d-aller-apres-le-11-mai-6821002

Déconfinement. Depuis Caen, jusqu’où

sera-t-il possible d’aller après le 11 mai ?

À partir du 11 mai 2020, les déplacements seront à nouveau autorisés sans attestation dans un rayon de 100 km autour de son domicile, a annoncé le Premier ministre, Edouard Philippe, mardi 28 avril. Que représente ce périmètre quand on vit à Caen ? Des outils existent pour le savoir précisément.

MjAyMDA0NjZiYTA1MDE2Yjk4ODVhMzljZDFhYzkyNDAzZmZlMDg

Rendre visite à des amis à Avranches, après le 11 mai ? Possible, pour les habitants de Caen, tout en respectant la limite des 100 km autorisés, fixée par Edouard Philippe, mardi 28 avril 2020, lors de la présentation du plan de déconfinement à l’Assemblée nationale. Un plan qui se veut « progressif, adaptable et géographique ».

« Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, sauf pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel », a précisé le Premier ministre.

Découvrez le périmètre accessible depuis votre logement

Depuis Caen, tout membre de la famille ou proche vivant à Fougères ou à Rouen, devra ainsi attendre encore… Situées respectivement à 151 km et 126 km, ces villes resteront inaccessibles dans les prochaines semaines. Tout comme l’extrême nord-ouest de la Manche.

Plusieurs outils en ligne permettent de découvrir le périmètre accessible depuis l’adresse de son domicile : le site Calcmaps en fait partie, tout comme carte-sortie-confinement, saturé en ce mercredi après-midi.


 Commentaires de Florestan:

1) Le Nord-Cotentin redevient une île.

2) Les clochemerleux caennais pourront dire qu'ils ne peuvent pas aller jusqu'à Rouen.

3) Le pont de Normandie porte bien son nom.

4) Le journaliste de Ouest-France a de la famille à Fougères.

5) Le Mont-Saint-Michel est inaccessible à quelques kilomètres près: on n'ose pointer le compas des 100 km sur la ville de Rennes...


 

  • Le sous-marin nucléaire d'attaque Suffren sort pour la première fois de l'arsenal de Cherbourg: on espère que le covid-19 n'est pas la cible!

https://www.ouest-france.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin-50100/cherbourg-premiere-plongee-pour-le-sous-marin-nucleaire-d-attaque-suffren-6821034

  • Dix millions d'euros pour les entreprises normandes grâce au conseil régional de Normandie!

https://actu.fr/normandie/vire-normandie_14762/coronavirus-region-normandie-debloque-10-millions-deuros-entreprises_33277216.html

  • Dans le Calvados, les chiffres du préfet concernant le nombre d'entreprises aidées par les pouvoirs publics (Etat + Région):

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/aides-financieres-aux-entreprises-du-calvados-la-prefecture-annonce-les-chiffres-6819963

  • Les entrepreneurs percherons se rassemblent pour lutter ensemble dans la crise: bravo!

https://actu.fr/normandie/belleme_61038/quand-entrepreneurs-perche-se-rassemblent-face-virus_33310405.html

  • Dans la Manche, des stations services pourraient faire faillite: absence des automobilistes, prix de l'essence trop bas!

https://actu.fr/economie/le-prix-carburant-rarement-ete-aussi-bas-certaines-stations-sont-meme-peril_33317443.html

  • Des poules chez vous pour avoir des oeufs frais chez soi!

https://actu.fr/normandie/villers-sur-mer_14754/calvados-lassociation-poule-tous-organise-distributions-poules-pondeuses_33296305.html

  • Un maire du Vexin normand ne veut pas prendre le risque d'ouvrir son école le 11 mai prochain:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/education/coronavirus-a-la-frontiere-de-l-eure-ce-maire-ne-veut-pas-rouvrir-l-ecole-avant-septembre-2020-HC16724254

  • A Caen, un conseil municipal extraordinaire le 7 mai 2020 pour gérer l'après 11 mai:

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-l-opposition-reclame-un-conseil-municipal-extraordinaire-pour-decider-du-deconfinement-6819772

  • Déconfinement: proposition de loi d'un député normand de l'Eure pour protéger juridiquement les maires.

https://www.ouest-france.fr/education/reouverture-des-ecoles-un-senateur-de-l-eure-fait-une-proposition-de-loi-pour-proteger-les-maires-6819721

  • Le seul fabricant français d'écouvillons est Normand (dans l'Orne):

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/dans-l-orne-le-seul-fabricant-francais-d-ecouvillons-commence-ses-livraisons-6820080

  • LES PREMIERS DE CORVEE: toujours aussi mal payés?

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/covid-19-seine-maritime-soignants-nauront-pas-prime-1-500-euros_33278584.html

 

Covid-19. En Seine-Maritime, les soignants

n’auront pas tous la prime de 1 500 euros

covid-19-soignants-seine-maritime-auront-pas-prime-1500-euros-768x513

Qui aura le droit à la prime annoncée par le gouvernement pour les soignants engagés pendant l'épidémie de Covid-19 ? Des agents hospitaliers de Seine-Maritime s'interrogent.

Cela fait parler dans les couloirs du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Rouen mais aussi dans tous les établissements hospitaliers publics de la Seine-Maritime. Qui aura la fameuse prime au mois de mai 2020, annoncée par le gouvernement pour remercier l’engagement des soignants pendant l’épidémie de Covid-19 ? « On entend que la prime sera divisée sur l’ensemble des employés, s’inquiète un aide-soignant du CHU de Rouen. Au nombre de personnes que l’on est, ce sera sera plus 1 500 euros, ni même 500 euros qu’on aura dans notre poche mais quelques euros… »

Mais qu’en est-il vraiment ? Qui aura droit à quoi ? Même si le décret précisant les contours de cette prime n’a pas encore été publié par le gouvernement, voici quelques éléments de réponses.

Lire aussi : Étudiants infirmiers et aides-soignants en Normandie : bientôt une prime de 1000 à 1300€ ?

1 500 euros pour les agents des départements les plus touchés

Mercredi 15 avril 2020, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé une prime allant de 500 à 1500 euros pour les soignants, « en première ligne jour et nuit ».

Concrètement, dans « les départements dans lesquels l’épidémie était intense », soit 30 au total, l’ensemble des soignants toucheront une prime, défiscalisée et désocialisée, de 1 500 euros net versée au mois de mai, précise le ministère de la Santé. 

Lire aussi : Covid-19 : jusqu’à 1 500 euros de prime pour les soignants et certains fonctionnaires

Une prime de 500 euros actée

Le ministère de la Santé a indiqué que les agents hospitaliers des zones moins touchées bénéficieront d’une prime de 500 euros net, en mai également. Le ministère de la Santé précise cependant que dans les départements les moins touchés, « les agents ayant travaillé dans les services COVID+ des 108 hôpitaux de référence percevront également la prime de 1500 euros ».

« Ce que l’on sait, c’est que le département de la Seine-Maritime ne fait pas partie des départements les plus touchés », indique Frédéric Louis, secrétaire de la section CFDT du CHU de Rouen. Mais pour l’heure, il y a encore beaucoup d’incertitudes. On ne sait pas encore qui l’aura, qui aura combien… »

Il prend l’exemple de la blanchisserie. « Celui qui traite le linge sale aura-t-il la même prime que celui qui plie le linge propre ou il y aura une distinction ? »

Pour Évelyne Bourgeois de la CGT, « il faut que la prime soit adressée à tout le monde car tous les services de l’hôpital ont été impactés par l’épidémie. Il ne faut pas faire de cas par cas ».

Lire aussi : Coronavirus : une prime de 1 500 euros en mai pour certains soignants du Grand Est

Du côté de la direction de l’hôpital rouennais, c’est aussi le flou sur les conditions d’attribution de cette prime : « On attend la parution du décret pour en savoir plus. » Pour Louis Frédéric, il est temps que le gouvernement publie ce décret :

Entre l’annonce et le décret, il y a trop de temps qui s’écoule et cela génère des interrogations auprès des agents. Surtout que la paie arrive le 10 mai, alors il est temps de savoir ce qu’il en est !

La revalorisation des salaires est très attendue

Les syndicalistes craignent que cette prime soit encore « un effet d’annonce ». « Après la canicule de 2003, il y a avait eu aussi une prime mais il y avait tellement de conditions à remplir…, se rappelle Louis Frédéric. Mais bon, en vérité, ce n’est pas la prime la vraie question – même si on ne crache pas dessus – la vraie question, ce sont les salaires des agents hospitaliers. »

Les syndicats évoquent les salaires des infirmiers qui démarrent à 1 500 euros, les salaires des agents d’entretien qui peinent à atteindre les 1 200 euros… « Les salaires doivent être revalorisés. Cela fait des années qu’on le demande et on espère que les applaudissements tous les soirs à 20 heures et l’engagement des agents pendant l’épidémie feront effet. Il y a eu des annonces et on a bon espoir pour que cela change », conclut avec optimisme Louis Frédéric.


 

  • Premières de corvée, suite!

Les caissières du Monoprix de Caen sont furieuses de ne pas pouvoir toucher l'intégralité de la prime "Macron":

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/leur-prime-de-1-000-eu-amputee-des-caissieres-revoltees-dans-un-magasin-de-caen-6821236

Les couturières bénévoles de la Seine-Maritime se révoltent contre l'instrumentalisation du bénévolat!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/masques-ras-bol-couturieres-seine-maritime-benevoles-exploitees_33325033.html