L'Etoile de Normandie ne cesse de le dire! Pour ce qui est de l'avenir de la Normandie en tant que premier potentiel portuaire dans l'économie maritime française, le gouvernement notamment quand il fut présidé par un ancien député-maire du Havre redevenu, depuis peu, maire du Havre, se trompe de... canal!

Jean-Paul Lecoq, le député communiste de la Seine-maritime candidat malheureux opposé à Edouard Philippe aux dernières municipales au Havre a rappelé dans un courrier récent envoyé à un gouvernement Castex redécouvrant subitement tout l'intérêt de la logistique ferroviaire et fluviale qu'il existe déjà un grand canal reliant Paris à la mer et que c'était celui de la Seine!

Le canal Seine-Nord-Europe est un projet pharaonique coûteux lourdement appuyé par les lobbies nordistes et belges, notamment les logisticiens du port d'Anvers qui aimeraient confirmer définitivement la place de premier port français pour un port municipal flamand...

proxy-image

https://www-tendanceouest-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.tendanceouest.com/amp-368095-jean-paul-lecoq-veut-l-abandon-du-canal-seine-nord.html

Jean-Paul Lecoq veut l'abandon du canal Seine Nord

Jean-Paul Lecoq, député de Seine-Maritime, vient d'écrire aux ministres de la Transition écologique et de la Mer pour demander l'abandon du projet de Canal Seine Nord. Il dénonce un projet pharaonique et néfaste pour l'environnement.

Jean-Paul Lecoq, député communiste du Havre (Seine-Maritime), vient d'écrire à Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et à Annick Girardin, ministre de la Mer, pour demander l'arrêt du projet de Canal Seine Nord. Les courriers ont été envoyés le 23 juillet dernier. La création de ce canal, validé par le gouvernement d'Édouard Philippe (actuel maire du Havre), vise à relier les ports du nord de l'Europe au bassin parisien, en creusant un canal d'une centaine de kilomètres reliant l'Oise à l'Escaut.

Jean-Paul Lecoq dénonce "un projet pharaonique, néfaste pour l'environnement et aberrant sur le plan économique si l'on se place du point de vue des intérêts de la France. Il existe déjà un canal naturel pour relier nos grands ports au bassin parisien, donc au cœur de l'Europe : la Seine ! L'intérêt de la France est de conforter l'axe Seine et le trafic fluvial, comme ferroviaire depuis nos ports du Havre et de Rouen, et non d'offrir un outil concurrentiel aux ports du nord de l'Europe pour augmenter leurs trafics et améliorer leurs débouchés". L'élu communiste en appelle au nouveau gouvernement pour revenir sur l'autorisation du projet. Les travaux doivent débuter cette année. Le canal doit coûter 4,5 milliards d'euros (dont un milliard de l'État et un milliard des collectivités locales).