Ils osent tout et c'est à ça qu'on les reconnaît! pourrait-on dire à la suite de Michel Audiard.

En politique il ne faut pas trop avoir la mémoire trop longue car le politicien ou la politicienne doit pratiquer l'art difficile pour le commun des mortels des sincérités successives: en politique, il ne faut jamais insulter l'avenir...

A l'occasion des élections, notamment les élections régionales normandes, voilà que la Normandie suscite, comme par enchantement, un regain de curiosité intellectuelle alors qu'il s'agit d' un sujet dont se contrefichent d'ordinaire la plupart des professionnels d'eux-mêmes de notre vie publique.

A la rigueur, notamment du côté d'une certaine gauche militante bien pensante, quand ils parlent  de Normandie c'est sous la contrainte comme pour mieux exorciser l'origine du Mal: le repli identitaire folklorique moyenâgeux qui fait le jeu de qui vous savez....

C'était là le prêt-à-penser stupide d'un ancien instituteur breton syndicaliste trostkyste enkysté du côté de Saint-Saens en Normandie pour sa carrière et qui a fini par devenir président de région dans un bunker socialiste fabiusien de 1998 à 2013, assurément, les pires années pour l'intérêt général normand depuis les bombes de 1944!

Ci-après, on vous a retrouvé une archive de l'Etoile de Normandie édifiante à relire qui démontre que la fameuse "région par la preuve" dont se prévalait Le Vern était surtout, dans la réalité, la Normandie à l'épreuve...

Nous sommes en octobre 2014. On se prépare activement à la réunification de la Normandie finalement décidée par le Rouennais François Hollande à quelques jours du 70ème anniversaire du débarquement de 1944, histoire de donner aussi une leçon définitive à un Laurent Fabius qui ne voulait pas de l'unité normande souhaitée par celui qu'il surnommait "Guimauve Le conquérant".

Dans cette archive, choisie parmi tant d'autres, il s'agit de pétarder toutes les bombes laissées par le fabiusien Alain Le Vern après sa démission surprise la veille de célébrer la première Saint-Michel des Normand, le 29 septembre 2013, ça ne s'invente pas!

Alain Le Vern n'était pas à une mesquinerie près pour littéralement emmerder les Normands amoureux de la Normandie et soucieux de son avenir à commencer par nos jeunes qui ont le besoin de se déplacer à prix modique et facilement dans leur région:

C'est ainsi que sous la satrapie Le Vern, les jeunes Haut-Normands pouvaient voyager sans difficulté de billets ou de tarifs vers la Picardie mais, qu'en revanche, ils leur étaient impossible de faire de même vers la Basse-Normandie...

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/10/08/30730230.html

Anti Le Vern 2

Huit ans plus tard, Marie Le Vern, la fille de son père, nous propose résolument de faire l'inverse... Cherchez l'erreur!

marielevern

La fille n'est évidemment pas responsable des faits et gestes de son père qui était furieusement opposé à toute idée d'unité normande.

Mais s'intéresser à la campagne normande qu'en période de compagne électorale ne plaide pas pour une grande sincérité d'une demoiselle qui, comme l'a fait toute sa carrière durant son père cycliste, ne roule que pour elle!

Ejy-Z0c9