Le temps de battre la campagne est arrivé, futures élections présidentielles obligent.
Au Centre de l'Echiquier , Hervé Morin réunissait samedi 3 septembre  500 militants à Épreville-en-Lieuvin (Eure) dont des élus et parlementaires NC.

Une réunion certes de politique et de la possibilité d'un futur candidat du Centre (Hervé Morin étant en concurrence avec Jean-Louis Borloo). Mais aussi l'occasion d'un long déployer pour l'Unité Normande.
« (...) l'unité de la Normandie doit rester notre combat. On célèbre cette année le 1100eanniversaire de la Normandie quand les Socialistes, eux, continuent de s'accrocher à la haute et à la basse (Normandie) (...) ».
« (...) Quel dommage dans cette compétition européenne et mondiale de se priver de la taille, de la dimension, de la capacité d'investissement, de l'influence politique qui nous permettrait de faire de la Normandie la 4e région française  pour peser face à nos concurrents ! Quel dommage de retarder encore et toujours notre union alors que des projets tels que le Grand Paris, le réseau TGV ou l'implantation de nouveaux sièges sociaux peuvent s'offrir à nous ! (...) »
« (...) Nous sommes la plus vieille région française. Nous avons donné nos institutions aux Britanniques. Nous avons conquis le bassin méditerranéen. Notre culture est faite de dix siècles d'identité commune, de paysages communs enveloppés de la même lumière (...) ».

Et pour finir, ce qui paraît évident , sauf pour certains :
« En dépit de l'évidence de tous les rapports et études positives sur la réunification, cette question n'avance pas et n'avancera que par la reconquête politique de nos deux régions ».