La Pravda du Grand Ouest titre: "l'union fait la force". Mais, bien entendu, cela ne concerne pas la réunification de la Normandie !

Comme d'habitude, les élus des villes des confins méridionaux et occidentaux de la Normandie qui subissent le bourrage de crâne britanophile en zone de diffusion Ouest-France, peinent à se définir comme "villes portes de la Normandie" (à l'heureuse exception de la ville d'Avranches dont le nouveau maire David Nicolas est un partisan convaincu de l'unité normande) contrairement aux villes des marges franciliennes et picardes de la Normandie qui assument, en revanche, totalement avec fierté et succès (touristique) cette belle qualité !

Résultat de recherche d'images pour "paillasson"

Alençon paillasson du Maine? Ou porte de la Normandie?

La Sarthe coule dans la ville avec sa rive mancelle et normande: raison de plus d'assumer totalement son rôle de ville porte !

La haine de soi ne donne rien de bon !


 

Joaquim Pueyo et Jean-Claude Boulard ont présenté la société publique locale, lundi matin à Alençon.

Joaquim Pueyo et Jean-Claude Boulard ont présenté la société publique locale, lundi matin à Alençon. | Yasmine Mousset

Les deux collectivités envisagent de créer une société publique locale, outil de gestion des grandes opérations des deux villes. Un premier rapprochement, pas le dernier.

A l’heure où la Normandie réunifiée arrive à grands pas, Joaquim Pueyo ne souhaite pas que la Région se résume au triangle Caen-Rouen-Le Havre. Alençon doit compter, et c’est sur Le Mans qu’elle pourrait s’appuyer pour y arriver. En décembre dernier, les élus de la communauté urbaine avaient rencontré le sénateur-maire Jean-Claude Boulard. « On s’est donné six mois pour coopérer concrètement ».Six mois plus tard, on connaît le fruit de leur réflexion. Une société publique locale (SPL) devrait voir le jour en août prochain. « Nous avons la volonté commune de créer un outil de développement dans le cadre d’une gouvernance partagée » a expliqué Joaquim Pueyo, ce lundi matin, lors d’une conférence de presse avec Jean-Claude Boulard. Concrètement, la ville d’Alençon, la communauté urbaine, la ville du Mans et Le Mans Métropole seront les actionnaires de cette société anonyme au capital 100 % public (125 000 € pour Le Mans et sa communauté urbaine, autant pour Alençon et la CUA).

Cette nouvelle structure juridique doit regrouper les différents projets de ces collectivités (pour Alençon, rénovation-extension de la piscine,  aménagement autour du château et pôle multimodal de la gare ; pour Le Mans, création d’un centre de congrès à la gare…) afin de les proposer à des prestataires (société d’économie mixte, Sem) dans le cadre de marchés publics.

La constitution de cette société publique locale, prévue en août prochain, est à l’ordre du jour du conseil municipal d’Alençon de ce lundi soir. Un point qui pourrait faire débat avec l'opposition.