Alors que ces derniers jours était baptisé pour le service à la mer le plus grand porte conteneur de l'armement français CMA CGM portant le nom d'un navigateur aventurier breton du XVIIIe siècle (passablement affabulateur...), les élus et décideurs de la ville, agglomération et port du Havre s'interrogent et s'inquiètent doublement pour l'avenir...

Porte_conteneur_le_havre

 

1) Alors que les élites havraises ont toujours désiré la réunification normande pour désenclaver le port du Havre vers la rive sud de l'estuaire (dans une logique de concurrence ou d'autonomie vis-à-vis de Rouen), la question est posée "des miettes" qui pourraient revenir à la ville du Havre lorsque Caen et Rouen se seraient  équitablement distribuées les diverses directions et fonctions de la capitale régionale normande. La tentative passablement mesquine en cours de "rapatrier" le service régional des douanes du Havre vers Rouen est un nouvel épisode de la guéguerre quasi séculaire menée entre les deux villes portuaires normandes en aval ou en amont de l'une ou de l'autre sur la rive droite de la Seine... Dans le meilleur des cas, Le Havre, déjà siège de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime, pourrait obtenir le siège de la future Chambre de commerce et d'industrie de Normandie et celui du GIE Haropa dans le cadre d'un grand "port center" à l'image de celui d'Anvers ou de Rotterdam.

 http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3151942/breves+normandie/normandie-reunifiee--le-havre-se-defend#.VVUVjZOD3v2

2) Alors que les élites havraises ont toujours désiré être la "Porte Océane" de Paris et obtenu la remise à niveau logistique, portuaire, fluvial et ferroviaire de l'Axe Seine, elles se sentent trahies par le pouvoir central parisien toujours peu soucieux des choses de la mer et peu constant dans ses choix: la confirmation par l'actuel gouvernement  forcément très à l'écoute du lobbying des grands élus socialistes du Nord de la France du projet de Canal Seine Nord Europe (qui attend le feu vert financier de la Commission européenne en juillet prochain pour démarrer) est vécue au Havre comme le coup de poignard dans le dos !

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/2015/05/08/le-projet-de-canal-seine-nord-europe-conteste-par-les-decideurs-du-havre-720879.html

http://www.courrier-picard.fr/region/canal-seine-nord-le-havre-au-secours-des-antis-ia0b0n561540

http://www.normandie-actu.fr/canal-seine-nord-a-rouen-et-au-havre-la-crainte-dun-%C2%AB-affaiblissement-%C2%BB-des-ports_123939/

Voir aussi l'entretien d'Alain Vidalies, le secrétaire d'état aux transports accordé à Paris-Normandie qui tente de rassurer...

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3168973/newsletters/une-belle-opportunite#.VVX055NqYaQ

Et ce n'est pas le sous-financement de la part de l'Etat dans le futur CPIER Vallée de la Seine (2015 /2020) qui va calmer les inquiétudes havraises aussi légitimes que lucides car la seule solution pour équilibrer les effets prévisibles d'un branchement direct par voie fluviale de Paris au grands ports de la rangée Nord européenne est le DESENCLAVEMENT FERROVIAIRE du port Havre vers l'Est parisien et français (Allemagne et Europe centrale) et vers le Sud Ouest (axe "Plantagenêt" Basse Normandie Le Mans Tours Bordeaux Espagne) car les ports concurrents de la rangée Nord, commercialement très "agressifs", démarchent leurs clients dans un axe Nord- Sud (Lille Paris Lyon Marseille)

Sur cette question essentielle du désenclavement ferroviaire du port du Havre, la rénovation de la ligne SNCF fret Motteville- Serqueux-Gisors fait débat et l'étude d'impact est même remise en cause !

Ligne Serqueux-Gisors : l’Autorité environnementale demande de revoir la copie

 

 

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3121003/breves+normandie/ligne-serqueux-gisors--l-autorite-environnementale-demande-de-revoir-la-copie#.VVX3FJNqYaQ

 

Contrairement à tous les autres décideurs, (surtout à Paris) les Havrais, qui devraient être la pointe la plus aiguisée d'un grand lobbying régional normand en tant que grande région française d'économie maritime, savent mieux que quiconque que la bataille internationale des ports se gagne à ... terre !