Michel Rocard en 1966 avait eu ce slogan prémonitoire et lumineux, deux ans après la fin de la Guerre d'Algérie:

"Il faut décoloniser la province!"

Pour reprendre nos affaires en mains. Si la Normandie doit renaître entre la puissante région parisienne à l'Est et l'entreprenante Bretagne à l'Ouest, c'est qu'elle est placée dans l'urgence absolue de s'occuper par elle-même de son avenir. A fortiori lorsque l'avenir de la Normandie en Normandie porte une part essentielle de l'intérêt national supérieur de la France:

Développer une économie maritime dynamique, ambitieuse. Proposer la qualité sinon le luxe en tous domaines. Proposer et défendre une alternative politique régionale girondine à un centralisme jacobin autoritaire à bout de souffle.

La Normandie n'est pas une région banale.

Résultat de recherche d'images pour

Ce n'est pas qu'un machin technocratique ou qu'une circonscription territoriale de plus. Et c'est encore moins une communauté ethno-culturelle particulière réclamant des droits et une reconnaissance (pour ne pas dire davantage...) à la collectivité nationale.

La Normandie est un bien public profondément politique, un héritage historique séculaire, un patrimoine culturel et institutionnel doté d'une notoriété mondiale, la matrice d'une civilisation.

Alain Le Vern, l'ancien président de la ci-devant demi-région de Haute de Normandie avait parfaitement compris l'enjeu quand, lors d'une ultime déclaration publique durant l'été 2014, il avait déclaré que: "la réunification de la Normandie est le choix du passé". C'était logique de la part de celui qui préparait, à terme, le rattachement de l'ex Haute-Normandie à la région parisienne dans la soumission aux réalités du moment.

Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle appelant à résister pour libérer la France faisait lui aussi le choix de la fidélité au passé pour mieux reconquérir l'avenir...

C'est pourquoi le projet normand ne peut être que politique, au sens le plus noble du terme. C'est une idée emblématique et symbolique forte avec ses valeurs (le patriotisme consitutionnel normand) qui peut mobiliser toutes les énergies. C'est la raison pour laquelle, nous avons dit ici que l'approche du projet normand en terme d'intelligence économique territoriale est fondamentale.

Afficher l'image d'origine

Pour que la belle idée normande, à savoir l'idée de région quasiment idéale dont notre pays, outrancièrement corseté dans son centralisme parisien, a cruellement besoin, ne soit pas remisée au musée de toutes les nostalgies.


 

  • Le dernier envoi de la feuille d'informations Normandie XXL revient sur la centralité stratégique de l'intelligence économique territoriale dans la reconstruction d'un projet normand utile aux Normands qu'à la France elle-même:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1697

Pour une gestation de l'intelligence économique normande

 Eric Valin

Idées. L’intelligence économique territoriale est un élément déterminant de l’économie de la Normandie. A l’occasion de la session plénière du CESER de Normandie, le 21 mars 2016, Sophie Gauguin, 1ère vice-présidente de la Région Normandie, a confié au président M. Jean-Luc Léger et à son assemblée huit sujets de saisine. Le premier d’entre eux est « l’intelligence économique, approches offensive et défensive. »

Ces saisines entrent dans le cadre d’une large concertation pour l’élaboration du Schéma régional de développement économique d’innovation et de l’internationalisation (SRDEII) ainsi que d’un schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (SRESRI) que le Conseil régional de Normandie doit adopter avant le 31 décembre 20016.

Nicole Gossens et Catherine Kersual portent le dossier

Les conseillers régionaux, mais aussi les milieux économiques attendent beaucoup des apports du CESER sur ce sujet primordial. La conduite du groupe de travail a été assignée à deux conseillères, Madame Nicole Goossens (CFDT), présidente, et Madame Catherine Kersual (UFC-que choisir et confédération syndicale des familles) rapporteur. Le rapport et l’avis du CESER seront présentés, débattus et votés lors de la session du 20 octobre à Caen. Ce rapport et cet avis devraient être déterminants pour évaluer le travail des 156 conseillers, mais surtout qualifier le CESER dans son rôle auprès de la région. Pour cela, il lui importera d’émettre un avis pertinent et utile en s’affranchissant d’un consensus mou adopté ces dernières années. Il est connu que la richesse et la diversité des représentants du CESER, comme les rapports qu’il a entretenus avec le conseil régional n’ont pas toujours permis d’y trouver l’autorité attendue pour afficher son efficacité.

« Mon intention est que le CESER soit un acteur à part entière du projet, au bénéfice de la région et des corps intermédiaires » a écrit Hervé Morin au CESER. C’est à la fois un gage de confiance et l’expression d’une attente.P.F.A.

 

Eric Valin, consultant et enseignant en intelligence économique, ancien Vice-Pdt de la Fédération des Professionnels de l'IE lors de sa création et pour deux mandats, chargé de la formation, de l'enseignement et de la recherche, ancien Conseiller économique et social de Haute-Normandie rappelle quelques uns de ses grands principes et donne son point de vue sur le sujet.

Une session de rattrapage

Le travail de début de mandat d'Hervé Morin doit être salué d'une part, comme une justice où un président de région centriste répare les dégâts d'une division régionale initiée par deux demi- présidents et, d'autre part, comme une session de rattrapage d'un travail qui aurait du être fait par tous ses prédécesseurs.

 L'essor de l'IE en France est chaotique tant pour des raisons institutionnelles de centralité depuis Colbert que par la faute des hommes ; saluons au passage les initiatives du Préfet Rémy Pautrat dans la demie Normandie occidentale (un ancien de la DST et du SGDN, préfet du Calvados de 1996 à 1998 il a conçu un schéma régional d’intelligence économique et lancé l'idée des pôles stratégiques NDLR). La différence de traitement et organisation de l'IE se ressent d'ailleurs cruellement au moment de la réunification et ne donne vraiment pas l'idée d'accorder un satisfecit aux acteurs économiques publics ou privés du passé dans la demie Normandie orientale.

114 définitions pour l’Intelligence Economique

L'IE a 114 définitions qui traînent dans les thèses et livres ou articles et cabinets de consultants ; je m'en tiens à dire que l'IE est la gestion de l'information pour dégager un avantage compétitif. C'est une technique dont la pratique, ainsi que les résultats qui en découlent, dépend du talent de ceux qui l'utilisent.

Précisons que la notion « d’intelligence économique » en raison de la mauvaise maîtrise de l’anglais par les Français, résulte d’une erreur de traduction. « Intelligence » dans le contexte du business et du secret d’état signifie tout simplement « renseignement »  (NDLR)

La formation à l'usage de l'IE en tant que technique peut être brève (un an en master) mais les managers et consultants savent que le plus dur réside dans les changements de mentalité et de comportement à moins que la volonté ou l'urgence économique comme en Normandie y poussent. Je tiens d'ailleurs à disposition pour ceux qui souhaiteraient s'informer sérieusement un exposé sur le thème « L'IE est une révolution managériale » qui s'applique autant dans le privé que dans le public et que dans les relations entre eux.

Quelques axiomes (liste non exhaustive) indiquent les pistes à suivr

-           L'IE est consubstantielle au patriotisme économique, qui peut avoir une déclinaison régionale, avec pour corollaire une coopération public-privé ténue. La sécurité économique, condition du développement, se décline aux niveaux micro, méso et macro économiques ; l'aspect offensif également.

-           L'IE ayant pour fonction d'apporter des informations concernant la prospective, la décision et la mise en œuvre de celle-ci suppose, qu'en amont, soit défini le besoin en informations critiques et leur gestion ensuite par des organismes et procédures ad-hoc.

-           L'IE Territoriale c'est se conformer à l'adage « penser global, agir local » mais sans oublier le principe de l'aménagement équilibré du territoire en référence au concept républicain d'égalité et surtout du bon sens économique résumé par « Paris et le désert français » de Jean-François Gravier (1947), aussi souvent évoqué que piétiné même au niveau des capitales régionales ou départementales.

-           Il n'y a pas de mobilisation possible sans une agrégation par un intérêt commun et emblématique ; selon ce point de vue la Normandie étant une entité culturelle, historique et géographique (comme la Corse) dispose d'un atout majeur par rapport aux nouvelles régions qui ne sont que des convenances administratives sans âme, sans cohérence et sans visibilité pour les horsains.

Le Président Hervé Morin vient de créer une cellule régionale d'IE, nous l'en félicitons et lui conseillons quand même d'aller souvent à Lisieux invoquer la sainte locale car de nombreux miracles seront bienvenus pour accompagner sa détermination.