Non. Ce n'est pas une bombe de la dernière guerre mondiale ou un incendie criminel provoqué pour servir les intérêts minables d'un promoteur immobilier ou un accident faute d'entretien. C'est tout simplement la foudre qui est tombée dans la soirée du mardi 18 juillet sur l'un des bâtiments du site Vauban de l'île de Tatihou et qui est classé pourtant sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO: le bâtiment qui abritait la réserve des peintures du musée maritime de Tatihou a brûlé. Deux cents tableaux et gravures datant, pour la plupart du XIXème siècle, et qui témoignaient du patrimoine maritime normand du Nord Cotentin ont été réduits en cendres.

des-degats-importants-apres-l-incendie-sur-l-ile-tatihou

http://www.paris-normandie.fr/ouverture/dans-la-manche-200-tableaux-d-un-musee-partent-en-fumee-KG10347368?utm_source=Utilisateurs+du+site+LA+NEWS&utm_campaign=403eb8ee97-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_233027d23b-403eb8ee97-137315997

Dans la Manche, 200 tableaux d’un musée partent en fumée

Publié 19/07/2017 22:38
Le musée de l’île de Tatihou, à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche), a subi d’importants dégâts mardi soir après un incendie déclenché par la foudre qui a ravagé un bâtiment abritant près de 200 tableaux, a-t-on appris mercredi auprès du conseil départemental, propriétaire du musée, et des pompiers.

« L’incendie a été déclenché par deux impacts de foudre » sur un bâtiment du musée faisant office de réserve sur cette île située au large de la côte est du département de la Manche, a précisé le service communication du département.

Un tiers de la surface totale (150 m2) du bâtiment a brûlé dans l’incendie.

« On a pu sauver 90 % de la collection ethnologique qui se trouvait dans la réserve mais la collection des beaux-arts, qui regroupe 200 tableaux de scènes maritimes, en majorité de la seconde moitié du XIXe siècle, est totalement détruite », a précisé à l’AFP Alain Talon, directeur du patrimoine et des musées au conseil départemental.

« Il est impossible de donner aujourd’hui un montant précis du préjudice subi », a-t-il ajouté, précisant que l’ensemble de la collection du musée était assuré à hauteur de deux millions d’euros. Une expertise, qui évaluera l’ampleur des dégâts et qui pourrait prendre des mois, voire plus, débutera dès ce jeudi. Ni le bâtiment du musée qui accueille le public, ni le jardin botanique de l’île, ni la tour Vauban classée au patrimoine mondial de l’Unesco n’ont été touchés et le musée reste ouvert au public, a souligné le conseil départemental.

Les pompiers ont été alertés à 19 h 34 mardi soir. Le feu a été maîtrisé à 21 h 33. Une cinquantaine de pompiers et dix agents du département ont été mobilisés.

La marée étant alors haute, la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) a dû acheminer les pompiers par bateau sur l’île, accessible à pied à marée basse, selon la mairie de Saint-Vaast-la-Hougue.

Des moyens pour circonscrire l’incendie ont aussi été acheminés par hélicoptère sur l’île, ont précisé les pompiers.

Mardi soir, le département de la Manche, comme les autres départements normands, avait été placé en vigilance orange « orages » par Météo-France, en prévision d’orages localement violents.


Voir aussi cet article de Ouest-France qui précise que deux marines des collections du Louvre déposées au musée maritime de Tatihou ont disparu dans cet incendie dont le préjudice est d'ores et déjà estimé à deux millions d'euros:

saint-vaast-deux-oeuvres-du-louvre-detruites-dans-l-incendie-du-musee-de-tatihou_1

http://www.ouest-france.fr/normandie/saint-lo-50000/deux-oeuvres-du-louvre-detruites-dans-l-incendie-du-musee-de-tatihou-5144204

Un incendie s’est déclaré mardi 18 juillet 2017, au soir, dans la réserve du musée maritime de l’île de Tatihou, situé à Saint-Vaast-la-Hougue, près de Cherbourg (Manche). Selon les premiers éléments, le feu serait lié à la foudre. Parmi les milliers de pièces qui ont été détruites, il y avait aussi 200 tableaux dont trois œuvres du Louvre en dépôt. La perte financière avoisine les 2 millions d’euros.

À 19 h 30, hier, mardi 18 juillet 2017, un incendie a éclaté sur l’île de Tatihou à Saint-Vaast-la-Hougue, près de Cherbourg (Manche). Il a ravagé les réserves du musée maritime, spécialisé dans les tableaux liés à la mer.

Depuis ce matin, lendemain de l’incendie, Alain Talon, directeur du patrimoine et des musées de la Manche, fait l’inventaire : « Plusieurs milliers de pièces ethnographiques liées au monde maritime ont été détruites ou largement endommagées par l’incendie. Pour ce qui est des tableaux, environ 200 œuvres ont été totalement détruites, soit une perte financière avoisinant les deux millions d’euros. Le prix des oeuvres dépasse rarement les 15 000 €. Plusieurs œuvres étaient des prêts ou des dépôts de divers musées dont le Louvre. »

Parmi les tableaux du Louvre détruits il y avait : 

- La Vente du poisson d’Alexandre Casati. La toile date du XIXe siècle. Elle avait été restaurée avant d’être redéposée en 2005 au musée de Tatihou.

- Le deuxième est une Marine de l’école hollandaise du XVIIe siècle classée parmi les MNR (Musées nationaux Récupération) et non exposée, elle aussi revenue d’une administration (Ambassade de France à Lisbonne, via le Mobilier national).

- Le troisième tableau est la Nature morte aux poissons d’un peintre anonyme des Pays-Bas du Sud.


 Pour se faire, hélas, une triste idée de l'étendue du désastre, on peut encore consulter sur le site internet du musée, une présentation des principaux éléments de cette collection désormais définitivement disparue!

http://www.manche.fr/tatihou/beaux-arts-collections-musee-tatihou-normandie-50.aspx

Dans une brève publiée sur son site "La Tribune de l'Art" Didier Rykner confirme le désastre: 207 tableaux et gravures détruits. Mais il s'interroge: pourquoi remiser dans une réserve en partie inaccessible (sur une île) et apparemment pas assez sécurisée les tableaux d'une collection de peintures qui doit être, avant tout exposée pour être vue par les visiteurs? Enfin, les tableaux déposés par le Louvre étaient des tableaux ayant perdu leur légitime propriétaire lors de la Seconde guerre mondiale: Didier Rykner précise qu'il était illégal de les avoir mis en réserve puisque ces tableaux (certainement volés) doivent être exposés au public pour favoriser leur identification...

http://www.latribunedelart.com/la-collection-de-peintures-du-musee-de-tatihou-ravagee-par-les-flammes


 Commentaire de Florestan:

C'est la réserve des peintures du musée qui a, semble-t-il, brûlé dans cet accident. On est en droit de se poser des questions dont les réponses auraient dû être apportées avant ce funeste sinistre ! Y avait-il un paratonnerre? Quels étaient les dispositifs de prévention des incendies présents sur place? Les normes de sécurité étaient-elles respectées pour qu'une réserve de deux cents tableaux et gravures ayant une grande valeur patrimoniale puisse être conservée sur une île, inaccessible six heures par jour à cause de la marée?

L'UNESCO ne manquera pas d'exiger ces réponses auprès des élus des diverses tutelles publiques responsables du site historique de Tatihou.

Enfin, nous ajouterons que ce triste événement pour le patrimoine normand qui est surtout le patrimoine qui a eu le bon goût de survivre aux bombes de 1944, rappelle fermement à l'ordre les élus de nos collectivités territoriales:

La culture et, plus encore, l'entretien et la préservation de ce patrimoine normand survivant ne seraient être les variables d'ajustement de l'austérité budgétaire à laquelle le gouvernement Macron-Philippe voudrait les assigner une fois de plus !