Vendredi 13 octobre 2017, à Caen depuis l'abbaye aux Dames, siège du conseil régional de Normandie, Hervé MORIN a fini par réagir de la façon la plus cinglante et donc de la façon la plus appropriée à ce que nous vous avions annoncé ici même: l'éventualité de retoucher le périmètre de la région parisienne en lui adjoignant les départements de l'Oise, de l'Eure et de la Seine-Maritime afin d'intégrer l'Axe Seine dans une grande région dominée par le GRAND PARIS...

Un cauchemar, évidemment, pour les Normands qui avaient déjà été divisés en deux en 1960 pour cette même raison avec les conséquences calamiteuses que l'on sait...

img-1-small580

Dernier avatar du Plan Delouvrier de 1965: en 2010 le cauchemar Grumbach Paris-Seine-Métropole tranchait la nuit normande... Ras-le-bol de cette vieille lune! Le soleil normand se lève à nouveau...

Ici même nous avions sonné le tocsin dans l'indifférence générale après avoir lu l'article paru dans l'édition du 6 septembre 2017 du Canard Enchainé qui faisait part d'une conversation estivale entre Emmanuel Macron et Patrick Ollier, le maire de Rueil Malmaison actuel président d'un syndicat mixte du Grand Paris quelque peu étriqué: à en croire le palmipède toujours bien informé, le président aurait proposé de démembrer une Normandie que François Hollande (né à Rouen) avait historiquement réunifiée deux jours avant de commémorer le 70ème anniversaire du débarquement de 1944 avec 150 chefs d'état venus du Monde entier sur les plages normandes.

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/09/08/35656390.html

Mais à lire les propos d'Hervé Morin ci-dessous, le président Macron aurait, depuis, changé d'avis pour ne pas alimenter davantage l'actuelle fronde girondine qui s'élève contre lui de toutes les collectivités territoriales en rébellion contre les raboteurs jacobins de Bercy car Hervé Le Normand était, bel et bien, disposé à en prendre la tête s'il l'avait fallu...

Derrière le lancer de ce déplorable ballon d'essai élyséen et estival sous le nez des Normands qui devraient être aussi combattifs que les Bretons dans la défense de leurs intérêts essentiels (la question se pose clairement du côté de certains éléments du patronat... rouennais), il faut aussi voir les manoeuvres souterraines d'une Valérie Pécresse aux abois qui risque de perdre l'essentiel de son pouvoir si le Grand Paris devait monter en puissance sur la base territoriale qu'il mériterait d'avoir au coeur même de l'actuelle île de France: pour tenter d'amadouer Dame Pécresse au détriment d'Hervé Morin le Normand tout en provoquant, au passage, quelques discordes politiciennes dans la droite qui n'est pas toute en marche derrière lui, Macronaparte 1er a certainement eu un temps en tête cette très, très mauvaise idée.

A en croire Hervé Morin lui-même, cette annexion de la vallée de la Seine normande à la région parisienne serait une "lubie de Valérie Pécresse" (sic!) qui n'a donc pas hésité à fouler aux pieds les accords signés au château de Gaillon au printemps dernier sur l'idée d'une coopération interrégionale entre la Normandie et l'Ile de France pour gouverner l'Axe Seine en régionalisant, par exemple, la gouvernance des grands ports maritimes du Havre, de Rouen et le port fluvial de Gennevilliers-Paris. Sur ce dernier sujet, Hervé Morin se sent d'ailleurs bien seul...

Si Macronaparte 1er a changé d'avis depuis, c'est heureux et il est, de même, heureux que nous ayons Hervé Le Conquérant au Coeur de Lion pour défendre notre Normandie car la question la plus importante reste à trancher:

QUI VA GOUVERNER L'AXE SEINE ?

On a, bien entendu, notre idée sur le sujet. Et nous attendons une réponse 100% normande qui pourrait être formulée par Hervé Morin avant les annonces officielles d'Emmanuel Macron sur l'avenir du Grand Paris prévues le 23 octobre 2017.

chateau-gaillard-1091-1024x682

 


 

https://actu.fr/normandie/caen_14118/grand-paris-herve-morin-aucun-normand-accepterait-croupion-ile-france-pecresse_12997097.html

Grand Paris. Selon Hervé Morin, « aucun Normand n’accepterait d’être le croupion de l’Île-de-France »

Le projet du Grand Paris, qui pourrait annexer l'Eure et de la Seine-Maritime, hérissent les politiques normands. Pour Hervé Morin, président de Région, ce serait « une insulte ».

Le président de la Région Normandie, Hervé Morin, a vivement réagi à un article du Canard Enchaîné, vendredi 13 octobre 2017. Selon l’hebdomadaire daté du 6 septembre 2017, Emmanuel Macron préparerait un Grand Paris, avalant les départements et les intercommunalités alentours, jusqu’à une partie de la Normandie.

« Afin de faire passer la pilule à la patronne de la région », Valérie Pécresse (LR), directement menacée par cette opération, la présidence se montrerait même prête à élargir les frontières de la Région Île-de-France à l’Oise, l’Eure et la Seine-Maritime, toujours selon le palmipède.

LIRE AUSSI : Face au projet du Grand Paris, le président du Calvados s’inquiète pour l’avenir de la Normandie

« Une insulte, un crachat sur les Normands »

Jean-Léonce Dupont, président du Département du Calvados, s’était fendu d’une tribune pour faire part de ses inquiétudes face une Normandie qui pourrait être coupée en deux.

À l’occasion d’une conférence de presse, vendredi 13 octobre, à Caen (Calvados), le président de Région, Hervé Morin (Les Centristes), va encore plus loin :

Aucun Normand n’accepterait d’être le croupion de l’Île-de-France ! Remettre la Normandie dans les frontières de la Basse, amputer un territoire de ses grands bassins économiques… C’est une insulte, un crachat sur les Normands, un scandale ! 

LIRE AUSSI : Régionales en Normandie. Les morinades animent la campagne sur internet

« Une lubie de Valérie Pécresse »

Le président de la Région ne croit cependant pas une seconde à ce projet et tacle la présidente de la Région Île-de-France. « C’est une lubie de Valérie Pécresse. Le président Macron a assuré qu’il ne toucherait pas aux régions », conclut Hervé Morin avec confiance.

LIRE AUSSI : Face au projet du Grand Paris, le président du Calvados s’inquiète pour l’avenir de la Normandie