Quel étrange paradoxe!

A Paris, un état jacobin centralisé et autoritaire fait des grands moulinets dans le vide: les raboteurs de Bercy ont beau raboter pour nous faire passer sous la fameuse toise des 3% de déficit public imposé par le traité de Maastricht, nous serions à l'os et il n'y a plus d'argent dans les caisses. L'Etat jacobin remet ainsi en cause le contrat social financier qui a justifié les trente dernières années de décentralisation: 13 milliards de moins sur les cinq prochaines années pour les collectivités territoriales avec la suppression de la taxe d'habitation qui réduit à la portion congrue l'autonomie financière des régions, départements, intercommunalités et communes.

Cette autonomie financière les collectivités territoriales, notamment les régions, la trouvent désormais à Bruxelles au niveau européen où les Etats membres s'obligent à la rigueur budgétaire (les fameux 3%) tout en tolérant entre eux et au sein de l'Union, une concurrence féroce entre niveaux de salaires et systèmes fiscaux avec une course infernale au moins disant: le paradis fiscal du Luxembourg nous fait les poches par dizaines de milliards chaque année, autant d'argent qui manque à un état central officiellement décentralisé pour l'être davantage dans une relation de confiance avec les collectivités territoriales: cette relation de confiance n'existe plus à l'échelle nationale mais elle se reporte à l'échelle bruxelloise... Cherchez l'erreur!

Le commissaire européen Pierre MOSCOVICI était en visite hier en Normandie pour un état des lieux des politiques publiques normandes en partie financées par l'apport européen:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2535


L’Europe Mode d’Emploi avec Pierre Moscovici

Dernière mise à jour 23/10/2017

image_module7580

Economie. Visite de Pierre Moscovici, Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, le lundi 23 octobre 2017 en Normandie à l’invitation d’Hervé Morin qui l’a accueilli à la gare du Havre avec la Préfète de Normandie Fabienne Buccio. Au programme : la visite de port du Havre, un saut à Caen pour voir l’hadronthérapie puis conférence à l’école de Management de Normandie.

Une Europe à séduire

L’Union Européenne a de l’argent, beaucoup d’argent, c’est le pays qui saura le mieux valoriser et présenter ses projets qui en aura la meilleure part…ceux-ci doivent évidemment entrer dans les lignes définies par la politique européenne. Hervé Morin qui souhaite que la Région bénéficie du maximum de fonds a déployé son artillerie pour tirer le meilleur de cette manne. Aux deux personnes qui avaient pour vocation d’être les porte-parole de la Normandie à Bruxelles, il a substitué une task-force et n’a pas hésité à tirer Pierre Moscovici par la manche pour qu’il vienne constater l’ampleur des projets et des besoins normands.

Cette visite s’inscrit dans la ligne définie dans le plan Juncker qui vise à financer les investissements.

Une manne de 315 milliards d’euros avec pour objectif 500 milliards d’euros d’ici à 2020.

En volume, la France fait partie des Etats membres les plus concernés par le Plan Juncker (avec 35 milliards), derrière l'Italie et devant l'Espagne. Pour la seule année 2016, 37 projets ont en effet bénéficié du Plan d'investissement dans le pays.

Pour le déploiement de ce plan le Président Juncker a demandé à ses commissaires de prendre leurs bâtons de pèlerin et d'aller parler d'Europe aux quatre coins de leurs pays. Pierre Moscovici déclare : « Cela tombe bien: je ne conçois pas de rester enfermé dans mon bureau à Bruxelles. Je crois en effet que la place des responsables politiques – les Commissaires en sont – est sur le terrain, à dialoguer avec les citoyens, les entreprises et les élus locaux ». Il a donc déjà visité quatre Régions et se dit heureux de venir en Normandie…bien que la météo de ce 23 octobre ne lui ait pas permis de la voir sous sa plus belle lumière. Le Commissaire ne doute pas que : « l’ADN de la Normandie soit plus européen que celui de toutes les autres régions à cause de la guerre, à cause de sa vocation maritime…

Les aides déjà obtenues

Les vraies preuves d’amour de la part de l’Europe ce sont des espèces sonnantes et trébuchantes et le Commissaire déclare : « je suis venu en Normandie pour donner des preuves d'Europe: pour montrer concrètement comment elle contribue à développer tous les atouts du territoire » et de rappeler :

Plus d'1 milliard d'euros de fonds européens entre 2014 et 2020 ont été attribués à la Normandie. C'est autant d'investissements dans l'innovation, dans le développement durable, la formation, le numérique…et de citer quelques exemples comme la rénovation de 170 logements sociaux dans la banlieue de Caen, qui bénéficient des fonds FEDER; la ferme du Louviers, qui bénéficie de fonds FEADER; la start-up Bazando à Colombelles, qui a reçu un prêt à l'innovation dans le cadre du plan Juncker, la coopérative agricole des Maîtres Laitiers du Cotentin, qui a bénéficié de 55 millions d'euros de prêt de la BEI et créé 200 emplois.

Le Havre pour sa part avait bénéficié de 140 millions d’euros  pour financer le projet "Port 2000" et de fonds européens FEDER à hauteur de 42 millions. Pour rassurer Hervé Martel directeur général d’Haropa Port du Havre, dont les projets de développement n’entrent pas nécessairement dans les lignes de développement de Bruxelles, Pierre Moscovici reconnaît que : « pouvoir accueillir des géants des mers et intensifier le trafic de conteneurs, pour renforcer sa place en Europe et dans le monde relève d’un projet structurant pour toute la région du Havre susceptible d’être retenu ».

Le rebond du port du Havre

Lors de sa visite Pierre Moscovici est passé par les services des Douanes dont il faut rappeler qu’il est aussi le commissaire européen ; partie récréative nous avons vu un labrador dressé pour renifler dans les emballages les traces de stupéfiants ou de billets de banque…contrairement au proverbe populaire, l’argent a bien une odeur.

Ce fut l’occasion pour Hervé Martel de rappeler les belles performances des douanes : « avec 38 millions d’euros de stupéfiants saisis depuis le début de l’année au Havre et cela avec une organisation qui réussit à fluidifier les flux de marchandises grâce à une intervention rapide et numérisée ». La preuve « Il faut moins de quatre minutes pour dédouaner un conteneur avec zéro papier. »

Deuxième étape de la visite sur le port, découverte du poste de commandement du porte-container Nassau de CGA CGM Africa Tour. Hervé Martel en a profité pour souligner la brillante remontée du trafic des conteneurs et a annoncé : « nous visons les trois millions de conteneurs en 2017, soit une croissance de 15 % depuis le début de l’année, le double de la moyenne des autres ports européens. Nous reprenons 0,6 point de parts de marché ». Les nouveaux porte-containers vont compter 22.000 boîtes, il faut des portiques plus hauts et deux nouvelles installations sont prévues.

Ginette Bléry


 

Commentaire de Florestan:

Quand on a qu'un Martel dans sa trousse à outils on ne peut qu'enfoncer des clous...