Florien HURARD l'un des fondateurs de la fête des Normands vient de réaliser cette belle vidéo de promotion de la Fête des Normands:

Les Québecois ont la Saint Jean-Baptiste, les Irlandais la Saint Patrick, les Bretons la Saint Yves... Les Normands ont la Saint Michel...

St_ michel arkangyal szobra

https://www.youtube.com/watch?v=e6YRPOvCcU4

On peut aussi revoir la vidéo qui suit et qui résume de façon très pédagogique l'utilité du projet d'unité normande et son originalité fondée sur un réseau géographique, notamment urbain et métropolitain et par des valeurs de liberté, de paix et de respect de l'état de droit qui sont celles de notre époque: la Normandie millénaire n'a jamais été autant de son temps...

https://www.youtube.com/watch?v=uYUQb8PEcc0

image_module6492

La Normandie doit être une région non pas de la centralisation et de la spécialisation mais du réseau et des polyvalences complémentaires:

C'est son mode d'emploi géographique que les ânes bâtés d'un jacobinisme-localisme dupliqué à tous les étages pendant les longues années de la division normande, ont failli détruire...

La Normandie devrait naturellement participer de la géographie du dynamisme de la petite ville locale (une ville de 10000 habitants tous les 30km) à l'instar de ce qu‘on appelait  jadis le  ‘’ Middle west  ‘’ français allant de Fougères, Vitré, les Mauges (Anjou) à la Roche sur Yon et toute la Vendée pour évoquer une géographie humaine heureuse, celle du faible chômage des petites villes artisanales et industrielles, d‘un enracinement local (par exemple le Puy du Fou), de savoir-faire techniques valorisés dans des  "clusters" industrieux, d'un secteur agro-alimentaire puissant s'appuyant sur des exploitants agricoles dynamiques  (c'est moins vrai aujourd'hui) et où le binôme métropolitain Nantes / Rennes, voire la ville du Mans, n’absorbent pas tout mais rayonnent sur le territoire.

Cette géographie typique de l'Ouest français doit réintégrer dans son aire d'appartenance une Normandie enfin réunifiée et qui doit sortir d'une quasi tutelle coloniale en tant que simple espace servant de la puissante région parisienne: la seule solution c'est de reconstruire le réseau normand, à commencer par le réseau de tête d'une TRIPOLITAINE normande Caen-Rouen- Le Havre.

La carte suivante proposée en 2012 par l'INSEE à partir des données fiscales est édifiante: la plus ou moins grande pauvreté ou richesse d'un territoire est corrélée au plus ou moins grand rayonnement d'une ville et lorsque c'est un réseau régional urbain qui rayonne, la pauvreté s'éloigne...

Vous remarquerez la présence de poches de pauvreté dans toute la Normandie des arrières-pays ruraux (Cotentin, Avranchin, Orne, Pays d'Ouche) comme un arc de cercle séparant une Normandie urbaine littorale et séquanienne de la région parisienne.

Plus à l'ouest: on a la surprise de constater que le dynamisme breton n'a pas résorbé une importante poche de pauvreté rurale au coeur des "Monts d'Arrée"...

D'une manière générale, on voit que l'Ouest français (comme, aussi, le flanc Est de Lyon à Strasbourg) se démarque nettement d'une grande moitié Sud  qui connait une forte pauvreté de ses territoires, notamment l'ensemble des arrières-pays du littoral méditerranéen: les aires urbaines se développent autour des plus grandes villes comme des isolats faute d'avoir un maillage urbain aussi dense et régulier qu'en Normandie ou dans l'Ouest français...

http://www.journeeseconomie.org/blogjeco/public/intervenants_jeco/insee.jpg

insee