Les anciens, c'est à dire ceux qui ont connu la triste époque de la division normande entre la Corée du Sud  et celle du Nord du temps qu'elle était dirigée d'une main de fer par Alain Le Vern, se souviendront de la formule souvent utilisée par le ci-devant satrape de Haute-Normandie:

"Il y a les diseux et les faiseux. Moi je suis un faiseux."

Réunification normande enfin faite (grand merci au Rouennais François Hollande de l'avoir imposée à Laurent Fabius à la veille de commémorer en 2014 le souvenir du Débarquement de 1944), cette formule, vaguement inspirée de la langue normande du pays de Caux, ira parfaitement pour qualifier l'action régionale d'Hervé Morin car, une fois de plus, sur les sujets normands les plus essentiels, il y a les "diseux" et les "faiseux".

Exemple avec l'avenir portuaire normand: le seul qui soit à la manoeuvre, qui propose des solutions et qui finance, c'est Hervé Morin. Que cela plaise ou non: c'est la réalité et ici nous nous réjouissons par principe de savoir que la réalité soit une action régionale normande résolue et déterminée qui entreprend de faire bouger la réalité alors que tant d'huiles officielles encravatées se savent que se répandre en discours oléagineux...

Pour vous en convaincre, on vous propose la lecture de la brève suivante parue dans la presse spécialisée:

Hervé Morin veut une "holding de tête" pour les ports du Havre, Rouen et Paris

L’Antenne - Vincent Rogé - Mardi 5 Juin 2018

https://www.lantenne.com/Herve-Morin-veut-une-holding-de-tete-pour-les-ports-du-Havre-Rouen-et-Paris_a42833.htm

Invité le 30 mai dernier par le Propeller Club de Rouen, Hervé Morin, président de la région Normandie et de l’association des régions de France (ARF), a défendu l’idée d’une nouvelle gouvernance des ports de l’axe Seine avec une "holding de tête".

HAROPA-GEN

 AdaptéeFace à une audience record pour les réunions mensuelles organisées par le Propeller Club de Rouen, Hervé Morin a joué sur du velours.

normandie_herve_morin_est_il_a_la_hauteur_1_5688121

Hervé Morin, président de la région Normandie et de l'ARF

"Je l’ai redit au Premier ministre récemment, je ne suis pas favorable à une fusion entre les trois ports de l’axe Seine. Je me méfie de l’Île-de-France et du jacobinisme. En revanche, je suis favorable à une gestion autonome structurée autour d’une holding de tête en charge des aspects stratégiques, commerciaux, marketing et relations extérieures, même si la marque Haropa existe déjà. J’étais à Anvers il y a trois semaines, port géré par une collectivité, et là, j’ai vu ce qu’était un port. Au passage, les Anversois ne comprennent pas et rigolent bien du projet de canal Seine-Nord qui ne peut que leur profiter », a-t-il déclaré d’entrée déclenchant les applaudissements de l’auditoire.

 

"Un vrai plan Marshall au Havre"

Au grand dam de la communauté portuaire rouennaise, le président de l’ARF a ensuite principalement évoqué le port du Havre pour lequel "il souhaite un vrai plan Marshall".

"Notre région y a déjà fléché 250 millions d’euros d’investissements. Pour la chatière, que nous sommes prêts à financer intégralement même si nous espérons un soutien de Bruxelles. Mais aussi pour les extensions de Port 2000, les quais 11 et 12, que nous souhaitons voir réalisés en même temps. J’espère une décision en ce sens lors du conseil de surveillance du Grand Port maritime fin juin", a-t-il précisé.

Par ailleurs, concernant l’axe Seine, Hervé Morin a rappelé trois initiatives déjà prises par la région Normandie.

D’abord, la création d’une société d’aménagement, opérateur capitalistique et "bras armé" de la région pour accompagner des projets susceptibles d’élargir l’hinterland des trois ports.

Ensuite, l’expérimentation, en compagnie de l’EPCI Caux-Vallée de Seine d’une zone franche à Port-Jérôme destinée à accueillir des entreprises étrangères n’ayant pas jusqu’alors d’activités sur le territoire national.

Enfin, l’effort massif consenti pour contrecarrer les défaillances de l’État en matière ferroviaire que ce soit en réhabilitant le tronçon Serqueux-Gisors pour le fret ou en investissant tant en matériel roulant que sur les voies ou un atelier de maintenance sur la ligne historique Paris-Rouen-Le Havre.