Dans les récentes éditions de la Manche Libre, premier hebdomadaire régional de France (et le premier de Normandie) par la diffusion papier, un mystérieux placard publicitaire nous annonce la sortie prochaine d'un média papier d'informations générales normandes avec l'ambition d'informer le public régional sur l'actualité des cinq départements normands, chose que ni Paris-Normandie et encore moins Ouest-France dans leurs diverses éditions papier quotidiennes ne semblent disposer à faire...

En 2015, les Bretons de Ouest-France avaient tenté l'aventure d'une conquête de la zone de diffusion de Paris-Normandie à partir de Rouen ou du Havre, en vain, fort heureusement. De son côté, Paris-Normandie tout récemment racheté par Jean-Louis Louvel le "roi de la palette", un patron rouennais très dynamique et très normand, est en phase de consolidation après des années de crise et il n'est pas prévu pour l'heure de réouvrir la rédaction de Paris-Normandie qui existait à Caen dans les années 1970/1980.

Pour l'instant, sur le front de l'actualité générale normande quotidienne ou hebdomadaire, seules existent les offres et initiatives du groupe Saint-lois Leclerc La Manche-Libre/ Tendance-Ouest avec des hebdomadaires d'information gratuits diffusés à Caen, Rouen et Le Havre et un portail d'informations normandes multi-médias associé à la radio Tendance-Ouest devenue depuis peu la première radio privée de Normandie.

A noter, cependant, l'existence du site Internet "Normandie Actu" dépendant du groupe Ouest-France via sa filiale Publihebdos qui possède déjà l'immense majorité des nombreux titres de la presse papier hebdomadaire normande (en fait, Publi-hebdos possède tous les hebdos normands sauf, précisément, La Manche-Libre et le Courrier cauchois, les deux derniers titres normands encore indépendants vis-à-vis du monopole des Bretons de Ouest-France et qui se sont stratégiquement rapprochés puisque le Courrier cauchois se fait imprimer à Saint-Lô sur les rotatives de la Manche Libre)...

Le paysage médiatique normand n'échappe tant à l'emprise de Ouest-France qu'à la division toujours hélas prégnante du public régional entre Haute et Basse-Normandie, que dans les pages des magazines, mensuels ou trimestriels qui, au nombre de huit (Patrimoine normand; Etudes Normandes; Normandinamik; Pays de Normandie; Au fil de la Normandie; Maisons de Normandie; My Normandie et Normandie Magazine) font de la Normandie, la région française la plus richement dotée en revues d'informations régionales mensuelles, bi-mensuelles ou trimestrielles.

Mais à la notable exception des revues Etudes Normandes (une revue universitaire), Normandinamik (la revue régionale consulaire) et Normandie-Magazine qui abordent les grands sujets de l'actualité économique et politique de notre région, ces magazines sont centrés sur la célébration et la mise en valeur du très riche patrimoine historique et naturel d'une région qui a inventé en France le tourisme culturel,  il y a maintenant, près de deux siècles...

En conséquence, la question reste ouverte d'occuper plus encore le coeur même de l'actualité normande la plus stratégique (politique, économie, aménagement du territoire, social, culture et sports) ou de mettre plus en avant encore les spécificités identitaires normandes (c'est déjà l'angle choisi par le magazine Patrimoine Normand): deux ans après une réunification normande qui fait l'unanimité et qui a réveillé les énergies régionales, ce champ reste, en effet, quelque peu en friche de peur de ne pas trouver un public normand tout aussi réunifié que la Normandie.

Comme, en outre, le nouvel exécutif régional normand a supprimé, pour faire des économies, sa propre revue d'informations et de communication institutionnelle autrefois distribuée dans toutes les boîtes aux lettres de Basse ou de Haute-Normandie, il faut donc en passer par une audacieuse politique de l'offre qui puisse, à terme, créer une demande, au lieu de continuer à ronronner sur l'offre actuelle qui ne répond qu'à une demande déclinante par principe si l'on devait considérer avant tout l'âge moyen du lectorat de plus en plus vieillissant de la presse papier normande ou nationale...

L'idée de créer un nouveau magazine d'informations générales normandes sous format de cent pages avec une périodicité bi-mensuelle est donc audacieuse: le lectorat visé est d'abord celui des acteurs et des décideurs d'une société civile normande en plein réveil depuis la réunification qui aimeraient, enfin, avoir en mains le grand panorama informatif normand qui nous fait cruellement défaut depuis tant d'années.

 Ce "Normandie- Magazine" nimbé de mystère nous propose déjà un visuel prometteur: les silhouettes du Mont Saint Michel et de la falaise d'Etretat mises sur la même ligne.

Le numéro 1 doit sortir en septembre 2018. Voir le lien suivant:

https://www.normandie-magazine.fr/

Très bien! Bravo!

MAIS... Car il y a un mais, le titre de presse "Normandie-Magazine" existe déjà! Puisqu'il s'agit d'un magazine fondé en 1982 par Christian Génicot (alias dont la rédaction est basé à... Saint-Lô.

vincent_m_normandie_magazine

A moins que, bien sûr, le mémorable magazine fondé par "Fit'Toto" et qui avait réussi à se faire sa place un peu à part dans le paysage médiatique normand, une place notamment anglo-normande (avec des résumés d'articles en anglais), n'ait décidé de partir pleinement à la reconquête médiatique de toute la Normandie puisque ni Ouest-France, ni Paris-Normandie, ni même La Manche Libre-Tendance Ouest ne semblent disposé à le faire totalement...

On notera, cependant, que cette audacieuse initiative d'une nouvelle formule de Normandie Magazine fait l'objet de publicités dans les éditions de l'hebdomadaire manchois basé lui aussi à Saint-Lô:

Le groupe Leclerc soutiendrait-il en sous main financière cette heureuse initiative? Si tel était le cas nous ne manquerions pas de saluer que les Normands qui ont la réputation d'être solitaires et individualistes sont aussi capable de solidarité...