Emmanuel Macron va enfin tenter de sortir de l'Elysée, sa résidence parisienne surveillée pour éviter de subir le sort d'un Louis XVI enfermé dans son palais des Tuileries et placé sous la surveillance des Sans-culottes de Paris:

Il a donc choisi de venir chez nous en Normandie non pas pour nous parler mais pour renouer le dialogue avec les élus locaux qui tentent de nous représenter au mieux et au plus près des réalités concrètement vécues par nos concitoyens, à savoir, les maires. Ces fameux maires que Monsieur Monarc n'avait pas souhaité rencontrer lors du congrès de leur association nationale à l'automne dernier. 700 maires venus de toute la Normandie ont été invités à venir dialoguer avec la président de la République qui sera présent à Grand-Bourgthéroulde...

On espère simplement que cela ne sera pas le grand... Bunker Macron à Bourgthéroulde!

IMGP6744-2,large

Les bunkers, héritages de la Seconde guerre Mondiale, sont nombreux en Normandie... Mais ils sont plutôt sur la côte! Le graff étonnant de l'artiste Näutil qui a peint l'oeil de la lucidité normande sur un bunker de la plage de Siouville-Hague (Manche).


 

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/sept-cent-maires-attendus-a-bourgtheroulde-pour-une-reunion-avec-emmanuel-macron-AB14401199

Sept cent maires attendus à Bourgtheroulde pour une réunion avec Emmanuel Macron

Débat. Près de sept cents maires de Normandie participeront à la réunion organisée avec le chef de l’État, mardi, à Grand-Bourgtheroulde. Une discussion promise « sans filtre » ni « sélection ».

« Sans filtre et sans sélection, on va avoir un échange direct ». Ministre en charge des Collectivités locales, Sébastien Lecornu a précisé hier les modalités de la toute première rencontre d’Emmanuel Macron avec les maires de Normandie, à Grand-Bourgtheroulde, dans l’Eure, mardi 15 janvier 2019, à 15 h (nos éditions d’hier).

Pour cette première étape du tour de France que le président de la République veut effectuer « région par région », l’ensemble des maires de l’Eure a été convié ; ils sont près de six cents. Une centaine de membres des Associations des maires des quatre autres départements de Normandie (Seine-Maritime, Calvados, Orne et Manche) participeront également à cette réunion organisée dans un gymnase.

Parmi ceux qui répondront présents, Frédéric Duché, le maire DVD des Andelys. Il s’y rendra d’abord pour « écouter ce qu’il a à nous dire ». « Nous sommes les premiers en relation directe avec la population. Sur mon territoire, ajoute Frédéric Duché, je connais tous les gilets jaunes et je suis dans l’attente de ce qu’Emmanuel Macron va nous dire pour savoir comment on sort de cette crise ».

À la tête d’une collectivité de 8 312 habitants, s’il doit s’adresser au chef de l’État, Frédéric Duché lui demandera que les élus puissent avoir davantage de « liberté » et de « souplesse » dans la gestion de leur collectivité.

C’est également ce qui ressort auprès de Jean-Paul Legendre, maire d’Iville (497 habitants) et président de l’union des maires de l’Eure. Il compte bien se faire l’avocat du « monde rural », lequel se trouve, à ses yeux, au cœur de la crise actuelle.

« La loi NOTRe [Nouvelle organisation de notre République, N.D.L.R.], qui a créé les métropoles et les grandes agglomérations, a eu pour effet d’éloigner les citoyens », estime Jean-Paul Legendre.

Cette première rencontre de deux heures ne sera ouverte qu’aux seuls élus. Les gilets jaunes, eux, devront s’exprimer via les cahiers ouverts dans certaines mairies ou lors de la consultation nationale qui, pour l’heure, peine à se mettre en œuvre.


Du côté des élus locaux normands, l'opération, très "bunkérisée" justement, ne fait pas l'unanimité...

Franck Guéguéniat, maire PRG d'Epron (près de Caen) et conseiller dans l'actuelle majorité régionale a fait savoir sur l'antenne de Tendance Ouest qu'il n'irait pas à Bourgtheroulde puisque les questions qui seront posées au président de la République feront l'objet d'une sélection préalable...

Lire, par ailleurs:

Débat national 1

Capture db

 


Voir aussi:

https://www.paris-normandie.fr/nos-videos/video-bourgtheroulde-se-prepare-a-la-venue-d-emmanuel-macron-mardi-prochain-OB14407955

Dans les cahiers de doléances de Sassetot-le-Mauconduit, Saint-Valéry-en-Caux, Cliponville, de Daubeuf-la-Campagne, du Neufbourg ou d'Iville...

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/gilets-jaunes--leurs-avis-dans-les-cahiers-de-doleances-avant-le-grand-debat-national-OB14408107

Lire, enfin et surtout, ça:

Adresse d'un citoyen Normand au Président de la République

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/lettre-ouverte-d-un-habitant-de-seine-maritime-a-macron--les-francais-en-ont-ras-le-bol-GE14233207

Âgé de 64 ans, Éric Aubin continue de diriger une petite entreprise « pour s’occuper » à Gonfreville Caillot, en Seine-Maritime. Samedi 1er décembre, après avoir vu Paris sombrer dans le chaos des violences urbaines, il a écrit une lettre au Président de la République. Nous vous proposons de la découvrir en intégralité, ci-dessous.

Monsieur le président,

Les évènements graves de ce samedi m’obligent à vous faire ce courrier, car je crains que le bon sens a quitté l’esprit de tous nos dirigeants depuis 40 ans, et que cela nous conduise vers une situation que la France et les Français ne pourront que déplorer bientôt.

En 1789, les Français ont fait une révolution, pour abolir les privilèges accordés au roi, à la noblesse, qui vivait dans le luxe en accablant les paysans et ceux qui travaillaient, de taxes, et impôts, de plus en plus lourds pour financer leur train de vie. Les Français ne supportaient plus.

La République est née, remplie d’espoirs pour le peuple qui, enfin, allait pouvoir élire ses représentants qui allaient le défendre au sein du pouvoir.

« Ils vous ont élu Monsieur le Président vous étiez leur dernier espoir »

Depuis 40 ans les Français ont navigué entre la droite et la gauche, le centre, opportuniste, s’invitant chez l’un, puis chez l’autre, en fonction des opportunités... des postes... les Français en ont eu ras-le-bol ! Tous les mêmes disaient-ils ! Ils vous ont élu Monsieur le Président vous étiez leur dernier espoir.

Il y a deux siècles, ils avaient pris la bastille, le symbole alors de la royauté, aujourd’hui, les préfectures sont attaquées et brûlent, le musée du jeu de paume à Paris saccagé, les magasins sont attaqués, pillés, les voitures sont brûlées. Paris brûle, et plus grave encore, notre symbole à nous, les Français, celui de la République, notre arc de triomphe vandalisé, insultant la mémoire des millions qui sont morts pour nous. En voyant les images de ces vandales saccageant le premier étage de ce symbole, cela m’a fait penser à la destruction de Palmyre dernièrement. Aussi un symbole. Cela fait peur.

Vous ayant élu il y a seulement 18 mois, les Français ne peuvent pas vous haïr autant, aussi rapidement, vous êtes simplement le dernier élu du pays qui, dans le monde, paie le plus de taxes.

Les Français, avec le mouvement des gilets jaunes, vous disent qu’ils en ont ras le bol. Le désamour entre la classe politique et les Français aurait dû vous alerter. Ils n’ont plus confiance, ils se rendent compte que la révolution qu’ils ont faite il y a deux siècles pour abolir les privilèges de certains ne leur sert plus, parcequ’une nouvelle classe dirigeante depuis 40 ans, celle des hauts fonctionnaires, s’est octroyée les mêmes privilèges, que voient-ils ?

« Cela fait penser à Marie-Antoinette »

– Ils voient les anciens présidents leur coûter chacun entre 4 et 5 millions d’euros par an. Avec deux cuisiniers, deux chauffeurs pour les servir, plus cinq collaborateurs de leur choix, dans un appartement de fonction, entre 3 et 400 m2 à Paris quand même....

Plus les frais de gendarmes pour assurer leur sécurité, et tous les frais de transport payés, ce dont profite bien sûr la famille aussi ! À ce rythme, le président Giscard nous a coûté déjà plus de 120 millions d’euros !

– Ils voient les femmes de président en fonction bénéficier de larges budgets aussi, ce qui leur fait regretter madame De Gaulle.

– Ils ont vu un ancien Premier ministre prendre l’avion de l’État pour aller avec son fils voir une finale de coupe d’Europe de football. Sous le général, il aurait été viré !

– Ils voient votre prédécesseur fanfaronner sur les plateaux de télé, sur les cadeaux que vous faites aux riches, alors que lui-même accumule toutes sortes de retraites... Maire, conseiller, député, ancien président, la meilleure restant celle de la cour des comptes pour laquelle il n’a travaillé que 18 mois, mais touchant une retraite complète, car s’étant mis en réserve, au lieu de démissionner après avoir été élu député. Ainsi, la Cour des comptes a continué de payer pour sa retraite. Quel bon employeur ! Il voulait être un président normal, et bien qu’il devienne un Français normal, comme tout le monde !

– Ils voient la garde républicaine jouer de la trompette pour annoncer l’arrivée du président du Sénat, de quoi rendre Jules César jaloux !

– Ils voient des hauts fonctionnaires au Parlement européen toucher 1 500 à 2 000 euros de retraite pour à peu près trois années de travail, alors que des retraites agricoles n’atteignent pas 1 000 euros par mois pour tout une vie de labeur.

– Ils voient les députés et sénateurs bénéficier d’une cagnotte funérailles, pour eux, mais aussi leur conjoint(e), et tous leurs enfants. Environ 4 500 euros à chaque décès. Au nombre de députés et sénateurs....faites le compte !

– Ils voient votre ministre du budget Mr Darmanin dire le 22 novembre dernier, à la Sorbonne, qu’à Paris, on ne peut pas manger dans un restaurant avec un invité pour moins de 200 euros, vin exclu !

Cela fait penser à la reine Marie-Antoinette disant, à propos de femmes qui, sous ses fenêtres, réclamaient du pain : « Elles n’ont qu à manger de la brioche ! » Quel mépris ! Les Français en ont assez de payer pour les privilèges accordés à leurs élus et aux hauts fonctionnaires de l’État, lorsqu’ils voient leur condition se dégrader, ils en ont aussi assez de voir des gens qui ne travaillent pas toucher autant qu’eux qui travaillent, en cumulant toutes sortes d’aides. Ils en ont assez de voir les illégaux bénéficier des aides qu ils touchent en frappant à toutes les portes.

« Les Français en ont ras-le-bol »

Vous en décidez, ce sont eux qui payent, ils en ont assez de vous entendre dire que vous les écoutez, que vous les comprenez. Ils veulent des actes. Cela commence par la réduction des dépenses superflues de l’État.

À commencer par l’Élysée, qui prévoit de changer toute sa vaisselle impeccable pourtant, est-ce vraiment nécessaire ? C est une petite chose, mais tellement symbolique du manque de reconnaissance des efforts qui sont demandés aux Français. Avec la république, une grande fonction publique vit le jour, qui allait servir la France et les Français. Deux siècles plus tard, les choses ont changé, c’est tout le contraire, maintenant, ce sont les Français qui sont au service de la fonction publique et de son élite ! Et de cela Monsieur le président, les Français en ont ras-le-bol.

Montrez l’exemple. Serrez vous la ceinture, et celle des privilégiés qui vous entourent, et les feux dans toute la France s’éteindront.

Avec tous mes respects,

Éric Aubin