Billet de Florestan

L'épidémie de Coronavirus est une épreuve collective extraordinaire. Un signe du destin... Un acte de la providence... Le doigt de D...?

Restons décents! Mais force est de constater que s'exerce en ce moment et comme jamais en de multiples occasions une sorte de justice immanente qui met en lumière ce que les hommes sont pour le meilleur et pour le pire!

En ce qui concerne ces réalités humaines essentielles, fondamentales, on a beau vivre au XXIe siècle après trois siècles de progrès scientifiques, techniques, médicaux, économiques et politiques, on doit observer, une fois de plus avec humilité, que le progressisme ignore la matière qui fait l'être humain sinon son âme (ou son absence).

Là- dessus, pour ne pas épiloguer davantage, relisons la Bible ou plus prosaïquement (mais c'est aussi profond) le roman d'Albert Camus, "La Peste": on peut enfin avoir du temps pour lire des textes intelligents en restant chez soi, confiné par devoir pour que ceux qui doivent rester dehors puissent continuer, par leur travail, à sauver les autres.

Malheureusement, cette évidence n'est pas partagée par tout le monde et au nom de vous tous, je voudrais que l'Etoile de Normandie affiche sa solidarité avec tous ceux et toutes celles qui, en Normandie, doivent se dévouer pour assurer par leur travail la continuité d'un service minimum d'intérêt général indispensable à notre lutte contre le coronavirus!

Certains comportements sont donc inadmissibles! Il faut les dénoncer...

A l'avenant:

Ces entreprises qui ont sous-estimé les consignes d'hygiène pour mettre en sécurité la santé des salariés qui ne peuvent pas télétravailler notamment dans l'industrie dont la production est indispensable dans certains secteurs stratégiques (on pensera à l'industrie du papier et de la cellulose qui fabrique nos mouchoirs en papier et la matière des masques de protection).

De trop nombreux cas ont été raportés de salariés faisant valoir leur droit de retrait car les conditions d'hygiène et de sécurité ne sont pas garanties par les employeurs: pensons, par exemple, aux caissières de supermarchés qui attendent d'être équipées de paravents en plastique...

Pensons aussi aux magasiniers et aux chauffeurs-livreurs, débordés, qui multiplient les cadences car les commandes sur Internet explosent...

Pensons encore à nos agriculteurs qui doivent continuer la traite laitière du matin et qui ne cessent de travailler dans des conditions économiques plus difficiles que d'habitude pour fournir les confinés que nous sommes en denrées alimentaires.

Pensons tout particulièrement à nos marins pêcheurs qui connaissent une actitivité très réduite en raison des restrictions sanitaires.

Pensons surtout aux transporteurs routiers confrontés, et c'est totalement INADMISSIBLE ! à la pingrerie des sociétés d'autoroute qui ont fait fermer depuis lundi dernier la plupart des commodités disponibles sur les aires de repos en ne laissant ouvertes que les pompes d'essence automatiques ou en proposant, dans les lieux encore rarement ouverts, des douches à 6 ou 10 euros!

On espère que la Sangsue aux Normands (la SAPN) qui prélève toujours autant son obole à tous ces péages, ne s'est pas vautrée dans une telle indécence...

On pensera, bien entendu, à ce coup de gueule de ce médecin généraliste normand, du côté de Creully, qui dénonçait la pénurie de masques pour protéger ceux qui en ont le plus besoin à savoir, les personnels de santé alors qu'on a vu courir des crétins masqués comme des chevaux autour de l'hippodrome de la prairie de Caen.

Quant à ces odieux promoteurs d'un marché noir des masques de protection sur fond de pénurie, on attend que la justice immanente du coronavirus s'abatte sur eux à force de détrousser ambulances et hôpitaux!

Ne parlons même pas de nos amis Parisiens venus sur la côté normande pour s'y confiner dans leurs résidences secondaires en confondant la crise du coronavirus avec week-end prolongé au bord de la mer: sur la côte, c'est donc le grand retour de la "zone interdite" comme en 1944 avec arrêtés municipaux et ausweis pour sortir de chez soi: sauf que ce n'est pas comme en 1944... Justement!

Et puis il y a eu ce qui  s'est passé dans une boulangerie du Perche (merci à Barreau de nous avoir alerté) et qui est à l'origine de notre coup de gueule:

https://actu.fr/normandie/remalard-en-perche_61345/remalard-agresse-boulangere-refuse-lui-vendre-15-baguettes_32332573.html

25687-200317163257353-1


 Alors, parce que nous sommes fiers et fières d'être de Normandie et que la Normandie a l'histoire qu'elle a mérité d'avoir, à savoir une grande histoire, belle, forte, humaine jusqu'au tragique, l'Etoile de Normandie vous propose l'idée suivante, si vous ne l'avez pas déjà eu auparavant:

 

A 20 H 00 TOUS LES JOURS...

GRAND PAVOIS NORMAND A VOS FENETRES !

POUR DIRE...

MERCI!

A TOUTES CELLES ET TOUS QUI BOSSENT POUR NOUS SAUVER DU CORONAVIRUS, CETTE GRANDE PESTE DE NOTRE TEMPS!

PARTAGEZ TOUS ET TOUTES CETTE IDEE NORMANDE SUR LES RESEAUX SOCIAUX!

124777512

 

89775449_10158134102284444_5204305700418748416_n