Belle opération commerciale de promotion du lin normand à Paris en ce moment au BHV de la rue de Rivoli avec la mise en place d'un petit champ de lin devant les vitrines du magasin sur le trottoir: les petites fleurs bleues devraient sortir le 19 mai prochain date de la réouverture du magasin...

Le lin normand sera aussi à la fête à l'occasion de la "semaine de la Faichoun" 2021 qui aura lieu à partir du 22 juin prochain...

"Semaine de la Faichoun" bien évidemment!

Article : L'origine du mot fashion | J'aime mon patrimoine (jaimemonpatrimoine.fr)


 

https://www.ouest-france.fr/ile-de-france/paris-75000/paris-pourquoi-un-champ-de-lin-normand-a-t-il-ete-installe-rue-de-rivoli-e4406096-b31b-11eb-936a-8b56d4eb2d1d

Paris. Pourquoi un « champ » de lin normand a-t-il été installé rue de Rivoli ?

MjAyMTA1OTI2YTcyYzk1YWYyZmQxNDA4YjcyZjZlMTRhNmZjZjM

Près de 250 m2 de bacs ont été placés devant les vitrines du BHV Marais, rue de Rivoli. Le magasin, qui rouvre le 19 mai, met en avant les créateurs de mode utilisant le lin.

Un « champ » de lin exposé en plein cœur de Paris du 7 mai au 10 juin. C’est l’opération spectaculaire qu’a mise sur pied la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC). Le BHV Marais, le grand magasin bien connu des Parisiens, voit s’installer devant sa façade, rue de Rivoli, 250 m2 de lin. Cette culture qui pousse sur une bande côtière de Caen à Amsterdam, produit une fibre textile aujourd’hui très recherchée. « On veut montrer aux Parisiens qu’il s’agit d’une fibre poussant à nos pieds et que les vêtements qu’on voit pendant les « Fashion week » viennent de cette plante verte », indique Marie-Emmanuelle Belzung, déléguée générale de la CELC.

Fibre naturelle (peu gourmande en intrants), produite localement (50 % de la production mondiale vient de Normandie), le lin textile a le vent en poupe même si la fibre ne représente encore que 0,4 % des fibres textiles mondiales. C’est une alternative « écolo » aux fibres synthétiques d’origine pétrochimique ou au coton très consommateur d’eau. « Les caractéristiques inhérentes à la fibre de lin répondent aux exigences et aux nouvelles attentes des consommateurs pour qui créativité, que ce soit en mode, art de vivre et maison, performance et responsabilité redéfinissent la notion de qualité. Le lin est plus que jamais d’actualité. »

Floraison à l’ouverture du magasin

Conséquences ? Les projets de teillages et de peignages (production de rubans de lin) se multiplient dans le nord de la France. Il est même question d’y relocaliser des filatures (fil de lin) voire du tissage (confection du tissu). Basé en Seine-Maritime, le groupe Depestele, premier producteur privé en Europe, « collecte 12 000 hectares de lin fibre, auprès de 700 producteurs, contre 5 000 hectares il y a 10 ans, indique Romain Depestele, responsable culture du groupe éponyme. C’est une très grosse évolution et derrière, on voit qu’il y a un vrai intérêt pour cette matière qui pousse et qui est travaillée en Europe. »

Le groupe Depestele est à l’origine du « champ » de lin installé rue de Rivoli. Une petite prouesse technique. Traditionnellement semé au printemps, le lin fleurit vers le 15 juin colorant de bleu les parcelles. « Mais pour obtenir cette floraison à l’ouverture du magasin, initialement prévu en avril, il a fallu anticiper de trois mois la culture. » Et cultiver sous des serres, par une température de 20 à 25 °C, dans des bacs d’un mètre carré remplis de vingt centimètres de terre. Avec un géotextile pour retenir l’eau. « Il a fallu trouver de la terre suffisamment sèche, en janvier, auprès de nos liniculteurs… Semer puis désherber à la main. Avant de sortir les lins de la serre pour ralentir leur développement… » Malgré une petite perte à cause du gel, 250 bacs ont été installés, le 7 mai, rue de Rivoli. Par chance, la floraison devrait coïncider avec l’ouverture du BHV, le 19 mai. « Les boutons floraux, en haut de la tige, sont bien visibles. »