Découverte exceptionnelle dans le chartrier de la commune du Havre...

L'Etoile de Normandie vous fait connaître la "magna carta" qui lie, depuis le 10 mai dernier, Laurent Bonnaterre, le maire de Caudebec-les-Elbeuf à Edouard Philippe qui a décidé de le soutenir dans une chevauchée visant moins à s'emparer de l'abbaye-aux-Dames de Caen où l'actuel duc de Normandie a ses quartiers jusqu'en juin prochain que de forcer le duc Hervé à négocier la fusion de liste nécessaire dans le but de faire du duc Hervé un obligé du seigneur Edouard Le Barbu pour un second mandat à la tête de la Normandie:

il semblerait que l'objectif d'Edouard Philippe serait de mettre la future majorité régionale normande à sa botte afin d'en faire financièrement profiter au maximum les dossiers et les urgences de sa ville et de son port.

En clair: mettre la région Normandie en coupe réglée pour le seul profit du grand féal havrais et supprimer toute marge de manoeuvre politique et d'autonomie pour le futur président de région.

Il n'est pas certain que cette vision localiste et utilitariste d'un conseil régional d'abord perçu comme un guichet ou un distributeur de chèques et de gros billets soit réellement utile à l'intérêt général d'une région normande qui existe en tant que telle ni même qu'elle soit vraiment utile et intelligente pour la défense des intérêts havrais alors qu'il nous faudrait une équipe normande unie et résolue rassemblant tous les grands élus de notre région derrière le conseil régional et son président de Cherbourg à Vernon et de Dieppe à Alençon en passant par Caen, Rouen et Le Havre et les cinq départements...

Visiblement, Edouard Philippe est un grand solitaire: il ne sait pas chasser dans une meute normande!

Citation: "Ensemble, plutôt que chacun de son côté, nous serons plus efficaces et nos résultats seront nécessairement meilleurs."

Edouard Philippe Le Tartuffe dans le texte qui nous dit: faites ce que je vous dis! Pas ce que je fais...

Car il n'est pas certain que de faire le baladin de la mise en Seine avec une maire de Paris qui veut transformer la Normandie en banlieue fusionnée avec le Grand Paris, ou de créer un corridor politicien à sa main entre Le Havre et l'Ouest francilien soit la façon la plus judicieuse et la plus pertinente d'afficher son désir et son ardeur de défendre les intérêts de notre région...

 

Capture d’écran du 2021-06-02 19-47-24

Capture d’écran du 2021-06-02 19-48-05

Capture d’écran du 2021-06-02 19-48-46


 

Commentaire de Florestan:

Edouard Le Barbu est un féodal localiste... rancunier, qui plus est, en tant qu'ex Premier ministre qui n'a pas, objectivement, fait le nécessaire pour défendre et valoriser l'intérêt général de la Normandie (arbitrages a minima sur l'Axe Seine face au Canal- Seine-Nord, rien sur le dossier de la LNPN ou sur le contrat de Plan Etat-Région).

Rancunier?

Parce qu'un certain président de région normand qui espérait la mise en oeuvre dès 2017 d'un "pacte girondin" annoncé dans la propagande électorale d'un certain Emmanuel Macron, a été plus que douché dans ses attentes puisque nous eûmes, au contraire, une glaciation néo-jacobine inédite par  son ampleur et sa brutalité sur la question régionale depuis plus de quarante années de décentralisation: recentralisation des politiques publiques régionales, notamment celle de l'apprentissage, refus du droit à l'expérimentation régionale notamment dans le domaine de la gestion des grands ports maritimes.

Au moins sur ces deux sujets là, Hervé Morin avait le droit d'être amer vis-à-vis du manque d'engagement normand d'un certain Edouard Philippe qui, finalement, ne s'intéresse qu'à sa ville du Havre lorsqu'il ne pense pas à lui-même sur le thème de l'hôpital havrais qui se fout de la charité normande, celle du conseil régional en l'occurence lorsqu'il s'agit, par exemple, de financer, en solitaire, les millions nécessaires à la réalisation de la "chatière" qui permettra l'inteconnexion directe entre Port 2000 et le trafic fluvial de la Seine. Ou encore, de remettre à niveau l'offre en formation supérieure au Havre dans le cadre d'un plan de rattrapage de l'université normande qui sera l'un des axes d'une seconde mandature Morin à la tête de la Normandie s'il est réélu en juin prochain.

2

"Deux barbus se tiennent par la barbichette... Le premier qui rigolera aura une tapette!"