Pour célébrer la réunification historique de la Normandie, la Grande boucle cycliste avait fait le choix de traverser notre belle région de part en part en 2015.

Résultat de recherche d'images pour

En 2016, pour célébrer le grand départ normand, le Tour de France 2016 partira de Normandie depuis le département de la Manche et y restera durant les trois premières étapes: du jamais vu dans l'histoire séculaire de la plus grande épreuve sportive annuelle mondiale!

Soyons donc fières et fiers d'accueillir en Normandie le Tour de France qui symboliquement démontre que la Normandie est en majesté une terre de France et entend bien le demeurer: cette précision étant d'abord adressée à ceux qui seraient  tentés par le dopage au chauvinisme régional un brin jaloux outre Couesnon ou par une aventure plus qu'incertaine dans le drakkar de l'autonomisme!


 

Voir ci-après, cet article complet proposé par Paris Normandie: inutile d'ouvrir les pages de Ouest-France sur ce sujet!

http://www.paris-normandie.fr/region/2-juin-2-juillet--la-normandie-se-prepare-a-accueillir-le-depart-du-tour-de-france-AD5948013?utm_source=Utilisateurs+du+site+LA+NEWS&utm_campaign=853ae29c12-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_233027d23b-853ae29c12-137315997

2 juin-2 juillet : la Normandie se prépare à accueillir le départ du Tour de France

Pour la première fois, un même département accueille trois étapes successives du Tour de France. L’occasion de découvrir la partie ouest de la Normandie sous ses plus beaux aspects (photo ASO)

Pour la première fois, un même département accueille trois étapes successives du Tour de France. L’occasion de découvrir la partie ouest de la Normandie sous ses plus beaux aspects (photo ASO)

Publié 01/06/2016 á 22H49

Un million de spectateurs sont attendus le long des routes et dans les villes-étapes de la Manche, premier département dans toute l’histoire de la Grande boucle à accueillir trois étapes successives d’un même Tour de France, en plus d’une cérémonie de présentation des équipes, le jeudi 30 juin à Sainte-Mère-Eglise.

L’événement est considérable. «Magique!», ose même Jean-François Le Grand, ancien président de l’assemblée départementale et président de l’association constituée pour ce Grand Départ auquel il travaille depuis ses premiers contacts avec Christian Prud’homme, en octobre 2010. L’année suivante, la Manche faisait officiellement acte de candidature auprès d’Amaury Sport Organisation (ASO) pour accueillir une étape du Tour 2013 - un contre-la-montre de 33 km entre Avranches et le Mont-Saint-Michel - et un Grand Départ. Évoqué dans un premier temps pour 2017, celui-ci pouvait être avancé d’une année, avec une annonce officielle le 9 décembre 2014 au cœur de la Merveille.

Pour Jean-François Le Grand, évoquant « un monument du sport qui écrit dans notre patrimoine commun un chapitre de son histoire chaque année», c’était une belle victoire. Et pour son successeur, le sénateur Philippe Bas, un fabuleux challenge, connaissant l’impact de cet événement sportif, le troisième au monde derrière les jeux Olympiques et la Coupe du monde de football, mais le premier avec une périodicité annuelle.

Des initiatives
par centaines

Une association était créée, avec deux permanents au départ, dix en septembre et quinze aujourd’hui, emmenant un gros peloton de bénévoles, d’employés des collectivités traversées, de porteurs d’initiatives dans tous les domaines, culturel, sportif évidemment, artistique, intergénérationnel et solidaire. Plus de 500 étaient déposées, dont quelques-unes en Seine-Maritime et dans l’Eure. Par exemple cinq élèves en seconde année de l’ITII (Institut des techniques de l’ingénieur et de l’industrie) d’Evreux, ont prévu de réaliser un vélo de route en fibre de lin et de l’exposer lors de ce Grand Départ. D’Evreux également, quatorze sportifs, dont sept en situation de handicap, partiront le 23 juin pour rallier le Mont-Saint-Michel le 1er juillet, au terme de 420 km d’une randonnée baptisée « Cap sur une Norm’Handi sans frontière » (lire par ailleurs). À la résidence François-Morel de l’Association des paralysés de France, un court-métrage est réalisé montrant des résidents pratiquant du vélo sur la voie verte. Quant au musée des ivoires d’Yvetot, il propose, durant ce mois de juin, une exposition sur le thème du Tour de France, avec des photos, des coupures de presse et un vélo allemand des années 1920.

« 500 initiatives, c’est énorme!» se réjouit Paul-Vincent Marchand, directeur de l’association du Grand Départ. « C’est la traduction d’un formidable dynamisme, d’un engouement pour cet événement populaire, familial et sportif», complète Claire Rousseau, vice-présidente de la Normandie en charge des sports, de la jeunesse et de la vie associative, par ailleurs maire d’Equilly et vice-présidente de la Communauté de communes Granville Terre et Mer. Pile sur le trajet de la troisième étape qui, le lundi 4 juillet, verra les coureurs s’élancer de Granville en direction d’Angers.

Des retombées énormes

Soucieuse de «faire que la population s’approprie l’événement», la Région a débloqué 1,3 million d’euros de participation au budget, lequel s’élève à 5 millions d’euros avec 2,7 millions d’euros pris en charge par le Département sous la forme d’une subvention de 1,2 millions d’euros et d’une participation à la communication et à l’animation du territoire, le solde étant apporté par les villes et communautés de communes des villes d’arrivée ou de départ d’étape. Sur ces 5 millions d’euros, 2,4 millions d’euros seront versés à l’organisateur du Tour, ASO, sous forme d’une redevance.

« Les retombées attendues sont énormes», ajoute Claire Rousseau, évoquant les dépenses effectuées sur le territoire d’accueil - hébergement, restauration, souvenirs, achats alimentaires, transports - et le bénéfice en termes de notoriété du territoire. Car si la population de la Manche va doubler lors de ce Grand Départ, avec 1 million de spectateurs, dont 25 % d’étrangers et l’afflux de visiteurs venus des autres départements normands, des Pays de Loire, de la Bretagne et de la région parisienne, la médiatisation est telle que les images du Mont-Saint-Michel resteront profondément gravées dans les souvenirs de millions de téléspectateurs à travers le monde. Pour peu que la météo soit de la partie, on ne saurait rêver plus brillante vitrine.

Dossier réalisé par Franck Boitelle

f.boitelle@presse-normande.com

« Un engouement extraordinaire »

Paul-Vincent Marchand est le directeur de l’association du Grand Départ chargée d’assurer la coordination de ce projet lancé dès 2010 par Jean-François Le Grand, alors président du conseil général de la Manche.
Votre appel à projets autour du Grand Départ a reçu plus de 500 réponses. C’est une surprise pour vous?
Paul-Vincent Marchand. « Oui, c’est énorme, mais cela montre qu’il y a unanimité, un engouement extraordinaire pour cet événement puisque 500 initiatives émanant de 280 structures nous ont été présentées. Cela dans tous les domaines : sportif, artistique, solidaire, éducatif... Des associations, des clubs sportifs, des écoles, des établissements pour personnes âgées se sont manifestés... C’est vraiment très hétérogène ! »
La mobilisation est importante?
« Exceptionnelle. Nous avons fait appel au bénévolat, essentiellement pour des missions d’accueil, et les 350 places se sont arrachées en très peu de temps. Outre ces bénévoles et les quinze employés à plein temps de l’association, le personnel des communes traversées et les services du Département seront sur le terrain pendant toute cette période de fête du cyclisme. Pour la sécurité, 1 700 gendarmes, 600 policiers et le GIGN, seront mobilisés ».
Le budget de ce Grand Départ est de 5 M€. Mais quelles sont les retombées attendues?
« Si l’on s’appuie sur les études menées en Vendée et en Corse, qui ont accueilli ces manifestations en 2011 et 2013, on peut tabler sur 4 à 5 € de retombées directes dans l’économie locale pour chaque euro investi. Nous attendons 20 à 25 M€ de retombées sur les trois jours. C’est déjà une bonne affaire en soi. Ensuite, peut-être plus importantes seront les retombées à moyen et long termes, car le Tour de France peut toucher des publics que les opérations traditionnelles de promotion n’atteignent pas : l’événement est suivi dans 190 pays ; il y aura treize heures de direct, des millions de téléspectateurs et auditeurs, de lecteurs de la presse écrite et d’internautes... »
Quel prolongement à ce Grand Départ?
« Une réflexion s’est déjà engagée sur ce thème, pour conserver la dynamique induite et mettre en valeur l’attractivité du territoire. Car en ce moment, on voit bien que les Normands, que l’on dit parfois réservés, ont très envie de montrer toutes les richesses de leur environnement et du patrimoine, de leur culture et de leur savoir-faire ».

En avant-première

Les uns, les plus affûtés, les plus nombreux sans doute, s’offriront les 189 km de la première étape entre le Mont-Saint-Michel et Utah Beach-Carentan. D’autres partiront de Lessay, à 80 bornes de la ligne d’arrivée. Quant aux amateurs en petite forme, les familles désireuses de s’associer à cette grande fête du vélo, ils s’inscriront tout de même pour 44 km à partir de Montebourg.
Le dimanche 26 juin, avec ASO et l’association du Grand Départ, en collaboration avec les comités départemental et régional du cyclisme, enfin grâce à 300 signaleurs bénévoles chargés d’assurer la sécurité sur le parcours, des milliers d’amateurs pourront effectuer tout ou partie du trajet de la première étape du Tour 2016. Sur les traces de Raymond Delisle, la légende locale qui a remporté deux victoires d’étapes et porté le maillot jaune dans les années 1970. Mais en éclaireurs devant les Manchois, dont Mikaël Cherel et Anthony Delaplace, ainsi que devant le Normand de Pavilly, Alexis Gougeard, et tous les pros qui s’échaufferont le week-end suivant à domicile, avant leur Grande boucle qui les conduira trois semaines plus tard sur les Champs-Elysées.
Commentaire de Florestan:
Reste à pavoiser normand et à faire pavoiser normand car on ne peut compter que sur nous-mêmes! A ce sujet, le collectif BEN a l'intention de "normandiser" le panneau d'accueil régional sur la rocade de Pontorson en recouvrant d'un ruban adhésif noir la mention "Basse" devant le nom de Normandie. L'opération sera faite dans le courant du mois de juin 2016.