Comme on pouvait s'y attendre, Bernard Cazeneuve a réservé sa première visite en province en tant que Premier ministre à Cherbourg. Lire, ci-après, le compte-rendu proposé par la Manche Libre: on appréciera la fine allusion de l'ancien député-maire de Cherbourg à la modération normande. On est au pays de Tocqueville et Bernard Cazeneuve ne l'a jamais oublié.

http://www.lamanchelibre.fr/actualite-238215-cazeneuve-a-cherbourg-pour-moment-authentique.html#.WFRe9v0t7XI.email

Cazeneuve à Cherbourg pour un moment "authentique"

Cazeneuve à Cherbourg pour un moment "authentique"

Bernard Cazeneuve, a consacré à Cherbourg une de ses premières visites en tant que premier ministre.

Le 16 décembre 2016 à 21:16

Pour sa première visite en tant que Premier ministre à Cherbourg, Bernard Cazeneuve a pu mesurer que sa popularité ne faiblit pas dans le Cotentin. Un indicateur pour son avenir politique? L'ancien député maire préfère insister sur les cinq mois qui l'attendent et reste énigmatique sur son futur.

"Vous avez fait des travaux?". C'est par une petite boutade que Bernard Cazeneuve a commencé sa visite à Cherbourg (Manche), la première depuis qu'il a été nommé Premier ministre, ce vendredi 16 décembre 2016. Le sujet de cette plaisanterie: l'ancien siège de la Communauté urbaine qu'il a bien connu à l'époque où il était président de la communauté d'agglomération et qui est devenu, il y a quelques mois, la mairie de Cherbourg-en-Cotentin. C'était la première étape de cette visite sur ses anciennes terres.

Très rapidement, l'ancien député maire a donné le ton: "Je suis venu ici pour parler des sujets sur lesquels les Cherbourgeois ont besoin d'être rassurés. Je suis surtout venu pour un moment authentique fait d'amitié, de sincérité et de loyauté à un territoire".

Visite du Quasar, découverte de la passerelle

Des liens forts qu'il a eu l'occasion d'apprécier lors d'un parcours en centre-ville entouré des élus locaux en allant à la rencontre de la population. Une promenade qui lui a permis de découvrir le nouveau centre culturel dont il avait lancé la rénovation ou encore la passerelle du bassin du commerce, un autre projet qu'il avait initié.

Le point d'orgue de cette visite était son allocution à La Cité de la Mer où près de 1 100 personnes avaient été invitées. Accueilli sous les applaudissements et visiblement ému, le Premier ministre a commencé son discours en ayant une pensée pour tous ceux qui ont croisé sont chemin quand il était maire de Cherbourg. "Je vois dans l'assemblée des personnes avec qui nous ne partagions pas les mêmes idées. Cela ne nous a pas empêchés de nous respecter et nous estimer. Aujourd'hui, que reste t-il de nos divergences?", a-t-il interrogé faisant notamment référence à l'ancien président du Conseil Général Jean-François Le Grand.

"Privilégier le respect aux invectives"

Commentant sa nomination à la tête du gouvernement, Bernard Cazeneuve a rappelé: "Cinq mois c'est suffisant pour avoir une autre manière de débattre. Si dans les mois qui viennent, le silence et le respect se substituent au brouhaha et aux invectives, nous réconcilierons les Français avec la Politique. Je fais le serment ici aujourd'hui de ne pas me laisser aller à l'emportement mais de faire preuve de modération, ce qui est la marque de ce territoire".

La sécurité, les relation avec l'Union Européenne ou encore la santé ont ensuite été rapidement évoquées par le Premier Ministre qui a rappelé que "Chaque minute compte".

"Je ferai le contraire de ce qu'on me prédit"

Répondant à ses détracteurs qui le nomment le "ministre de liquidation du quinquennat", Bernard Cazeneuve a ironisé. "Vous me connaissez: ceux qui me disent que cinq mois c'est trop court, renforcent encore plus la motivation que j'avais avant qu'ils me disent cela". Plus sérieusement, il a ajouté: "Je ferai le contraire de ce qu'on me prédit".

Il garde un oeil sur Cherbourg...

Cherbourg et le Cotentin ne restent jamais bien éloignés de la vue du ministre qui a assuré rester mobilisé sur la filière nucléaire, le développement des Energies Marines Renouvelables, la politique de la ville et l'urbanisme ou encore la grande réforme territoriale. "Vous devez construire un avenir pour le Cotentin en gardant une ambition commune malgré vos différences. C'est ensemble que vous y arriverez".

... sans pour autant dévoiler son avenir

Quant à son avenir politique, Bernard Cazeneuve s'est voulu comme à son habitude: énigmatique. "Je peux vous dire que dans les prochains mois, je serai le plus utile possible en étant le moins envahissant qu'il soit. Je laisse ainsi à chacun la possibilité d'interpréter mes propos", a-t-il conclu dans un sourire.