Le jacobinisme central, parisien, autoritaire, arbitraire et discrétionnaire craque de partout.

casquette-de-prefet-modele-1963_3

L'aspiration d'une société civile française déja active et responsable sur ses territoires et désireuse d'être moins infantilisée par la caste de haut-fonctionnaires ou d'élus locaux ou nationaux qui nous dirigent est forte pour ne pas dire davantage: en Guyane, c'est en train de tourner à la révolte populaire car le Jacobinisme républicain a repris le même sillon que celui tracé par Louis XIV: c'est ce que nous raconte avec lucidité le normand Tocqueville dans son célèbre livre sur l'Ancien régime et la Révolution.

La Commission Nationale du Débat Public n'est pas prescriptive dans les avis qu'elle rend. Un préfet peut s'asseoir sur les conclusions négatives d'une enquête d'utilité publique au nom de l'intérêt général. Aux côtés des maîtrises d'oeuvre et d'usage, la maîtrise d'usage démocratique reste en France une curiosité exotique. Les maires des grandes agglomérations urbaines qui deviennent abusivement des "métropoles" en avalant les champs et les lotissements pavillonnaires des alentours sont devenus des grands barons entourés d'armées mexicaines d'élus "vice-présidents" qui méprisent les citoyens habitants. Les préfectures sont peuplées de commissions opaques  où élus, haut-fonctionnaires experts et représentants de la grande entreprise privée mettent en coupe réglée l'intérêt général du territoire. Un exemple? On aimerait bien savoir qui prend les décisions dans la commission départementale en charge de l'aménagement commercial quand on observe le désastre géographique des entrées de nos villes et l'état du commerce dans nos centre villes...

La démocratie dite "participative" n'a aucune autonomie ni consistance. La démocratie réelle reste intermittente: un vote tous les cinq ans environ... Le référendums restent exceptionnels et l'Assemblée Nationale est devenue la chambre d'enregistrement des arbitrages du président de la République. Les CESER sont des assemblées fantômatiques qui ne travaillent généralement qu'à la discrétion du grand élu qui préside la région et qui fait un usage discrétionnaire des avis que cette assemblée peut rendre. D'ailleurs, le CESER n'est pas une assemblée d'élus mais de gens nommés par le préfet sur proposition d'un tel ou d'un tel... Les associations ou personnes qualifiées spécialisées dans le fait régional (on évitera le gros mot "régionaliste" qui fait encore peur) sont proscrites des CESER.

Voilà pour ce triste constat dont on peut voir déjà certains effets de plus en plus négatifs:

1) la montée vertigineuse de la défiance entre gouvernants et gouvernés: on en est arrivé dans certains cas ou dans certains territoires au point de rupture du contrat social républicain lui-même (ex: la ZAD de Notre Dame des Landes; les quartiers populaires de la banlieue parisienne; l'affaire du barrage de Sivens; celle de Bures; la Guyane...)

2) la généralisation de l'esprit défensif de type "NIMBY" (not in my back yard) dès qu'un projet important d'aménagement pointe le bout de son nez car les citoyens habitants n'ont plus aucune confiance en qui que ce soit: la France "nation technicienne" et paradis des ingénieurs est bloquée car la République jacobine centralisée à Paris a oublié de former des ingénieurs en... démocratie.

Exemple:

https://actu.fr/normandie/arromanches-les-bains_14021/une-manifestation-contre-eoliennes-mer-large-plages-debarquement-normandie_715092.html

Face à ce constat et à quelques semaines du premier tour des élections présidentielles, les associations normandes veulent agir en interpellant les candidats à l'élection présidentielle.

17

 

Les associations, aux côtés des entreprises et des collectivités, sont l’un des piliers du développement des territoires . Peu préparées à affronter les mutations  de notre société, la plupart d’entre elles rencontrent de profondes difficultés.
Face à une situation du même type, les entreprises (cf. pacte de compétitivité), les collectivités (cf. Loi Notre)ont été et sont accompagnées par les Pouvoirs Publics. Les associations doivent elles aussi,  bénéficier  de telles  mesures d’accompagnement pour faire évoluer projet et manières de faire: ressources humaines, économie, ressources matérielles et notamment la conversion numérique,…la gouvernance.

Le réseau Associations et Territoires, dans le prolongement de travaux antérieurs, formule un ensemble de propositions sur lesquelles, pourrait s’appuyer ce plan d’accompagnement . Les débats initiés à l’occasion des élections présidentielle et législatives sont une opportunité pour faire valoir, partager et enrichir ces propositions et impulser leur mise en oeuvre.

En consultant les liens qui suivent vous saurez tout de cette initiative que l'Etoile de Normandie ne peut que soutenir totalement:

http://assonormandie.net/propositions-2017/

http://assonormandie.net/wp-content/uploads/2017/04/17.04.01.la-place-associations-dans-le-projet-national-Enregistr%C3%A9-automatiquement-1.pdf

Associations et Territoires a souhaité contribuer aux débats sur l’avenir de la France. Les associations  font partie du paysage institutionnel de notre Pays. Autorisées par la loi du 1er juillet 1901, soutenues par les Pouvoirs publics au sortir de la seconde guerre Mondiale, accompagnées et  consolidées aux débuts de  la cinquième République…, sans qu’elles soient mises en cause, les  associations  sont les oubliées de la décentralisation. Aux yeux de beaucoup d’élus,  les associations  sont devenues une charge et non plus un investissement. Au final, le paysage associatif a vieilli, les pratiques n’ont pas toujours pu se renouveler…., et au bout du compte c’est la société tout entière qui en souffre. Découvrez les 18 propositions  que nous formulons  pour donner un nouvel élan aux associations, pour qu’elles  puissent quelle que soit leur taille et leur secteur d’activités,  contribuer pleinement aux côtés des entreprises  et des collectivités publiques au développement de nos territoires.
Découvrez, discutez, amendez, proposez:

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeoJ7bk4dXf4scq3saifM8VWN5Fc-I09Rpcv0nDMWSG6MngAw/viewform

On vous invite, enfin, à signer la pétition qui suit:

https://www.change.org/p/secr%C3%A9tariat-associations-et-territoires-les-associations-une-chance-pour-la-france