S'il y a un sujet de la dure réalité qui ôte toute légitimité à une parole publique qui néglige de s'assurer de son effet réel c'est bien celui de la misère humaine qui échoue sur nos plages et notre littoral faute de pouvoir passer en Angleterre.

700_FO38833563_59974dba5c7dec67842f0c2ce44ba414

Nous rappelons la position de l'Etoile de Normandie:

1) Emmanuel Macron s'est couché devant la Première ministre anglaise Theresa May qui a acheté avec 50 millions d'euros supplémentaires le peu qui restait de notre honneur: le honteux traité du Touquet (le pays de Dame Brigitte Macron) signé en 2003 est reconduit et nos gendarmes et douaniers vont devoir continuer sur le territoire de la République française le sale boulot que les Anglais ne veulent pas faire chez eux, à savoir le "tri sélectif" dans la misère humaine au risque de séparer des familles ou de laisser des jeunes mineurs isolés sans aucune solution.

2) Lorsque la frontière maritime avec l'Angleterre se ferme sur la côte normande cela a toujours correspondu aux pires moments de l'Histoire normande: revoir des barbelés sur les dunes de Ouistreham rappelle de très mauvais souvenirs aux Normands.

3) Quand il fait des températures en dessous de zéro la nuit, au fond d'un trou creusé dans le sable entre les oyats ou derrière les planches d'une cabine de plage, il n'y a pas d'autres solutions que d'avoir recours à la plus élémentaire solidarité humaine: tout autre considération risquerait de nous éloigner de ce que nous devrions jamais cesser d'être... Des êtres humains!

https://www.congres-deauville.com/pid14/evenement-1541/le-college-des-mondes-possibles-1er-seminaire

La Normandie a une forte et grande histoire et cette histoire est fondée sur des valeurs humanistes: un colloque à Deauville, il y a quelques semaines ou une grande réunion internationale sur la Paix mondiale à Caen en juin prochain c'est bien mais que pourraient bien valoir ces belles paroles et toutes les belles personnes intelligentes convoquées en ces grands colloques prestigieux si, dehors, un frère couche dehors sur le sable de la plage de Ouistreham parce qu'il n'a pas le droit de rejoindre son frère, sa soeur, son père ou sa mère déjà passés sur l'autre rive en Angleterre?

https://actu.fr/normandie/colleville-montgomery_14166/plan-grand-froid-maire-colleville-ne-pouvait-pas-laisser-jeunes-migrants-ouistreham-dehors_15691717.html

Plan grand froid. Le maire de Colleville ne pouvait pas laisser les jeunes migrants de Ouistreham dehors

Ce lundi 26 février 2018, le maire de Colleville-Montgomery accueille les migrants de Ouistreham. "Il m'est seulement devenu impossible de rester insensible", explique-t-il.

Publié le 26 Fév 18 à 22:28
Frédéric Loinard, le maire de Colleville-Montgomery, a ouvert un hébergement temporaire pour accueillir les jeunes migrants de Ouistreham (Calvados). (©Philippe Rifflet)

Le maire de Colleville-Montgomery (Calvados) a pris en main l’urgence humanitaire qui tardait à venir : mettre à l’abri les jeunes migrants de Ouistreham. Ce lundi 26 février 2018, il a temporairement ouvert un gymnase pour qu’ils dorment au chaud. 

Lire aussi : Pour mettre au chaud les migrants de Ouistreham la solidarité s’organise… à Colleville !

Je ne pouvais pas laisser ces jeunes gens dehors

Je ne pouvais pas laisser ces jeunes gens dehors alors que le plan grand froid est activé… je voulais pouvoir dormir tranquille ce soir, alors j’ai pris la décision d’ouvrir cet accueil temporaire dans le gymnase…

Frédéric Loinard, maire de Colleville-Mongomerry assure « ne pas faire ça contre la ville de Ouistreham ».

Il m’est seulement devenu impossible de rester insensible.

Et de préciser que l’accueil ouvert depuis ce lundi soir, « ne l’est que de manière temporaire. Jusqu’au terme du plan grand froid ». Assuré du soutien de son conseil municipal qui lui a dit sa « fierté » de le voir agir ainsi, Frédéric Loinard précise qu’il est « un élu de la République. Nous ne sommes pas des hurluberlus qui défient la loi… »

Même si pour le coup il n’a pas hésité à transgresser les directives préfectorales.

J’ai eu un échange avec la directrice de cabinet du Préfet du Calvados pour lui dire que nous allions ouvrir cet accueil, j’ai aussi appelé la gendarmerie de Ouistreham… La Préfecture m’a dit que j’aurais dû les prévenir en amont, pour respecter un process… Mais il y avait urgence à agir. Alors on a agi.

Des habitants de Colleville aussi mobilisés

C’est après avoir écouté Damien Carême, le maire de Grande-Synthe  (Hauts de France) lors de la soirée débat sur les migrants organisée à Ouistreham à l’initiative de  Sophie Börner, élue EELV d’opposition au conseil municipal de Ouistreham, que Frédéric Loinard a commencé à réfléchir à une action concrète. « Et comme rien ne se passait… » Aidé par la paroisse, il a agi.

Dans le gymnase, habitants de Colleville, bénévoles du CAMO (Collectif d’aide aux migrants de Ouistreham) et des Restos du cœur s’affairent pour amener tout le nécessaire pour accueillir les jeunes migrants. Les vestiaires sont équipés de lits de camps et de duvets, une grande cafetière est déjà installée.

« Je veux passer en Angleterre pour retrouver mon frère »

Mohamed est l’in des premiers à être arrivés. Au chaud et avec la certitude, ce soir, de dîner correctement, et de dormir tranquillement. Il a 25 ans, et arrive du Soudan.

Cela fait deux mois que je suis à Ouistreham. Et tous les jours j’essaie de sauter dans un camion pour embarquer. C’est très dangereux. Mais je veux passer en Angleterre pour retrouver mon frère…

Marjorie Janetaud avec Philippe Rifflet

Liberté Caen
Lire aussi ceci:
https://www.ouest-france.fr/normandie/calvados/ouistreham-heberger-des-migrants-presqu-un-acte-de-resistance-5594974

Ouistreham. " Héberger des migrants, presqu’un acte de résistance"

fc9f379e1561dcfaf57d51c1f5dfce9b-ouistreham-heberger-des-migrants-presqu-un-acte-de-resistance_0

À Ouistreham, chaque soir une centaine de migrants viennent tenter leur chance de passer en Angleterre. Ils guettent le ferry dans des conditions très précaires, qui ont décidé des riverains à devenir « hébergeants ». Comme ce couple qui vit à côté d’eux. Ils témoignent anonymement.

« Fin novembre, mon épouse et moi-même avons décidé d’apporter notre soutien aux migrants d’Ouistreham (Calvados), via le CAMO (collectif d’aide aux migrants d’Ouistreham). Un peu comme un acte de résistance et d’humanité. Comme nous disposons d’une grande maison à moins de 10 km du petit bois où dorment ces jeunes, Soudanais pour la plupart, nous avons décidé de les héberger le temps d’une nuit. Nous avons démarré timidement, en proposant un accueil une fois par semaine… Maintenant, d’autant plus avec les températures qui ont chuté, c’est tous les soirs.

Chaque fin d’après-midi, je me rends aux points de distribution de nourriture, et nous voyons avec les autres bénévoles quels sont les jeunes qui ont le plus besoin d’un hébergement, souvent les plus épuisés… C’est assez dur de choisir ainsi…

Nous avons choisi de recevoir au moins deux migrants chaque nuit. Ils se sentent moins seuls, moins déboussolés. Généralement, on discute en anglais. La barrière de la langue conditionne les échanges. Mais à chaque fois, nous sommes très émus : ces jeunes n’ont pas plus de 25 ans, ce sont des gamins qui font preuve d’un courage exemplaire. Et ils sont absolument adorables : ils aident à faire la vaisselle, ils débarrassent la table… Parfois, on peut jouer à un jeu de société ensemble, on rit.

Ce sont aussi des rencontres qui bouleversent et remettent en place l’échelle des valeurs. Dernièrement, grâce à la Wifi de la maison, un jeune a pu appeler sa maman au fin fond du Soudan… Le matin, quand je les ramène à Ouistreham, ils me remercient le cœur sur la main. On leur a offert une pause : ils ont pu prendre une douche, dormir, casser une croûte, et poser tous leurs problèmes le temps d’une nuit au chaud. Pour certains, cela ne leur était pas arrivé depuis six mois.

Quand on a appris l’ouverture du gymnase de Colleville-Montgomery, on a pensé que tout le monde serait à l’abri… Mais en fait, peu en ont profité. Par crainte d’être pris au piège. Ces jeunes ne veulent surtout pas rater un départ de ferry, l’occasion de passer en Angleterre : ils se sentent si proches du but. »

Compte tenu des températures, le maire de Colleville-Montgomery a ouvert lundi 26 février un gymnase (ce qu’a refusé son homologue d’Ouistreham). De même, la salle paroissiale d’Ouistreham a été mise à disposition des migrants pour la nuit. Environ 150 migrants stationnent dans la commune portuaire.


Lire, enfin, le point de vue de Mgr Descubes, archevêque émérite de Rouen, ancien Primat de Normandie, paru dans l'édition du 5 mars 2018 du quotidien "La Croix":

IMG_1403