Présentation quelque peu désabusée, d'un sondage récemment paru sur l'image des régions et des villes "en régions" (on ne dit plus: "en province") dans Paris-Normandie le 11 avril 2018: on appréciera le côté subliminal du titre donné à ce papier par la rédaction de Paris-Normandie mais sur l'Etoile de Normandie on n'aura pas ces "pudeurs de gazelle" pour dire qu'une image régionale positive, ça se travaille comme les idées d'ailleurs et que l'organe de presse régional voisin de Paris Normandie s'y emploie sans défaillir pour faire "rayonner" dans les cerveaux de l'Ouest, Nantes et Rennes, tels les phares incandescents d'une Humanité enfin heureuse et épanouie au XXIe siècle...

Au delà de notre ironie habituelle sur l'activisme ligéro-breton en terme de propagande régionale, ce sondage traduit surtout la faiblesse normande dans le domaine essentiel du rayonnement et de l'attractivité métropolitaine:

La Normandie vient d'être enfin réunifiée retrouvant l'intégrité même de son territoire géo-historique et c'est un privilège unique en France que d'avoir une vraie région de par la coïncidence entre la "région" et la "province".

Mais nous avons toujours dit ici qu'on ne saurait réunifier la Normandie pour réunifier la Normandie comme on restaure à l'identique un monument historique dans son antique splendeur sans avoir à s'interroger sur son usage présent et à venir: il faut que la Normandie serve, à nouveau, à quelque chose avec la mise en oeuvre d'un projet métropolitain commun avec Caen, Rouen et Le Havre car un monument historique même parfaitement et superbement restauré reste en péril s'il demeure... vide!

sondage