Jean-Paul LECOQ le député PCF de la circonscription et ancien maire de Gonfreville-L'Orcher qui est, peut-être, l'élu local le plus impliqué dans les affaires qui nous préoccupent ici, à savoir, l'avenir du potentiel portuaire et industriel de la Normandie voit sa voie qui se dégage subitement pour les prochaines élections municipales au Havre suite aux conséquences politiques de l'affaire de moeurs qui a contraint à la démission Luc Lemonnier, le dauphin d'Edouard Philippe à la mairie du Havre...

Demande_de_nationalisation_de_Lafarge_par_Lecoq_00_00_14_02_1508927317_550

On ne vous cache pas qu'une candidature de Jean-Paul Lecoq à la mairie du Havre suscite notre intérêt sinon notre bienveillance: l'outil portuaire havrais et normand a besoin d'être défendu politiquement et, au-delà, nous avons besoin d'un élu qui ait une vision et une ambition globale pour l'avenir de l'estuaire de la Seine sur ses deux rives.

Dans ses déclarations récurrentes sur le sujet portuaire, industriel ou des infrastructures, Jean-Paul Lecoq donne cette heureuse impression: si sa candidature se précise pour les élections municipales havraises en 2020, on aura au moins droit à un débat public de qualité.

Une autre conséquence de l'affaire Lemonnier qui ne nous chagrinera pas: le projet de macronisation d'un Axe Seine politique à l'occasion des prochaines élections municipales au Havre, Rouen, Evreux, Vernon (etc) prend sérieusement l'eau...

Tant mieux pour la Normandie et les Normands!

Sur l'opportunité d'une candidature de Jean-Paul LECOQ à la mairie du Havre, on lira avec intérêt les analyses proposées par Bertrand Tierce dans la dernière édition de la Chronique de Normandie (n°575 datée du 25 mars 2019):

lemonnier1

Lemonnier2


 

L'affaire Lemonnier continue à faire de sérieux remous dans la classe politique havraise. Edouard Philippe est fragilisé car les élus de sa majorité municipale savaient des choses sur Monsieur Lemonnier depuis ... 2014! 

Voir, par exemple, cet article de Paris-Normandie:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/affaire-luc-lemonnier--les-elus-qui-savaient-devaient-ils-parler-LL14791208?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=33056c0c-64de-4179-aeea-5a2c48833813_0&mediego_campaign=20190326_news_actu&utm_content=20190326&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email#

Le courage de Jean-Baptiste Gastinne, maire par intérim jusqu'aux prochaines élections municipales:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/au-havre-un-conseil-municipal-sous-haute-tension-apres-l-affaire-lemonnier-CL14792440?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=33056c0c-64de-4179-aeea-5a2c48833813_1&mediego_campaign=20190326_news_actu&utm_content=20190326&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email#

Au Havre, un conseil municipal sous haute tension après l’affaire Lemonnier

Politique. Atmosphère très lourde lundi 25 mars 2019 à l’hôtel de ville. Après la courte intervention de Jean-Baptiste Gastinne (LR), l’opposition a réagi avec force et indignation face à l’affaire des photos, qui a conduit Luc Lemonnier à la démission.

image_content_25062490_20190325201155

Appel nominal dans un silence de plomb. Jean-Baptiste Gastinne prend la parole. Le premier adjoint, maire par intérim depuis la démission de Luc Lemonnier le 21 mars dernier, prend la parole.

« Aucun d’entre nous ne peut dire ne pas avoir été ému voire choqué par ce qui s’est dit et par ce qui s’est écrit. Ce qui relève de la vie privée et ce qui en franchit les bornes avec des conséquences dramatiques pour les femmes et les hommes qui sont concernés. C’est à eux tous que je pense d’abord », déclare l’élu, qui sera candidat au poste de maire le samedi 30 mars prochain, lors d’un conseil municipal extraordinaire.

« La majorité a su rester unie »

« Je salue la tenue des membres de cette assemblée, des élus de la majorité qui ont su rester unis malgré la pression médiatique, et les élus de l’opposition dont les déclarations ont été dignes. » Jean-Baptiste Gastinne salue les Havraises et les Havrais « qui auraient préféré qu’on parle de notre ville pour d’autres raisons et dans d’autres circonstances. L’image de notre ville en a été affectée. À nous d’en tirer collectivement des leçons quant à la responsabilité qui est la nôtre en nous engageant en politique. La meilleure réponse est de nous remettre au travail pour les Havraises, les Havrais et pour notre ville. C’est pour cette raison que je n’ai pas voulu que ce conseil municipal soit reporté ».

« L’instabilité que notre ville traverse depuis 2017 se poursuit, depuis le début du mandat, avec l’élection à venir d’un troisième maire. C’est un fait unique dans notre pays pour une si grande ville. Ce n’est pas bon pour Le Havre, les Havraises et les Havrais. Cette instabilité fait suite à la démission qui s’est imposée au successeur d’Édouard Philippe, et pour des faits sur lesquels la justice devra faire toute la lumière, indique Nathalie Nail (PCF). Y compris sur le niveau de connaissance de chacun », ajoute la responsable du groupe communiste en détachant bien ses mots, avant d’apporter son soutien aux victimes « et saluer le courage dont ont fait preuve celles qui se sont exprimées ». Et de s’interroger : « À quoi aura servi ce mandat débuté en 2014 et pour lequel aucun rebond n’est possible ? Votre responsabilité est grande », lance l’élue PCF.

Murielle de Vriese (PS EELV) attaque sur le terrain de la confiance. « Comment ne pas être choqué ! Comment ne pas être en colère face à l’omerta qui a régné sur les comportements de notre ancien maire à l’égard des femmes depuis, semblerait-il, plusieurs années ? Comment ne pas être indigné face au contexte d’instabilité dans lequel vous laissez notre ville ! Cela va faire un an minimum que vous étiez au courant. Malgré cela, comment avez-vous pu nous demander d’accorder notre confiance à M. Lemonnier pour nous représenter à la tête de la nouvelle communauté urbaine il y a seulement deux mois, alors que vous étiez au courant de ses agissements et de ses possibles retombées ? C’est intolérable vis-à-vis des possibles victimes, des Havrais. Vous emportez tout le monde dans ce tourbillon médiatico-judiciaire et politique. C’est une attitude irresponsable », s’indigne la conseillère du groupe « Pour une nouvelle gauche au Havre », avant d’évoquer la candidature de Jean-Baptiste Gastinne, samedi prochain, au fauteuil de maire. « On nous propose aujourd’hui un homme qui représente la droite dure, le parti chrétien-démocrate proche de Christine Boutin, puis militant pour l’élection de François Fillon dont les pratiques peu orthodoxes ont été mises au jour durant la présidentielle. M. Gastinne, comment vous faire confiance ? »

« Et là, on s’égare »

Contre toute attente, Damien Lenoir (RN) porte secours à la majorité municipale. « La justice est saisie. On voit bien ici la récupération politicienne. Je n’en attendais pas moins de la gauche. Je ne commente pas une affaire entre les mains de la justice », rappelle l’élu du groupe Bleu Marine. « M. Lemonnier a fait du bon travail dans le cadre de son court mandat. Sa principale préoccupation, c’était Le Havre. Et là, on s’égare... »

Quant à Gérald Maniable (LFI), il demande à ses collègues qui n’auraient pas été au courant des photos, « qui ne les auraient pas reçues » de lever la main. L’élu de la France Insoumise se retrouve bien seul la main en l’air. « M. le maire, à vous d’être le garant de la liberté des personnes à déposer plainte. Chacun a ici sa conscience. Où est la confiance ? L’esprit partisan prime sur le devoir du citoyen », regrette-t-il.