Billet de Florestan

Pour ce Mardi Gras nous étions, comme il se doit, à la clôture du carnaval de Granville, 146ème édition en cette année 2020 de cette tradition populaire normande bien vivante et qui respecte, justement, les traditions...

Demain, les cendres nous attendent ainsi que quarante jours de diète qui peuvent permettre la réconciliation des corps et des esprits.

8782-tab

Mais avant cela, dans une belle ferveur festive mêlant adultes et enfants, retraités et jeunes, cadres supérieurs et caissières de supermarché, tous présents sous des déguisements précaires, dont la chamarure s'est brouillée après quatre jours de fête, la pluie et la bataille de confettis (7 tonnes ont été commandées pour l'édition 2020), se sont déchaînées au dessus des têtes qui n'avaient pas de couvrechefs...

Pendant une heure, Cours Jonville devant la mairie, on vit donc des scènes improbables: des enfants poursuivant des vieux, des vieux poursuivant des enfants, des jeunes fourrant des poignées de confettis dans les capuches des vieilles dames et des vieilles dames jettant à leur tour leurs poignées à la face des adolescents.

Et gare à celles et ceux qui ne voulaient que regarder sans participer avec le smartphone en mains pour tenter une vague vidéo de la houle humaine qui projettait son écume de petits bouts de papier: immédiatement repérées, ces personnes disparaissaient sous une pluie multicolore.

Un autre objectif consistait à atteindre les carnavaliers postés 3 ou 4 mètres au dessus du sol, au sommet de leurs chars, pour mettre le maximum de confettis dans le verre de bière qu'ils croyaient pouvoir boire à peu près sereinement. Un autre objectif, plus politique celui-là, consistait à envoyer des volées de confettis sur le balcon de la mairie alors que venait d'y paraître une mairesse sortante quelque peu contestée à la veille des élections municipales.

La bataille de confettis fait partie avec la chasse aux intrigues, le procès et l'immolation du Bonhomme carnaval, des rituels du Mardi Gras de Granville: le Carnaval atteint, à cette occasion, son paroxysme sinon son intensité symbolique en tant que l'un des derniers rites collectifs, sinon l'un des plus archaïques, que notre société contemporaine bien triste sinon nihiliste dans la certitude de son incertitude individualiste, s'autorise encore à célébrer: pendant une heure, toutes les conventions, les préventions, les classes sociales, les différences culturelles, furent abolies dans la folie ludique d'un lâcher-prise de confettis: des rides se dérident, des sévérités s'adoucissent, des chefs deviennent des enfants et des enfants deviennent des chefs...

turner_image_a_la_une_banque_de_limage

Vers 19h00, la météo l'avait annoncé, un mur de nuit recouvrit soudainement le ciel doré du soir. Il était poussé par un vent de Noroît furieux qui fit tourbilloner les confettis tombés à terre: une averse de grêle raide et cinglante s'abattit en quelques instants sur le Cours Jonville. Les gens se dispersèrent, se mirent à l'abri sous les auvents, d'autres prirent la sage décision de revenir à la réalité car l'esprit du Carnaval venait de nous être enlevé pour une année entière...

Cette année le Mardi Gras à Granville était peint par Turner...

Voir aussi le reportage proposé par La Manche Libre:

https://www.lamanchelibre.fr/actualite-848007-video-photos-granville-carnaval-rafales-de-vent-giboulees-de-grele-et-ouragan-de-confettis


Comme d'habitude, le carnaval de Granville nous propose une ironie politique sur tous les sujets qui ont fait l'actualité locale, régionale, nationale et internationale: dans la calvacade pas de char consacré aux grivoiseries de Monsieur Griveaux mais un char désopilant consacré à Donald Trump, au Brexit "Fuck U.E.". Plusieurs chars réglaient son compte au président de la République actuellement en cours de mandat ainsi que plusieurs autres s'en prenaient à Mme Baudry, la maire de Granville sortante qui aimerait bien poursuivre après les prochaines élections municipales malgré un bilan digne d'un char du carnaval... Notre préféré: le char des Pauvres, "20000 pauvres sous la... maire". Voilà c'est dit!

Mais c'est un autre char qui a retenu toute notre attention:

87179937_1829003633903469_4221615473696964608_n

(crédit photographique: Laurent Beauvais)

La désastreuse pollution créée par l'incendie de Lubrizol qui a affligé nos amis Rouennais a fait l'objet d'un char au carnaval de Granville: que cet événement qui a affecté surtout les populations normandes de l'ex Haute-Normandie soit porté dans l'humour et la dérision par les acteurs d'un carnaval situé dans l'ex Basse-Normandie, démontre que la Normandie est réunifiée dans les esprits sinon le coeur des Normands qui se savent Normands et qui aiment sincèrement leur région, n'en déplaisent à tous les grincheux qui promènent leur tronche de "Carême prenant" toute l'année durant y compris sur ce site...

Voir aussi:

https://www.ouest-france.fr/normandie/granville-50400/carnaval-de-granville/146e-carnaval-de-granville-7-tonnes-de-confettis-pour-la-grande-bataille-video-6752684