Depuis son heureuse réunification il y a quatre ans, la Normandie offre actuellement dans la géographie régionale française, un cas unique qui est celui d'une quasi parfaite superposition entre une géohistoire provinciale millénaire (depuis 911) et la région d'action publique contemporaine avec la fusion des régions de Haute et de Basse Normandie créées pour la première fois en 1956 sur la base de la maille départementale des cinq départements normands créés en 1790.

 

 

Normandie_et_provinces

http://normandie.canalblog.com/archives/2016/01/02/33148759.html

On a dit "quasi parfaite" car le "département" (autrement dit, la division) de l'ancienne province de Normandie réalisé en 1790 avait pris quelques libertés avec les frontières de l'ancien duché pour tenir compte, en une sorte de synthèse ou de compromis géographique, de quelques éléments antérieurs à la création de "la duché de Normandie" notamment sur les frontières sud et sud-est de notre région car la Normandie, véritable fille aînée de l'Eglise, est née dans le berceau légèrement plus grand de la province ecclésiatique de Rouen rassemblant les sept diocèses placés sous l'autorité spirituelle de l'archevêque de Rouen, primat de Normandie, qui, elle-même procède en ligne directe de l'antique Seconde Lyonnaise créée au IVème siècle après Jésus-Christ: une histoire géo-historique presque deux fois millénaire...

img-1-small580

lesdioceses

On notera ainsi que la frontière entre le diocèse d'Avranches et celui de Dol donc entre l'actuel département de la Manche (Normandie) et de l'Ile-et-Vilaine (Bretagne) est l'une des plus anciennes de notre pays...

La situation est plus complexe pour ce qui est de la création du département de l'Orne car il a été tenu compte du fait que le diocèse de Sées avait une notable partie de son ancien territoire sur la partie occidentale du Perche qui dépendait de la province voisine du Maine (la partie orientale versée dans le département de l'Orne dépendait du diocèse de Chartres). En revanche, il n'a pas été tenu compte du fait que le diocèse du Mans avait une partie de son ancien territoire dans le Domfrontais et le Passais pays formant la frontière sud du duché de Normandie: ce Maine qui était déjà normand avant 1790 l'est donc resté après. Voire, il s'est aggrandi après 1790 car quelques paroisses et communes, autrefois dans le diocèse du Mans et donc dans le Maine, à l'Ouest et au Sud d'Alençon (ville autrefois frontière entre le Maine et la Normandie sur la rivière de la Sarthe et qui a toujours été dans le diocèse de Sées) ont choisi de rejoindre le département de l'Orne mais pas celui de la Sarthe adjacent, formant, pour le coup, un second "Maine normand"...

Or nous venons d'apprendre que ce "Maine normand" pourrait encore s'étendre 230 années plus tard si l'on devait suivre les préconisations de Laurent Chalard, consultant en géographie membre du think tank European centre for international affairs:

chalard

https://www.atlantico.fr/decryptage/3589898/decentralisation--pour-un-redecoupage-des-departements-francais-coronavirus-covid-19-hexagone-france-regions-prerogatives-missions-chantier-laurent-chalard

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français