Depuis le 30 avril 2016, le très riche patrimoine nautique et maritime de la Seine normande a désormais son musée dédié à Caudebec en Caux.

L'activité maritime ne se limite pas au seul littoral de la baie de la Seine ou sur les rives de l'estuaire les plus immédiatement en contact avec l'influence de la mer. Elle s'est longtemps (et c'est encore en partie toujours le cas) distribuée le long des rives de la Seine aussi loin que l'influence de la marée pouvait se faire ressentir dans l'amont du fleuve.

Aujourd'hui, techniquement, on dira que cela concerne pratiquement tout ce qui est en aval du barrage de Poses. Cette activité maritime ayant de mutiples aspects, allant de la pêche au pilotage des plus grands navires, en passant par le trafic des bacs ou la plaisance et le canotage de loisir, est aussi très ancienne: dès la fin de l'empire romain et les temps mérovingiens, les grands monastères de la Basse Seine disposaient de ports et de flottes marchandes qui commerçaient au loin (Angleterre, Saxe et Scandinavie): ils étaient très riches. On comprend donc pourquoi, que certains clients situés au Nord de l'Europe ont été tentés d'aller y voir de plus près... C'est donc toute cette histoire passionnante, riche et complexe qui est exposée à Caudebec où le souvenir de la puissante vague du mascaret est demeuré vif...


 

MuséoSeine ouvre le 30 avril à 13h. Flambant neuf, il propose une découverte du fleuve depuis l’Antiquité.

http://www.normandie-actu.fr/nouveau-le-museoseine-ouvre-ses-portes-a-caudebec-en-caux_199199/

La Seine normande a désormais son musée : depuis le 30 avril 2016, le MuséoSeine a ouvert ses portes pour présenter le passé d’un fleuve lié à la vie des Hommes installés dans sa vallée.
Après trois ans de travaux, le musée est situé juste derrière la mairie de Caudebec-en-Caux, au bord du fleuve dont il raconte les méandres. Sur 500 m2, il présente une riche collection d’objets, de films d’époque, de photographies, d’instruments de navigation, de témoignages et de découvertes gallo-romaines.

En suivant les méandres du fleuve

Dès l’accueil, le musée offre un très beau point de vue sur la Seine et présente une gribane, ces bateaux traditionnels de Seine. Au fond du musée, une carte expose la Seine de Paris à l’estuaire avec des précisions sur le fleuve de Poses au Havre. Reliée à une table tactile, elle permet aux visiteurs de vérifier leurs connaissances sur l’estuaire.
Sur un parcours symbolisant les méandres du fleuve, les visiteurs peuvent découvrir différents objets et témoignages du passé des communes bordant la rive : Quillebeuf, Aizier, Vatteville, Caudebec, Le Trait, Jumièges et Saint-Wandrille :

"A chaque escale, l’histoire et le quotidien d’une époque est contée : pilotage en Seine au XVIIe siècle, invasion viking au IXe siècle, installation des industriels au XXe siècle…»

Et pour raconter toutes ces périodes, des objets anciens offrent l’occasion d’une plongée dans le passé et les nouvelles technologies le font ressurgir au travers d’hologrammes tout droit venus des siècles précédents pour raconter des morceaux de vie.

Organisées sur deux étages, les collections présentent toute l'histoire du fleuve.

Organisées sur deux étages, les collections présentent toute l'histoire du fleuve.

Au rez-de-chaussée, la Seine est déclinée au fil de thématiques qui permettent de la découvrir autrement. Le phénomène du mascaret est expliqué au fil d’un film en noir et blanc. Un témoignage étonnant réalisé à partir d’archives audiovisuelles de ce que fut cet impressionnant mouvement du fleuve.
Des zones sont ensuite réservées au pilotage, à la pêche, à l’aménagement du fleuve, au franchissement de la Seine, aux loisirs sur et au bord de l’eau… Le tout à grand renfort de photos, d’objets, de films accessibles à tous les âges…
Ainsi, un film permet de se mettre dans la peau d’un pilote et une carte permet de se rendre compte de tous les dangers qu’un bateau devait affronter en 1836 pour relier le Havre à Rouen.


Endiguée, la Seine fait aujourd’hui 300 m de large mais avant ces aménagements, elle s’étendait sur 1 km de large avec des zones inondables jusqu’à 3 km autour de son lit. Bien que la navigation y était difficile, le fleuve a vu de nombreux projets économiques et touristiques se mettre en place :

"La Seine est un axe de commercialisation depuis l’Antiquité » assure Marie Landron, responsable du musée.

Impossible donc de passer à côté sans en connaître l’histoire.

Un atout touristique

Inscrit au contrat de pays Caux vallée de Seine, le musée s’est installé en lieu et place du hangar à bateaux et du foyer des anciens. La construction a été financée par l’agglomération Caux vallée de Seine, la Région, le Département et la commune de Caudebec-en-Caux.


Si les travaux du musée sont terminés, il reste encore quelques aménagements extérieurs à finaliser. Le site peut dès maintenant accueillir les Normands qui voudraient découvrir le fleuve, mais aussi les touristes qui profitent de la région et les croisiéristes, de plus en plus nombreux à visiter Caudebec : ils sont 70 000 à s’y arrêter chaque année.

Des animations à venir

Outre les collections permanentes, MuséoSeine proposera une série d’animations tout au long de l’année.

  • Ainsi, jusqu’au 30 octobre, le musée participe à sa façon au festival Normandie impressionniste en accueillant l’exposition « Regarder la Seine ». Les visiteurs pourront découvrir une série de portraits et un film photographique à partir de témoignages d’habitants de la vallée de la Seine. Colombe Clier, photographe originaire de Rouen, a collecté ces histoires personnelles, tissant le récit intime qui lie les habitants et le fleuve (entrée gratuite).
  • Les 4 et 5 juin, « un week-end au bord de l’eau » promet un « mascaret d’animations gratuites » : une visite gratuite du musée, des spectacles, un stand maquillage, des ateliers ludiques pour les enfants, une guinguette, un marché de producteurs locaux, des déambulations, un studio photo, des lectures publiques de « L’inconnue de la Seine »…
  • Vendredi 13 mai à 12h30 : une œuvre, un café pour découvrir la toile d’Auguste Jugelet et le phénomène du mascaret.
  • Samedi 21 mai à 21h30 : Nuit des musées en suivant les frères Coup d’bec de la compagnie Remue-Méninges qui racontent, à leur façon, des anecdotes loufoques sur les thématiques det objets du musée (Gratuit sur réservation au 02 35 95 90 13).
  • Vendredi 27 mai à 20h30 : les dérives du vendredi avec la projection de « À bord du Go-Ahead, la vie des mariniers » pour découvrir la vie des mariniers et de la famille Renaud, dans ce métier depuis quatre générations. La projection, proposée dans le cadre du festival Terre d’eaux, est suivie d’une rencontre avec la réalisatrice et sa famille.

D’autres animations sont à venir au fil des mois.

  • Pratique :
    MuséoSeine, avenue Winston-Churchill à Caudebec-en-Caux (Seine-Maritime), est ouvert du mardi au dimanche de 13h à 18h30 de février à juin et de septembre à novembre et de 10h à 18h30 en juillet et août.
    Infos : 02 35 95 90 13 ou www.museoseine.fr
    Tarifs : 5 euros

 

Commentaire de Florestan:

Quid d'un "Historial" Viking dans l'une des boucles de la Seine? Projet tombé à l'eau?