"L'égoïste est celui qui ne pense pas assez à moi" disait autrefois avec humour Henri de Régnier.

Et il est vrai que l'on n'est jamais si bien servi que par soi-même!  On se souviendra aussi qu'Alphonse Allais, notre humoriste normand préféré, avait sorti un volume d'oeuvres anthumes, on ne sait jamais. Mais François Régis Hutin, ci-devant directeur généralissime du groupe de presse Ouest-France, fait mieux, beaucoup mieux en transformant l'édition du 12 décembre 2017 de SON journal quotidien en faire part de décès où il invente l'auto-pompe funèbre qui consiste, non pas à se donner à soi-même, en se retournant accrobatiquement dans la tombe, tous les coups de pied au cul qu'on aurait dû recevoir dans sa vie "anthume", mais à ouvrir soi-même la boîte à cirage à l'avance comme on sort la veille du frigidaire la motte de beurre (breton forcément) pour le dejeuner du lendemain...

Si on devait se risquer à une comparaison, le deuil populaire quasi national d'un Johnny Halliday souhaitant être inhumé sous la dalle blanche toute simple de l'île de Saint Barth éprouvée, il y a quelques mois, par le passage du plus puissant cyclone que l'on ait vu, nous semble supérieur en qualité de décence à la funèbre mise en scène de Monsieur Hutin dans son catafalque en papier journal et cela pour une raison élémentaire:

Ce n'est pas au mort, aussi puissant et célèbre soit-il, d'organiser le deuil de façon "post-mortem": cette tâche revient aux survivants qui ont la liberté de suivre ou non à la lettre les dernières recommandations du défunt. Et pour ce qui est d'avoir à lire des "mémoires d'outre tombe" on préfèrera celles du grand romantique qui fait la vigie sur un rocher devant Saint Malo plutôt que celle d'un grand parossien qui se croyait le pape de la "PQR" (Presse Quotidienne Régionale).

13-12-2017 17;32;22

13-12-2017 17;34;22