Après la Normandie bancaire, terrain de jeu des Bretons, la campagne de dénigrement aussi implicite qu'impensée d'une Normandie qui prétendrait à un début de maîtrise de ses plus grands enjeux stratégiques se poursuit dans les éditions de Ouest-France...

Glanés dans les éditions des 2 et 3 mars 2018 de Ouest-France (édition caennaise) on trouvera les articles suivants avec la confirmation d'une évidence:

Ouest-France ne suit pas le Nord de l'objectivité journalistique mais poursuit l'Ouest comme si, d'aventure, une boussole avait jamais indiqué l'Ouest... Etre à ce point "à l'Ouest" c'est prendre le risque d'être totalement à côté de la plaque pour tout ce qui pourrait se passer d'important plus à l'Est...

Confirmation donc que sur les sujets les plus essentiels (la souveraineté financière, la banque, l'aménagement industriel, les énergies marines renouvelables, l'avenir logistique de la vallée de la Seine, la Normandie fait trop souvent naufrage dans les pages de Ouest-France et doit compter sur les forces de remorqueurs bretons (Bolloré) ou américains (General Electrics).

Bien entendu, ce que rapporte Ouest-France est vrai mais ce vrai devient faux si tout le reste, qui est, décidément trop à l'Est pour Ouest-France ne mérite pas d'être évoqué pour exister dans le bulletin quotidien d'une propagande bretonne qui ne dira jamais son nom...

Avant de vous laisser apprécier par vous même les articles à lire ci-dessous, nous sommes contraints de constater que depuis plus de trois semaines, il est désormais IMPOSSIBLE de trouver dans les kiosques à journaux de Caen l'édition quotidienne de "Paris-Normandie", quotidien "normand" dont on apprend qu'il fut le seul organe de la presse régionale à augmenter sa diffusion en Normandie dans le courant de l'année 2017.

Les difficultés financières du diffuseur de presse Prestalys ne suffisent pas à expliquer l'absence de Paris-Normandie qui avait fait son retour sur les présentoirs caennais depuis décembre 2015: on se doute bien que le choix de Prestalys de ne plus diffuser Paris-Normandie à Caen arrange bien les affaires de Ouest-France. Nous n'en dirons pas davantage...

  • AXE SEINE NORMAND: Heureusement qu'il y a les Bretons de Bolloré pour assurer la logistique!

04-03-2018 19;09;32

  • EOLIENNES MARINES: Heureusement que le vent souffle de l'Ouest!

04-03-2018 19;20;47

  • EOLIENNE MARINE GEANTE: Heureusement qu'il y a  les Bretons et les Américains!

04-03-2018 19;18;12


 

Bon! Vous avez compris le message?

En lisant Ouest-France, le lecteur "Normou" (ex-Bas-normand) comprend plus ou moins confusément que la Normandie est incapable d'agir par elle-même sur les dossiers et les enjeux les plus importants pour son avenir: heureusement qu'il y a nos amis Bretons et Américains...

Cependant, Ouest-France nous accorde une petite concession: en matière d'innovation agricole où les Normands peuvent faire aussi bien que les Bretons...

04-03-2018 19;23;24