Exceptionnellement, nous ferons un commentaire lapidaire de l'information suivante:

BRAVO !!!

Nous déplorions ici, il y a quelques jours, une nouvelle offensive médiatique et touristique bretonne visant à accaparer l'image du Mont Saint Michel dans le cadre d'un produit touristique quelque peu frelaté qui sera prochainement proposé au pékin moyen descendu d'un avion à Nantes ou d'un TGV à Rennes...

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/05/23/36427644.html

David Nicolas, le maire d'Avranches et président de l'Agglomération du Mont Saint Michel (l'Avranchin historique) ose contre-attaquer sur le même terrain que les Bretons: puisqu'il est pertinent d'adosser la promotion du Mont Saint Michel à celle d'une métropole pour que le rayonnement de la métropole profite au Mont et vice-versa, le lien Métropole-Mont St Michel le plus pertinent au regard de l'histoire, de la géographie, de l'art, de la culture ou de la spirirtualité, toutes choses essentielles à respecter et à prendre en considération pour ne pas prendre le touriste-pélerin visitant le Mont Saint Michel pour un crétin, n'est pas la relation entre le Mont St Michel et Nantes mais celle qui a prévalu des siècles durant entre le Mont St Michel et Rouen, donc la Normandie.

Frédéric Sanchez et David Nicolas font ensemble un coup de maître qui fera progresser très utilement le sentiment d'appartenance à l'évidence normande tant à Rouen qu'au Mont Saint Michel...

http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/rapprochement-touristique-entre-la-metropole-de-rouen-et-l-agglomeration-du-mont-saint-michel-CF13162312?utm_referrer=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F

Rapprochement touristique entre la Métropole de Rouen et l’Agglomération du Mont-Saint-Michel

image_content_23782603_20180607201219

image_content_23783240_20180607201220

Publié 07/06/2018 20:30
|
Mise à jour 07/06/2018 20:30
Vendredi 8 juin 2018, Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen Normandie, se rend au Mont-Saint-Michel. Il doit signer avec David Nicolas, président de la Communauté d’Agglomération Mont-Saint-Michel Normandie, une déclaration commune pour affirmer leur volonté de contruire ensemble une action pour le développement touristique, culturel et patrimonial de leur territoire. Tout un symbole pour la grande Normandie. (sic!)

Vendredi 8 juin 2018, à 11 h 30, la poignée de main échangée entre le président de la Métropole Rouen Normandie et le président de la Communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie ne sera pas anodine. Que peuvent bien avoir en commun Frédéric Sanchez et David Nicolas (également maire d’Avranches, dans la Manche), dont les territoires sont distants de plus de 250 km ? Qu’est-ce qui rapproche deux territoires appartenant, certes, à la grande Normandie, mais situés à l’opposé l’un de l’autre, tant sur le plan géographique que dans les profils ? La métropole urbaine rouennaise et la plus rurale et maritime communauté d’agglo manchotte ont pourtant un patrimoine culturel médiéval à cultiver ensemble.

« Nous sommes sur deux pôles touristiques majeurs et nous avons conscience d’avoir un patrimoine en commun », déclare, avec modestie, David Nicolas. Le Mont-Saint-Michel, avec ses 2,5 millions de visiteurs par an (après la Tour Eiffel et Versailles), n’a pourtant rien à envier à Rouen, sa cathédrale, ses abbayes, son fleuve et ses teintes impressionnistes. Mais le dénominateur commun médiéval trace un chemin entre les deux territoires, qui existe déjà sur toutes les cartes normandes avec la multiséculaire trajectoire qu’empruntaient « les pèlerins venus du Nord de l’Europe et faisant une halte à Rouen avant de rejoindre le Mont-Saint-Michel », communique la Métropole Rouen Normandie. « L’idée est vraiment de mettre en réseau nos deux villes centres et de travailler avec les territoires entre-deux », insiste le président de la Communauté d’Agglo du Mont-Saint-Michel.

« Que chacun valorise ce que fait l’autre »

Tout cela était donc suffisant pour convaincre le président Sanchez et le président Nicolas de signer une déclaration commune, ce vendredi 8 juin, sous les yeux de l’archange, pour affirmer leur volonté de construire une action commune pour le développement touristique, culturel et patrimonial de leur territoire. Ils souhaitent renforcer le partenariat déjà noué avec l’association « Les chemins du Mont-Saint-Michel ». « Les chemins sont déjà balisés », souligne David Nicolas, « mais on peut imaginer un travail commun pour favoriser les hébergements, proposer un service de transports des bagages... ».

L’engagement de la Métropole rouennaise et de l’agglo du Mont vise aussi à proposer de nouvelles coopérations scientifiques pour la valorisation des collections de fonds anciens mais encore étoffer les offres touristiques communes. « On fera en sorte que chacun valorise ce que fait l’autre », poursuit David Nicolas. La Communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel est candidate pour l’obtention du label Pays d’Art et d’Histoire. Labellisée en 2012 pour son propre territoire, la Métropole Rouen Normandie accompagnera sa partenaire manchotte dans ses démarches. Et réciproquement, le territoire rouennais engagé depuis quelques mois dans l’acte de candidature pour devenir capitale européenne de la culture en 2028, pourra très certainement compter sur le soutien du Pays avranchin.

« Les liens historiques sont évidents. La fracture entre la Basse et la Haute-Normandie nous a empêchés de les voir pendant très longtemps. Avec la réunification de la Normandie, on ne se regarde plus comme des étrangers », se réjouit David Nicolas. Si des rapprochements économiques existent déjà au sein de la grande Normandie, cette démarche de partenariat touristique entre deux territoires si distants est pionnière. « C’est vraiment l’idée de la grande Normandie », résume le voisin du Mont-Saint-Michel.


Commentaire de Florestan:

Comme le rappelle David Nicolas, l'excellent maire d'Avranches, les liens entre Avranches, le Mont Saint Michel et Rouen sont séculaires, sinon millénaires... La division normande en avait oblitéré la mémoire. Petit rappel des évidences:

La province ecclésiastique de Rouen, ancienne province romaine de la Seconde Lyonnaise remonte au IVe siècle: elle comprenait sept diocèses dont celui d'Avranches.

Au IXe siècle, en raison d'une invasion norvégienne du Nord Cotentin et d'une occupation militaire bretonne de l'Avranchin, le clergé d'Avranches se réfugie non pas à Rennes ou à Nantes mais à... Rouen.

Rollon en tant que Comte de Rouen, l'archevêque de Rouen lui demande d'oeuvrer à la reconquête territoriale de l'ancienne province ecclésiastique de Rouen sur ces sept  diocèses. L'objectif sera atteint à partir de 930 par Guillaume Longue Epée: le nouveau duché de Normandie se forme donc à partir de Rouen, métropole religieuse dans le cadre idéologique et spirituel de l'ancienne "Seconde lyonnaise".

En 966, les moines bénédictins chargés de remplacer les chanoines de Saint Aubert, évêque d'Avranches de l'époque carolingienne, proviennent de l'abbaye de Saint Wandrille qui n'est pas en Bretagne mais dans le Val de Seine. Cette abbaye mère du Mt St Michel existe toujours.

Après l'entrée de la Normandie dans le domaine royal français, le pélerinage montois se développe considérablement et le plus grand chemin est celui de Rouen car il traverse toute la Normandie (un journaliste de Paris-Normandie l'a d'ailleurs redécouvert l'année dernière en nous proposant de beaux articles).

Après la fin de la guerre de Cent ans et la résistance héroïque du Mont St Michel contre les Anglais (Jeanne d'Arc devait y terminer sa mission mais elle s'arrêta définitivement à Rouen comme chacun sait), le choeur de l'abbatiale montoise est reconstruit en style gothique flamboyant par des architectes et artisans rouennais à partir d'un plan inspiré par le choeur de la cathédrale d'Evreux.

Enfin, le très célèbre cardinal Georges d'Amboise archevêque de Rouen, grand mécène des arts et introducteur de la Renaissance italienne en France au tout début du XVIe siècle était aussi l'abbé du Mont Saint Michel...

Conclusion:

Les liens historiques, géographiques, culturels, artistiques et spirituels sont entre le Mont Saint Michel et Rouen ou, plus largement, avec la Normandie... La métropole de Nantes n'a joué aucun rôle dans l'histoire du Mont et la seule contribution majeure des Bretons dans cette histoire c'est d'y avoir mis le feu en 1204 lorsque le mont anglo-normand fut pris par Philippe Auguste, le roi de France qui dépensa sans compter pour reconstruire le monastère après ce forfait de ses alliés Bretons: cela donnera l'extraordinaire gratte-ciel gothique de la "Merveille" bâti en moins de 18 ans sur le flanc nord de la célèbre abbaye... normande.

Grâce à cette alliance entre Rouen et Avranches -Mont Saint Michel, on peut espérer voir, prochainement, une belle exposition des manuscrits du Mont Saint Michel dans la métropole normande...

evreux-v06

Le choeur gothique rayonnant de la cathédrale Notre Dame d'Evreux a très certainement servi de modèle au choeur gothique flamboyant épuré du Mont Saint Michel construit près d'un siècle plus tard:

Mont_St_Michel_Eglise_abbatiale_t

 Voir l'article proposé par Paris-Normandie dans son édition papier du samedi 9 juin 2018. On notera que le quotidien breton Ouest-France n'a pas cru bon relayer cette information dans les pages Normandie de son édition caennaise...

Métropole de Rouen et Mont ParisNORMANDIE Samedi 9062018 001