... Autrement dit: "amical comme un chien de plomb!". L'actualité sociale et politique nous permet d'illustrer ce proverbe normand fort à propos. On vous laissera la liberté de penser à qui vous pourrez puisque nous avons, hélas, l'embarras du choix!

L'édition sur l'Etoile de Normandie de cette nouvelle chronique proposée par Gilles Mauger dans le dernier numéro disponible de l'Eveil de Pont-Audemer (3 janvier 2019) nous permet de vous rappeler que le 19 janvier prochain sera une date importante dans l'histoire récente de la langue normande puisqu'il s'agira du moment de sa reconnaissance officielle et institutionnelle par la région Normandie.

J’AIME A REVOIR MA NORMANDIE Chronique de Gilles Mauger dans l'Eveil de Pont- Audemer.

COMME DISAIT MA GRAND MERE


Amitieu couomme eun quien d’plomb. Se dit de quelqu’un qui est froid, qui manque de chaleur humaine.

 

VOCABULAIRE NORMAND
Acclamper, fixer, attacher a pour origine scandinave klamp, cheville, agrafe.

DO YOU SPEAK NORMAN, Yes you do but you don’t know it.
Absent vient bien sûr du normand absent.

EUNE TITE HISTOUERE

1200px-Normandie_color


Croisière


_ Boujou ma Noémie cha va ti byin cheu tei ?


_ Est pin pire. Cha porrait ête mius mais cha porrait ête mens byin itou. Pas ? Pis tei cha va ti couomme tu veus. Tes éfants cha creit-i ? Pis ton bonhomme, il a ti toujou autant d’allant ? Me prêches pin d’ta belle mé, çu bourrique-là, no la sangera pas. Pas ? Faot s’fai eune raison. J’arrive toujou pin à coprinde comment qu’all a pu fai un gars autant jatil qu’ton mahi. Est un mystère pou mei. No deirait d’eune poule qu’a coué eun bourreton.


_ Est pin fao cha qu’tu dis là. Z’éfants vont byin. Cha creit, cha coinque, cha gifaille, i sont ryin briteus. Hureusement Noué s’en vient. Les féites cha les rapaise. L’temps qu’i jostent aveu leus noviaos présents, no est quiet. Hureusement, ch’tte anneye, Noué est au c’mench’ment des vacanches. Y a pin trop à écouter. A propos d’Noué, as-tu vu çu qu’i s’a passé à Strasbourg ? Su l’marché d’Noué eudpusse. Eun attentat terrorisse. Nan mais ! A qui qu’cha arsembe ? Si no peut pus beire eun tit vin caod, liement, su l’marché d’Noué. Est l’monde à dessens. L’vin caod ch’est sacré. Pas ? Faot pin riocher aveu cha. Cha s’déguste. Aveuc eun tit pan d’épeiches. Est eun des accores d’note cueulteure et d’note chivilisachion. Pas ? Sitot cha, à çu qu’no dit t’arais gangné eul gros lot au loto des éteigneus. Est i vrai ?


_ Seurement qu’ch’est vrai. Méime d’alieurs qu’ch’est eun viage. Eune crouésière.


_ Eune crouésière ? Est i possibe ? Mei qu’en raêve eudpis des anneyes. Creis-tu qu’man homme m’en offrirait eune ? Portant j’sieus bié méritante aveuc touot l’mal qu’euj me baille pou abiéner cha maisonne et ches éfants. Eune crouésière su eun grind « pas que laid ».


_ Paquebot et non paquelaid.


_ T’es seure ? Su eun grind « pas que beau ». No ferait le tou des côtes de Norvège aveu des équellades oyou qu’y a des chaoses intéréchantes à veiseiter, des meusées, des villes ou des rhammés peinteuresques aveuc des marchés ou des boucannes oyou qu’no porrait acater eune pleinté de sovenis pou z’amins. « Guettez çu qu’j’vos ai rapporté de Norvège ». Cha fait ryin byin. Pas ?
Je veyes d’ichitte la mé, là du long des fjords clais. Cha s’rait ryin romantique. Pis l’patron m’ofrirait touot plein d’présents. Pis les crouésières ch’est à la mode. Ch’est aote chaose que les « heingues de pé au cleube mède ». Eune crouésière cha paose cha bouonne fame. « Oyou qu’t’étais ch’t été ? ». J’étions en crouésière. Paf ! Dans les croquettes. A çu propos oyou qu’tu vas en crouésière, tei ? Est-i louin ?


_ Est eune crouèsière en baté Mouque su la Seine, d’Arouen à Caudebec aveu thé danchant. Est chic itou Pas ? Fadra qu’euj me dresse et qu’euj m’affule. No sait-i ? Des coups qu’euj fache des connaissanches.


_ No sait i quanqu’no sait pin ? Pis, à t’n âge, cha peut pin t’fai d’mal. Pas ?


_ Cha s’rait byin passeque l’artour s’fait pa ches propes meyens. J’vodrais pin ratrer à pied.


Qui qu’i dit ?

Creit : grandit ; Sanger : changer ; Coué : couvé ; Bourreton : caneton ; Gifailler : se battre pour les enfants ; Briteus : bruyants ; Noué : Noël ; Rapaise : calme ; Joster : jouer ; Quiet : tranquille ; Ecouter : attendre ; Liement : tranquillement ; A dessens : à l’envers ; Riocher : rigoler ; Epeiche : épice ; Accores : soutien ; Eteigneus : pompiers ; Viage : voyage ; Abiéner : entretenir ; Equellades : escale ; Peinturesque : pittoresque ; Boucanes : échoppes ; Présents : cadeaux ; Heingues de pé au cleube mède : bronzés du club méditerranée ; Croquettes ; dents ; Baté Mouque : bateau Mouche ; Se dresser : s’habiller ; s’affuler : se coiffer ou mettre son chapeau ; No sait i quanque no sait pin : sait-on jamais!